La « su­per Lune » dans le ciel eu­ro­péen

Monaco-Matin - - Monde - (Pho­tos EPA et AFP)

Après l’Asie-Pa­ci­fique, la « su­per Lune » pou­vait dé­sor­mais être ad­mi­rée plus à l’ouest, no­tam­ment au- des­sus de l’Eu­rope (en Es­pagne à Sé­ville , en Al­le­magne à Mag­de­burg et à Nu­rem­berg 1 , et au sud de la France au large de Per­pi­gnan . La «su­per Lune» est due à la conco­mi­tance de deux phé­no­mènes as­tro­no­miques : la phase de pleine Lune tombe presque au mo­ment où l’astre est au plus près de la Terre, et elle ap­pa­raît donc plus brillante et plus grande que la nor­male de jus­qu’à  %, se­lon la Na­sa. La Lune se trou­vait, hier, à « seule­ment »   km de la Terre, contre une dis­tance moyenne de   km. Il faut re­mon­ter au  jan­vier  pour avoir une «su­per Lune» dont la dis­tance avec la Terre soit in­fé­rieure, et il fau­dra at­tendre le  no­vembre  pour que la Lune se rap­proche da­van­tage de la Terre, se­lon Pas­cal Des­camps, de l’Ob­ser­va­toire de Pa­ris. La Lune était vi­sible par­tout dans le monde une fois la nuit tom­bée. Mais le spec­tacle dé­pen­dait avant tout de la mé­téo. Dans le Var et sur la Côte d’Azur, le phé­no­mène n’a pu être ob­ser­vé en rai­son d’un ciel nua­geux. Au grand dam de nos pho­to­graphes qui n’ont pu im­mor­ta­li­ser l’évé­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.