Fair- play

Leo­nar­do Jar­dim est al­léà­la­ren­con­tre­de­mi­nots de Mo­na­co pas­sion­nés de foot, hier aux Mo­ne­ghet­ti. Et de l’AS Mo­na­co, for­cé­ment. Une belle rencontre.

Monaco-Matin - - La Une - Textes : Ni­co­las HASSON-FAURÉ nhas­son@ni­ce­ma­tin.fr Photos : Jean-Fran­çois OTTONELLO

Au dé­part, ils sont un peu im­pres­sion­nés. Les re­gards sont un peu ti­mides. Et puis, ils gagnent en confiance. Des mains se lèvent, les ques­tions s’en­chaînent. La scène se dé­roule hier après­mi­di, au stade des Mo­ne­ghet­ti. Soixante- dix ly­céens du Ly­cée tech­nique et hô­te­lier de Mo­na­co, de FANB ou du ly­cée Al­bert-Ier, tous ins­crits à l’UNSS, et quelques col­lé­giens de FANB se sont as­sis sur le ter­rain. Ils se tiennent, en de­mi-lune, face à Leo­nar­do Jar­dim, l’en­traî­neur de l’AS Mo­na­co. Les ques­tions ba­laient un large spectre de su­jets. La conver­sa­tion en­globe le tra­vail – « Pour ar­ri­ver à un bon ni­veau, tu as be­soin de beau­coup tra­vailler » –, la sé­lec­tion du Por­tu­gal – « Peut-être un jour. Ce n’est pas un ob­jec­tif » –, le mer­ca­to hi­ver­nal – « Main­te­nant, l’équipe est bien » –, la Cham­pions League – « Tou­jours le plus beau spec­tacle de foot­ball ». Après les au­to­graphes et les photos obli­ga­toires, tout le monde se lève. Des matches vont bien­tôt com­men­cer. Leo­nar­do Jar­dim est là, aus­si, pour ob­ser­ver ces ren­contres entre ly­céens, dans le cadre d’un par­te­na­riat entre l’AS Mo­na­co et la di­rec­tion de l’Édu­ca­tion na­tio­nale, de la Jeu­nesse et des Sports. Yas­sine, 17 ans, en pre­mière au Ly­cée tech­nique, fait par­tie de ceux qui vont jouer. « Le voir à la té­lé­vi­sion et en face, c’est to­ta­le­ment dif­fé­rent » , com­mente-t-il. Leo­nar­do Jar­dim aux Mo­ne­ghet­ti, « ça fait ex­trê­me­ment plai­sir » , parce qu’il a « pris le temps » de ve­nir ici.

« Une belle re­con­nais­sance »

La ve­nue « montre qu’on peut s’in­té­res­ser à eux, abonde Laurent Le­rous­seau, en­sei­gnant à FANB et res­pon­sable du foot­ball dans les ly­cées de Mo­na­co. Ce n’est pas parce qu’on joue à l’UNSS qu’on n’existe pas. C’est une belle re­con­nais­sance » . Au fond, c’est le mes­sage le plus im­por­tant.

Sou­ve­nirs sou­ve­nirs

Leo­nar­do Jar­dim, lui, a vis­sé son re­gard sur les matches qui se dé­roulent sur le ter­rain. La rencontre fait re­mon­ter quelques sou­ve­nirs. « J’ai joué en sport sco­laire, j’ai en­traî­né des équipes de sport sco­laire », res­ti­tue-t-il. C’est l’autre mes­sage, der­rière ce dé­pla­ce­ment aux Mo­ne­ghet­ti: « Pour tout le monde, le foot­ball sco­laire, c’est très loin du foot­ball pro­fes­sion­nel, mais tu peux tou­jours y ar­ri­ver. Je suis pas­sé par beau­coup de choses : le sport sco­laire, la qua­trième di­vi­sion, l’en­traî­ne­ment des jeunes, et au­jourd’hui, je suis à un bon ni­veau. » Au­tre­ment dit: tout est pos­sible.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.