Le ma­cabre scé­na­rio des­pa­rents­deFio­na de­vant les as­sises du Puy-de-Dôme

Monaco-Matin - - France -

« Si on n’avait pas consom­mé tout ça, on n’en se­rait pas là. » L’ex-com­pa­gnon de la mère de Fio­na, fillette de cinq ans qu’ils sont ac­cu­sés d’avoir tuée, a dé­crit un quo­ti­dien sous l’emprise de la drogue au pre­mier jour de leur pro­cès, lun­di, de­vant les as­si­ses­duPuy-de-Dôme. Troi­sans et­de­mi après le­drame, qui avait conduit le couple à men­tir avant de pas­ser aux aveux, le mys­tère plane tou­jours sur les der­niè­re­sheu­res­del’en­fant dont le corps n’a ja­mais été re­trou­vé. « Je veux sa­voir où est ma fille », a glis­sé son père, Ni­co­las Chafoulais, la voix trem­blante, à son ar­ri­vée au pa­lais de jus­tice de Riom où Cé­cile Bour­geon et Ber­kane Ma­kh­louf, 29 et 35 ans, com­pa­raî­tront pen­dant deux se­maines. Mais les pre­miers dé­bats, consa­crésà­la­per­son­na­li­té de ce der­nier, ont confir­mé que la vé­ri­té se­rait sans doute dif­fi­cile à trou­ver, les deux ac­cu­sés se re­je­tant la res­pon­sa­bi­li­té des faits. Dans le box, les deux ac­cu­sés n’échangent pas le moindre regard. Elle, vê­tue de noir, dis­si­mule son vi­sage der­riè­reune épaisse fran­gee­tun­car­ré blond dé­la­vé. Lui a le vi­sage glabre et éma­cié, loin­del’image né­gli­gée qu’il avait­don­née aux pre­miers jours de l’af­faire. Il cherche un peu ses mots au dé­but, ex­pli­quant qu’il a « du­mal » às’ex­pri­mer de­puis qu’il est « àl’iso­le­ment » en­pri­son. « Je ne vois per­sonne. Ce n’est pas fa­cile pour moi », dit-il d’une­voix­lente et co­ton­neuse, mar­quée­par la prise « d’an­ti­dé­pres­seurs et d’an­xio­ly­tiques » . Puis cet homme de 35 ans ra­conte sa vie, mar­quée par la vio­lence, l’ab­sen­ce­du­père, la drogue, l’échec sco­lai­reet le­trau­ma­tis­me­de­la rue. Cé­cile Bour­geon et Ber­kane Ma­kh­louf, ac­cu­sés de vio­lences ayant en­traî­né la mort sans in­ten­tion de la don­ner sur mi­neure de moins de 15 ans, par as­cen­dant ou par per­sonne ayant au­to­ri­té et en réu­nion, de non-as­sis­tan­ceà­per­sonne en dan­ger et de re­cel ou dis­si­mu­la­tion de ca­davre, en­courent 30 ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle. Le ver­dict est at­ten­du le 25 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.