La villa tro­pé­zienne de Gé­rard­deVilliers sai­sie

Dis­pa­ru en 2013, le père de SAS laisse une suc­ces­sion dis­pu­tée par ses femmes et hé­ri­tiers di­rects ain­si que des créances mul­tiples qui pour­raient abou­tir à la vente de son pa­tri­moine va­rois

Monaco-Matin - - Magazine - LAURENT AMALRIC la­mal­ric@ni­ce­ma­tin.fr

Dès l’an­nonce de son dé­cès le 31 oc­tobre 2013 à 83 ans, les SOS cli­gno­taient au­tour de la suc­ces­sion de l’au­teur de SAS. Sa cé­lèbre sé­rie de ro­mans d’es­pion­nage a beau s’être ven­due à quelque cent­mil­lions d’exem­plaires, Gé­rard­deVilliers laisse sur­tout des dettes... Ma­rié quatre fois, l’homme à femmes pos­sé­dait tou­te­fois des biens, dont une mai­son à La Celle-Saint-Cloud et une villa à Saint-Tro­pez. C’est cette der­nière, construite en 1988 dans la très hup­pée ré­si­den­cedes Parcs qui est vi­sée par une pro­cé­dure de sai­sie ju­di­ciaire et risque d’être­ven­dueaux en­chères pour ré­sor­ber ses mul­tiples créances. À l’ori­gi­nede la­pro­cé­dure, sa troi­sième épouse, Ma­rie-Ch­ris­tine, qui en­tend bien bé­né­fi­cier des pen­sions ali­men­taires ja­dis très gé­né­reu­se­ment né­go­ciées mais blo­quées de­puis sa dis­pa­ri­tion.

Le com­bat d’une Ni­çoise pour son fils

Es­ti­mée à 7,5 mil­lions, la re­vente de la de­meure tro­pé­zienne avec parc, pis­cine, vaste sa­lon et nom­breuses chambres, per­met­trait éga­le­ment de dé­nouer une si-

tua­tion cri­tique pour son fils Mi­chel. Au­jourd’hui âgé de 57 ans, il est me­na­cé d’expulsion de son pe­tit ap­par­te­ment pa­ri­sien, près du Sa­cré-Coeur... Celle qui fut la pre­miè­reMa­dame De Villiers de 1957 à 1965, Ol­ga Vec­chione, dé-

sor­mais re­trai­tée ni­çoise, monte au cré­neau pour pré­ser­ver son fils. « De son vi­vant, la seule chose que payait son père pour ai­der Mi­chel était ce loyer pa­ri­sien de 1100 De­puis le dé­cès de Gé­rard, les loyers sont im­payés et il est

donc sous man­dat d’expulsion. Mon fils étant han­di­ca­pé, il ne tou­chait que la Co­to­rep. Or, il vient de re­ce­voir une no­ti­fi­ca­tion lui sup­pri­mant cette al­lo­ca­tion à 70 %. Àpar­tir de no­vembre, il n’au­ra au mieux que le RSA pour com­pen­ser. Il ris-

que de fi­nir à la rue... », s’in­quiète Ol­ga­qui, de son­cô­té, n’a plus que sa pen­sion re­traite pour vivre. Celle qui ta­pa les ma­nus­crits nar­rant les aven­tures du Prince Mal­ko Linge jus­qu’à la fin n’avait de son cô­té ob­te­nu qu’une «maigre» pen­sion ali- men­taire de 550 Elle aus­si éva­po­rée de­puis no­vembre 2013...

Ch­ris­tine de Villiers seule usu­frui­tière

Et ce n’est hé­las pas le tes­ta­ment du père de SAS da­té du 28 sep­tembre 2013, soit 32 jours avant de pous­ser son der­nier sou­pir, qui va dé­nouer ce nou­vel épi­sode de la sa­ga fa­mi­liale. Ré­di­gée sur son lit d’hô­pi­tal d’une écri­ture tor­tu­rée, cette unique page liste par­mi ses ul­times vo­lon­tés le droit mo­ral de son oeuvre à sa fille Ma­rion (fille d’An­nick de Villiers, sa se­conde épouse) et l’or­ga­ni­sa­tion d’une vente aux en­chères au­tour de la sa­ga SAS. De son cô­té, sa der­nière épouse, Ch­ris­tine, ma­riée en 1991 sous le ré­gime de la com­mu­nau­té et qui se pré­vaut d’un contrat de ma­riage ir­ré­vo­cable, est pour l’heure la seule usu­frui­tière des biens et droits d’au­teur de Gé­rard­deVilliers, même si elle ne vi­vait plus avec ce der­nier de­puis 2003. Elle est éga­le­ment la­gé­rante des édi­tions SAS Gé­rard de Villiers, soit deux cents titres en ca­ta­logue, dont cer­tains en cours de ré­édi­tion.

(Pho­to ar­chives L. Bou­tria/F. Fer­nandes)

L’au­teur dans sa villa des Parcs à Saint-Tro­pez qu’il qua­li­fiait de « ce qui se rap­proche le plus du pa­ra­dis ». Les tra­cas au­tour de sa suc­ces­sion sont-ils en train d’en faire un en­fer?

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.