Hol­lande, Valls et le tri­ton mar­bré

Monaco-Matin - - France - Par CLAUDE WEILL

Pas sûr que la Cour ad­mi­nis­tra­ti­ved’ap­pel de Nantes ait ren­du ser­vice au gou­ver­ne­ment en dé­ci­dant de va­li­der les ar­rê­tés pré­fec­to­raux per­met­tant de dé­mar­rer le chan­tier de l’aé­ro­portNotre-Dame-des-Landes, sus­pen­du de­puis qua­treans. « Cette dé­ci­sion conforte la dé­ter­mi­na­tion du gou­ver­ne­ment », s’est aus­si­tôt fé­li­ci­téMa­nuel Valls. Sa dé­ter­mi­na­tion à lui, sans doute… Celle du gou­ver­ne­ment, c’est moins évident. C’est plu­tôt son em­bar­ras qui en est confor­té, à en ju­ger pas les pro­pos ac­ca­blés du se­cré­tai­red’État à l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur, Thier­ry Man­don. « Pff… Jene sais pas

comment on­sor­ti­ra­de­cette af­faire » , a-t-il sou­pi­ré, avant de

pro­phé­ti­ser que « ce­chan­tier ne se ter­mi­ne­rait pro­ba­ble­ment pas de la fa­çon­dont il a com­men­cé ». Com­prenne qui pour­ra. Ah ! si le tri­bu­nal avait eu la bonne idée d’an­nu­ler les fa­meux ar­rê­tés, com­mele pré­co­ni­sait la rap­por­teu­re­pu­blique! C’était en­co­re­quelques mois de ga­gnés. Mais là, après une énième dé­ci­sion de jus­tice fa­vo­rable au pro­jet NDDL, après le ré­fé­ren­dum lo­cal du  juin et la vic­toi­re­du « oui » à  %, il de­vient de plus en plus dif­fi­cile d’ater­moyer. Rien ne s’op­pose plus à la mise en oeuvre de la mâle pro­messe fai­te­par Ma­nuel Valls le  oc­tobre : « L’éva­cua­tion,

c’est pour cet au­tomne. Ça se fe­ra. » Il res­te­cinq se­maines. Tic-tac, tic-tac… Bien sûr, les op­po­sants au trans­fertde l’aé­ro­por­tont aus­si­tôt an­non­cé­qu’ils se pour­voyaient de­vant le Con­seil d’Etat. Mais cet ap­pel n’est pas sus­pen­sif et porte uni­que­ment sur des points de droit, pas sur l’op­por­tu­ni­té du pro­jet. Or il est bien évident que le pro­blème n’est plus d’ordre ju­ri­dique (si­non, ilya­beau­temps qu’on au­rait mis finà­cet in­ter­mi­nable bras de fer, dans le­quel les op­po­sants, mal­gré une in­ven­ti­vi­té­pro­cé­du­rière in­épui­sable, se sont fait ré­gu­liè­re­ment dé­bou­ter). Il est phi­lo­so­phique (où com­men­cee­toù fi­nit le droit à l’in­sou­mis­sion, dans une so­cié­té­dé­mo­cra­tique?) et po­li­tique. D’un cô­té, les ad­ver­saires de Notre-Dame-des-Landes : les mi­nistres éco­lo­gistes, et sur­tout Sé­go­lène Royal, mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment. De l’autre, les par­ti­sans: Ma­nuel Valls par prin­cipe ; Jean-MarcAy­rault par convic­tion, car ilaé­té, com­me­mai­re­deNantes, undes pro­mo­teurs du pro­jet. Plus, bien sûr, les  col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales par­ties pre­nantes (ré­gion, dé­par­te­ment, com­munes), qui ré­clament l’éva­cua­tion im­mé­diate de la zone. Entre les deux camps : des di­ri­geants so­cia­listes qui rêvent de se dé­bar­ras­ser de la pa­tate chaude. Et un Fran­çois Hol­lande qui n’aau­cune en­vie­de­se­brû­ler les doigts, al­lant jus­qu’à confier aux jour­na­listes Da­vet et Lhomme, dans le fa­meux livre (  ), qu’il ne croyait plus guère à l’ave­nir de Notre-Dame-des-Landes. Le tout sur fond de cam­pagne pré­si­den­tielle où tous les can­di­dats– pro­bables, pos­sibles, ou­vir­tuels– s’em­ploient dé­jàà­peau­fi­ner leur image et leur po­si­tion­ne­ment : pour Hol­lande, l’apai­se­ment et le ras­sem­ble­ment de la gauche ; pour Valls, le res­pect de la loi et l’au­to­ri­téde l’Etat. Alors, en­voyer les forces de l’or­dre­chas­ser les za­distes, au risque de s’alié­ner les dé­fen­seurs de la na­tu­reet­de­dé­clen­cher, com­mele re­dou­teSé­go­lène Royal, « des vio­lences et

des af­fron­te­ments tout à fait in­utiles » ; ou­con­ti­nuer à jouer la montre, au risque d’éta­ler le spec­tacle de l’im­puis­san­ce­pu­blique : tel est le dou­lou­reux choix au­quel est confron­té un exé­cu­tif di­vi­sé. Avec toutes les ar­rière-pen­sées que ce­la re­couvre. Et un en­jeu qui, pour les pro­ta­go­nistes, n’apas grand-cho­seà­voir avec la pré­ser­va­tion du flû­teau na­geant ou du tri­ton mar­bré. « Un­pré­sident ne­de­vrait pas di­re­ça… »

« Ah ! si le tri­bu­nal avait eu la bonne idée d’an­nu­ler les fa­meux ar­rê­tés ! »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.