Mi­see­noeu­vre­duDé­cret Plage de  : deux élues azu­réennes montent au cré­neau

Monaco-Matin - - Côte D’azur - TH. P.

Deux élues azu­réennes sont mon­tées à l’as­saut du Dé­cret Pla­ge­cette se­maine.

pré­si­dente (UDI) de la com­mis­sion Tou­risme à la Ré­gion, a in­ter­pel­léàce su­jetMat­thias Fekl, se­cré­taire d’Etat en charge de la pro­mo­tion tou­ris­tique, lors d’une rencontre avec ce der­nier àDigne. Elle lui a fait partde la­vive in­quié­tude sou­le­vée chez les pro­fes­sion­nels par la­mise en oeu­vre­de­ce­dé­cret pris en 2006, qui ré­duit le taux maxi­mal au­to­ri­sé d’oc­cu­pa­tiondes plages. « Ce texte est une ca­tas­trophe pour une éco­no­mie dé­jà en dif­fi­cul­té. Il existe une so­lu­tion dé­ro­ga­toi­reà ce dé­cret pour les plages de notre ré­gion » , a plai­dé Jen­ni­fer Salles-Bar­bo­sa. La sé­na­trice (LR)

a in­ter­pel­lé sur le même thème la se­cré­taire d’Etat au Com­merce, Martine Pin­ville, mar­di auPa­lais du Luxem­bourg, s’alar­mant des consé­quen­ces­du­dé­cret, « tant pour la­pé­ren­ni­té des éta­blis­se­ments de plage que pour l’em­ploi dans le sec­teur tou­ris­tique » . La­mi­nistre a fait va­loir que les­dé­mo­li­tions d’éta­blis­se­ment contri­bue­ron­tàun­re­nou­vel­le­ment de l’of­freetde l’at­trac­ti­vi­té des plages du ter­ri­toire, pré­ci­sant que les pré­fets vont contac­ter les élus lo­caux pour les in­vi­ter à s’en­ga­ger ra­pi­de­ment dans l’éla­bo­ra­tion des nou­velles conces­sions. Do­mi­nique Es­tro­si-Sas­sone a dé­plo­ré que le gou­ver­ne­ment ne laisse en­tre­voir aux pro­fes­sion­nels et aux élus au­cune piste d’as­sou­plis­se­ment, comme la prise en compte de la spé­ci­fi­ci­té de chaque lit­to­ral. « La fa­çade mé­di­ter­ra­néenne est bien plus étroite que celle de l’At­lan­tique mais concentre pour­tant plus de la­moi­tié des éta­blis­se­ments et de très nom­breux em­plois di­rects » , at-elle no­tam­ment sou­li­gné. La sé­na­trice a éga­le­ment re­gret­té que « le gou­ver­ne­ment n’en­vi­sage pas non plus d’adap­ter ce dé­cret aux spé­ci­fi­ci­tés de chaque com­mune, en lais­sant par exemple aux élus lo­caux la pos­si­bi­li­té de dé­ci­der des au­to­ri­sa­tions d’ou­ver­ture à l’an­née, dès l’ins­tant où ce sont les conseils mu­ni­ci­paux qui vont de­voir or­don­ner les des­truc­tions d’éta­blis­se­ment et su­bir les pertes de re­de­vances gé­né­rées par les conces­sions de plage, dans un contexte de baisse des do­ta­tions » .

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.