Grasse :  ans pour un dé­te­nu ra­di­ca­li­sé et violent

Monaco-Matin - - Côte D’azur - G. L. gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

Ta race de mé­créants fran­çais, vous al­lez tous mou­rir tôt ou tard. Daesh, les is­la­mistes, vous niquent, vous êtes des chiens de l’en­fer! » L’ins­crip­tion re­trou­vée­sur les murs de la cel­lule de Ha­li­diA­bou­dou, 23 ans, ne prête guère à confu­sion. La veille, le 7 oc­tobre à la mai­son d’ar­rêt de Grasse, il avait agres­sé un gar­dien. Ce jour-là, le dé­te­nu ré­cla­mait pour la troi­sième fois à « voir le chef » àpro­pos d’un vi­re­ment ban­caire. En fait sa pen­sion « d’in­di­gent » qu’il n’au­rait pas tou­chée. Alors que le gar­dien lui de­man­dait de ren­trer dans sa cel­lule après lui avoir don­né les ex­pli­ca­tions four­nies­par la hié­rar­chie, Abou­dou luia­sau­té des­sus. À la main, il te­nait une four­chette trans­for­mée en cou­teau de for­tune. Un ob­jet si tran­chant qu’elle la­cé­re­ra le blou­son du sur­veillant. « J’ai eu très peur, j’ai eu le sen­ti­ment qu’il en vou­lait àma­vie », a té­moi­gné hier le gar­dien, vi­si­ble­ment trau­ma­ti­sé, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grasse, pré­si­dé par Marc Joan­do. Il n’a pas été bles­sé, mais le choc est tel qu’il est en ar­rêt ma­la­die.

Un pro­fil in­quié­tant

Le sur­veillant, tom­bé au sol dans la ba­garre en ten­tant de pa­rer les coups, n’a dû son sa­lut qu’à l’in­ter­ven­tion d’un autre dé­te­nu et à celle de ses­col­lè­gue­sar­ri­vés dans la fou­lée. Hier, le­pré­ve­nu n’a fait qu’un ra­pide al­ler-re­tour dans le box du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grasse. Àpeine en­tré dans la salle d’au­dience, en­ca­dré par une es­corte po­li­cière, il a re­fu­sé d’être as­sis­té d’un avo­cat et af­fir­mé avoir des « choses à dire » Mais quand le pré­sident lui de­mande de se le­ver comme c’est la règle lors­qu’un pré­ve­nu s’ex­prime, il re­fuse. Une fois, deux fois, trois fois. « Man­dat de dé­pôt! », or­donne le pré­sident. Le­pré­ve­nuest ra­me­né à la sou­ri­cière, la cel­lule du tri­bu­nal. Le vi­sage si fer­mé, le corps si prêt à bon­dir qu’il don­ne­ra une image par­ti­cu­liè­re­ment in­quié­tante de lui­même à l’au­dience. Il re­fu­se­ra par la suite de re­mon­ter pour s’ex­pli­quer sur les faits. Ha­li­di Abou­dou a dé­jàé­té condam­né plu­sieurs fois pour vio­lences, vols, port d’arme. Il avait été trans­fé­ré de la pri­sond’Avi­gnonà­celle de Grasse. « On a l’im­pres­sion que rien n’a de prise sur lui, il n’a au­cun res­pect pour les forces de l’ordre, le per­son­nel pé­ni­ten­tiaire », asou­li­gné, pré­oc­cu­pé, le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique. Le dé­te­nu, pour­sui­vi pour vio­lences sur une per­sonne dé­po­si­tai­rede l’au­to­ri­té pu­blique, dé­gra­da­tions et apo­lo­gie pu­blique d’un ac­tede ter­ro­ris­meaé­té condam­né à quatre ans. Ce que ré­cla­mait le pro­cu­reur.

(Pho­to ar­chives J.-F. O.)

Après qu’il a vio­lem­ment agres­sé un gar­dien, des ins­crip­tions fai­sant l’apo­lo­gie du groupe État is­la­mique ont été re­trou­vées dans sa cel­lule.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.