LES TÊTES DE L’EM­PLOI

Monaco-Matin - - Détente - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR PHI­LIPPE DU­PUY

D’Alexandre Char­lot & Franck Ma­gnier (France). Avec Franck Du­bosc, El­sa Zyl­ber­stein, Fran­çois-Xa­vier De­mai­son. Du­rée:  h . Genre: Co­mé­die. Notre avis:

Franck Du­bosc et El­sa Zyl­ber­stein étaient à Nice, ce week-end, pour pré­sen­ter Les Têtes de l’em­ploi, d’Alexandre Char­lot et Fran­ckMa­gnier, dans le­quel ils jouent­deux em­ployés de l’agence pour l’em­ploi­me­na­cés à leur tour par le chô­mage. Une co­mé­die­grin­çante qui leur of­frel’op­por­tu­ni­té ra­rede chan­ger… D’em­ploi!

Une­co­mé­die­sur le chô­mage jus­tea­près Moi, Da­niel Blake, c’est gon­flé… Franck Du­bosc: Je n’ai pas vu le film de Ken Loach, mais si notre film peut être com­pa­ré à ce ci­né­ma-là, j’en se­rais très heu­reux. Pour au­tant, ce n’est pas un film­sur Pôle em­ploi. On se moque au­tant des per­son­nages que de l’ad­mi­nis­tra­tion, parce qu’ils ga­lèrent en­core plus dans leur vie pri­vée que dans leur vie pro­fes­sion­nelle. On les prend à un mo­ment où tout va mal dans leur vie, c’est ça qui faire rire… El­sa Zyl­ber­stein: Au-de­là de l’hu­mour du scé­na­rio, qui m’a fait mou­rir de rire, ce qui est in­té­res­sant, c’est le point de vue: nos trois per­son­nages vont en­core plus mal que les chô­meurs qu’ils sont cen­sés ai­der…

Onsent que vous vous êtes bien amu­sés àcom­po­ser des per­son­nages éloi­gnés de vo­sem­plois ha­bi­tuels… Franck: On a beau­coup ri, en ef­fet. La mous­tache et les lu­nettes pour moi, les pe­tits pulls mo­hair ajus­tés d’El­sa, c’était dé­jà co­mique… Sté­phane est un homme or­di­naire, dur en ap­pa­rence, mais qui cache une faille in­time. C’est la pre­mière fois que j’ai à jouer quel­qu’un comme lui. Il fal­lait être drôle sans être for­cé­ment ri­go­lo. Je ne pou­vais pas res­sem­bler à Pa­trick Chi­rac… El­sa: Pour moi, être ac­trice ce n’est que ça: ren­trer dans des uni­vers dif­fé­rents, des per­son­nages dif­fé­rents, don­ner son corps et son es­prit pour le rôle… Franck: Oui, en­fin, sur­tout son es­prit, hein! (rires) El­sa: Ca­thy a ce cô­téGirl next door que je n’avais en­core ja­mais joué. Je me suis ins­pi­ré des co­mé­dies avec Meg Ryan et Me­la­nie Grif­fith, qui fai­saient ça­mer­veilleu­se­ment. Elle est blonde, for­cé­ment, mais avec des ra­cines parce qu’elle n’a pas le temps, ni les­moyens de s’oc­cu­per d’elle. Elle porte des vê­te­ments or­di­naires, mais près du corps parce qu’elle est en manque d’amour… C’est une jeune femme d’au­jourd’hui qui est obli­gée de se battre au quo­ti­dien, comme beau­coup de femmes. Elle est émou­vante et drôle à la fois. Je l’ai trou­vée cra­quante et jeme suis dit qu’il fal­lait que je l’in­carne comme ça.

Vous n’avez­pas eu peur de cas­ser votre image? El­sa: non, j’ai ado­ré ça, au contraire. J’ai vrai­ment ado­ré êtreCa­thy. Franck: ce qui était in­té­res­sant, avec ce rôle, c’est qu’on res­te­dans la co­mé­die, mais avec un fond de sé­rieux. El­sa: oui et les co­mé­dies avec du fond c’est rare! De­puis In­tou­chables, qui est pour­moi LA ré­fé­rence, on n’en­apas vu beau­coup dans le ci­né­ma fran­çais…

Franck, ça vous plai­rait d’al­ler dan­sun re­gis­treen­co­re­plus noir? Pour­quoi pas? Peut-être­qu’en vieillis­sant, le pu­blic ac­cep­te­ra de­me­voir dans des re­gistres plus sé­rieux, jouer des rôles dra­ma­ti­ques­même. Mais j’aime faire rire et, pour l’ins­tant, je sais que­mo­nem­ploi c’est ça. Et com­mele montre le film, c’est dé­jà pas mal d’avoir un em­ploi! (rires)

Le suc­cès­deCam­ping  au­gure-t-il d’un nu­mé­ro  ? Pas tout de sui­teen tout cas. On tra­vaille sur une au­tre­co­mé­die en­so­leillée avec Fa­bien On­te­niente, mais elle ne se pas­se­ra pas dans un cam­ping.

En­so­leillée, ça­veut dire tour­née sur la Cô­ted’Azur? Non, dé­so­lé, c’est un so­leil beau­coup plus loin­tai­nau­quel on pense…

(Pho­tos Pro­duc­tion)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.