Fe­do­roff ou le goût des autres

L’ama­teur d’art a pas­sé sa vie à tendre la main à de jeunes ar­tistes qui s’ap­prêtent à dé­cou­vrir le feu des en­chères à Pa­ris. Art­cu­rial ex­pose cer­tains lots, au­jourd’hui, quai An­toine-1er

Monaco-Matin - - Monaco - THO­MAS MI­CHEL tmi­chel@ni­ce­ma­tin.fr

C her Mi­chel, ta vieest un ro­man à la Tol­stoï, une vie ful­gu­rante et riche dé­diée à la­créa­tion, aux ar­tistes età­dif­fu­ser au­près de cette com­mu­nau­té ar­tis­tique avec ta fa­conde des conseils­pré­cieux sous la forme de haï­kus. Ton adage que tu ai­mais ré­pé­ter “Il vaut mieux un peu de beau­coup que beau­coup de rien” ré­sonne tou­jours comme la phi­lo­so­phie d’une­vie d’un­réel es­thète que tu as été, tou­jours en quê­ted’aven­tures et de nou­veau­tés, tou­jours à l’écoute des mu­ta­tions cultu­relles et tech­no­lo­giques du­monde cultu­rel en mou­ve­ment. » La plu­mea­mi­cale et ins­pi­rée de Jé­rôme Sans, cri­tique d’art re­con­nu et an­cien di­rec­teur du Pa­lais de To­kyo, se suf­fit pour por­trai­ti­ser Mi­chel Fe­do­roff. La pa­role d’un ami qui in­ter­vient à l’heure d’une brève ex­po­si­tion de la col­lec­tion Fe­do­roff, au­jourd’hui à la ga­le­rie Marl­bo­rough de Del­phine Pas­tor (4, quai An­toine-Ier), en pré­lude d’une vente aux en­chères (114 lots) par Art­cu­rial, le 28 no­vembre à Pa­ris.

« Une ré­vé­la­tion »

Dé­cé­dé à l’été 2014, le ré­sident mo­né­gasque et ama­teur d’art – il ne­goû­tait point l’éti­quette de col­lec­tion­neur – avait consa­cré sa vie à lan­cer et pro­mou­voirde jeunes ar­tistes. Jus­qu’à crée­rune ré­si­dence d’ar­tistes sur les col­lines de Bar­ge­mon dans le Var. Unen­ga­ge­ment aux fron- tières du sa­cer­doce, né à l’aube de l’âge adulte. Fils d’un émi­gré russe chauf­feur de taxi dans la ca­pi­tale, Mi­chel Fe­do­roff fait ses gammes, dès 15 ans, dans une pe­tite en­tre­prise de mu­sique d’am­biance qui de­vien­dra n°1 mon­dial. En pa­ral­lèle, il « bri­cole » des sculp­tures en bois ou plâtre. Mais plu­tôt qu’un ar­tiste, il se­ra un mes­sa­ger. « Du cô­té de Pon­toise, j’ai dé­cou­vert les plaines de Pis­sa­ro età Au­vers-sur-Oise la mai­son de Van Gogh. Une ré­vé­la­tion. Je me suis ren­du à Am­ster­dam et je me suis aper­çu que cer­tains ar­tistes meurent pauvres sans pou­voir vivre de leurs oeuvres. »

« En­ga­ge­ment to­tal »

« Il avait le goût de la dé­cou­verte, de se faire sur­prendre. C’était un en­ga­ge­ment to­tal, sur­tout ces der­nières an­nées » , es­time Mar­tin Gues­net, ex­pert en­art contem­po­rain en charge du dé­ve­lop­pe­ment d’Art­cu­rial en Eu­rope. Un goût plu­riel que les ex­perts d’Art­cu­ria­lont­sou­hai­té re­trans­crire dans un ca­ta­logue dé­cli­né en cinq thé­ma­tiques: l’Ecole de Nice, les­nou­veaux réa­listes, concep­tuel et mi­ni­mal, la scène contem­po­raine et les­pho­to­gra­phies. « C’est un che­mi­ne­ment cette col­lec­tion, c’est ça­qui est beau. Au­jourd’hui on voit tel­le­ment de col­lec­tion­neurs qui veulent tout ache­ter tout prêt, tout fi­ni. Toutes ces col­lec­tions se res­semblent alors que celle-ci s’est faite vrai­ment avec les pre­miers pas au­près de ga­le­ristes, Jean Fer­re­ro sur Nice, puis après il a évo­lué vers Ca­the­rine Is­sert (Saint-Paul-de-Vence), et puis Her­vé Loe­ven­bruck qui a été dé­ter­mi­nant. C’était osé­ce­qu’il fai­sait de se confron­ter à l’avant-garde. C’était un mé­cène qui a lais­sé un grand vide » Au fi­nal, une col­lec­tion aus­si ho­mo­gène qu’éclec­tique, fai­sant la­part­belle aux lau­réats du prix Mar­cel-Du­champ. bref, un re­gard unique sur l’art.

Mé­lange des genres

Fe­do­roff n’hé­si­te­ra pas à se dé­les­ter d’oeuvres ma­jeures si­gnées de Roy Li­chen­stein ou Pie­ro Man­zo­ni, pour fi­nan­cer des créa­tions­con­tem­po­raines telles Ma­son Mas­sacre, la Fer­ra­ri Tes­ta­ros­sa en mar­brede De­war et Gic­quel ou le Bi­ben­dum (voir photo) de Ber­nard Pei­na­do ex­po­sé au­jourd’huià Mo­na­co. Sur les­mursde la­ga­le­rie s’af­fi­chen­té­ga­le­ment les­me­nottes en acier de Ka­der At­tia, les Chif­fons ja­po­nais de Gé­rard Des­champs ou en­core un ex-vo­to rouge ( Sou­ve­nirs) de Claude Gilli. « M. Fe­do­roff touche beau­coup de monde. Il était ap­pré­cié à Mo­na­co et ça montre qu’Art­cu­rial peut faire d’autres choses » , se fé­li­cite la di­rec­trice d’Art­cu­rial Mo­na­co, Louise Gre­ther.

(Photos T.M.)

En haut : The Big One World ( x  x  cm, sur pa­lette), , Bru­no Pei­na­do. A gauche : Deux lignes in­dé­ter­mi­nées, , Ve­net / Bot­to­ni me­tro­no­mo ( bou­tons en nacre et clous sur pa­pier ma­rou­flé sur pan­neau ag­glo­mé­ré, mé­tro­nome avec plume), , Pier Pao­lo Cal­zo­la­ri. A droite : La poêle des  Ma­nu­france () et La Pan­ti­noise (), Jean-Luc Mou­lène.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.