Un im­pact éco­no­mique fort dans le golfe de Saint-Tro­pez

Monaco-Matin - - Grand Sud - V. G.

Di­rec­teur de la Mai­son du tou­risme du gol­fe­deSaint-Tro­pez, Em­ma­nuel Ber­trand est en­co­rea­ba­sour­di par la dé­ci­sion qui vient de pren­dreef­fet, no­tam­ment parce qu’elle concerne l’aé­ro­port des­ser­vant la pres­qu’île. Rap­pe­lant que « l’aé­ro­port golfe de Saint-Tro­pez est fré­quen­té par des avions pri­vés qui trans­portent des per­sonnes ave­cun­haut ni­veau de dé­penses sur notre ter­ri­toire » , il sou­ligne « c’est une grosse clien­tèle de ré­si­dences se­con­daires. Elle fait tra­vailler énor­mé­ment les trai­teurs » . Mais aus­si toutes les per­sonnes em­ployées dans ces pro­prié­tés, ain­si que les pro­fes­sion­nels qui vivent aus­si grâ­ceàces riches va­can­ciers, telsque fleu­ristes, taxis, coif­feurs, etc. M. Ber­trand

re­gret­teé­ga­le­ment les mo­tif­sdu­choix gou­ver­ne­men­tal : « La cause n’est pas phi­lo­so­phique, pour des rai­sons de sé­cu­ri­té­par exemple, mais bud­gé­taire. C’est pour fai­redes éco­no­mies sur le per­son­nel doua­nier » . Fort de­ce­cons­tat et de l’im­pact sur le ter­ri­toi­reest-va­rois : « Sur le plan éco­no­mique, cet­te­me­su­re­doit être ré­étu­diée. Tous les ac­teurs éco­no­miques sont d’ac­cord là-des­sus » , es­time-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.