El Tigre, mis à l’épreuve

Fal­cao a eu la joie de re­trou­ver sa sé­lec­tion co­lom­bienne plus de deux ans après sa grave bles­sure au ge­nou. Dans une bonne forme ac­tuel­le­ment, tien­dra-t-il phy­si­que­ment ?

Monaco-Matin - - Sports - FA­BIEN PIGALLE

Hier soir tard dans la nuit, la Co­lom­bie se dé­pla­çait en Ar­gen­tine pour son dou­zième match des qua­li­fi­ca­tions de la Cou­pe­duMonde 2018 en Rus­sie. Dans laZo­neAm-Sud, la Tri­co­lor est troi­sième. Sur­tout, elle n’est plus or­phe­lin de son Tigre. Ra­da­mel Fal­cao, 30 ans, a en ef­fet été rap­pe­lé par le sé­lec­tion­neur Jo­séPé­cker­man. L’at­ta­quant de l’AS Mo­na­co, au­teur d’un bon dé­but de sai­son sur le plan comp­table avec 8 buts en 10 matches seule­ment, s’est ar­ra­ché pour ob­te­nir cette place en sé­lec­tion. Contre le Chi­li le 10 no­vembre, il est en­tré sur la pe­louse du Me­tro­po­li­ta­no Ro­ber­to Me­len­dez à Bar­ran­quilla. A la mi- temps, il rem­pla­çait Mi­guel Bor­ja, mais n’est pas ar­ri­vé à faire la dif­fé­rence. Un re­tour sui­vi de près par les ca­mé­ras de l’AS Mo­na­coTV. L’oc­ca­sion de se rendre compte que ‘’Fal­ca’’, reste ‘’Fal­ca’’. « Tout le monde se sou­vient de ce que j’ai fait pour le pays. J’ai tra­vaillé dur pour re­ve­nir. Les Co­lom­biens m’aiment et croient en moi. Je vais me don­ner à 100% » , ju­rait le na­tif de San­ta Mar­ta. Dans les ba­gages de Fal­cao, le Dr Phi­lippe Kuentz, a glis­sé le “pe­tit ma­nuel” du long dé­pla­ce­ment. Parce que du cô­téde l’ASM, on sai­tà­quel point le corps du Tigre est à bi­chon­ner.

« Il n’est pas à % »

Leo­nar­do Jar­dim, qui a sui­vi de près la sé­lec­tion por­tu- gaise du­rant la trêve in­ter­na­tio­nale, est vi­gi­lant quant à l’état de forme de Fal­cao. Il y a d’ailleurs très peu de chance que le Co­lom­bien soit ti­tu­laire à Lo­rient ven­dre­di. Voi­re­qu’il fasse par­tie du dé­pla­ce­ment. Parce qu’il ne ren­tre­ra qu’au­jourd’hui dans la jour­née et qu’il n’au­rait qu’une séance dans les jambes, celle de de­main. Sans ou- blier le de­gré de fa­tigue de Fal­cao cau­sée par cette se­maine de voyage. Une in­con­nue à dé­ter­mi­ner. « Ac­tuel­le­ment, il n’est pas à 100%. Il a dé­jà su­bi deux ar­rêts d’un mois. Ce se­rait dif­fi­cile pour n’im­porte quel joueur de s’ar­rê­ter, re­prendre, s’ar­rê­ter. Mais avec le nombre de matches, le rythme va re­ve­nir » , es­ti­mait Jar­dim avant la trêve, as­su- rant qu’il reste « l’un des meilleurs at­ta­quants du monde » .

« Re­trou­ver cette sen­sa­tion de jouer tous les trois jours »

Dans toutes ses sor­ties, l’at­ta­quant co­lom­bien a ré­pé­té de­vant les mé­dias qu’il « se sen­tait bien » , et qu’il avait « hâte de re­trou­ver cette sen­sa­tion de jouer tous les trois jours » . « Qu’il n’y a pas mieux que l’en­chaî­ne­ment des matches pour re­trou­ver le rythme ». Re­lan­cer l’at­ta­quant est de­ve­nu une cause na­tio­nale sur le Ro­cher, mais aus­si en Co­lom­bie, où la sé­lec­tion peine à se trou­ver un grand bu­teur (seule­ment 15 buts ins­crits). « Nous al­lons re­lan­cer sa car­rière à Mo­na­co, c’est son club » , lan­çai­tà­plu­sieurs re­prises Va­dim Va­si­lyev, le vice-pré­sident de l’ASM. « Un joueur qui n’a pas joué pen­dant presque deux ans et de­mi, il faut lui lais­ser du temps » , ex­pli­quait-il avant de pour­suivre : « on va voir le meilleur Fal­cao, mais plus tard » . Et pour­tant, tout le monde semble bien im­pa­tient.

(Pho­to AFP)

Ra­da­mel Fal­cao, af­fron­tait hier soir l’Ar­gen­tine avec la Co­lom­bie.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.