LIGUE  ( JOUR­NÉE) / SAINT- ETIENNE - NICE, DI­MANCHE À H SUR CA­NAL + « Je vais en fai­re­plus »

Convain­cu d’avoir par mo­ments for­cé son jeu l’an der­nier, Jean-Mi­chaël Se­ri est re­van­chard

Monaco-Matin - - Sports - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR WILLIAM HUMBERSET

Exi­gence et croyance sont des maîtres mots de la per­son­na­li­té de Jean-Mi­chaël Se­ri. Le mi­lieu de ter­rain est tel­le­ment dur avec lui-même qu’il parle « d’er­reurs à ne plus com­mettre jus­qu’àque j’ar­rête le foot­ball » quan­don le­ques­tionne sur sa pé­riode de creux connue la sai­son der­nière. Avec  passes et  buts, on­peut dif­fi­ci­le­ment par­ler de sai­son ra­tée, tout jus­ted’ir­ré­gu­la­ri­té. Mais « grâce à Dieu » , comme il le dit si bien, l’Ivoi­rien s’est re­mis à sen­tir les bons coups sur le ter­rain. L’ac­tuel meilleur pas­seur de Ligue  est dé­sor­mais un pi­lier chez les Elé­phants. Bles­sé et in­dis­po­nible pour le match ami­cal face à la France, “Mi­ka” de­vrait re­trou­ver la Côte d’Ivoire en jan­vier, pour la Coupe d’Afrique. Une com­pé­ti­tion dans la­quelle sa na­tion est cham­pionne en titre et qui de­vrait l’éloi­gner du Gym pen­dant presque un mois.

Mi­ka, la bles­sure à l’épaule est der­rière vous main­te­nant? J’étais tou­ché de­puis le match contre Schalke, et contre Caen la dou­leur s’est ré­veillée dans un duel. J’ai été mis au re­pos pen­dant les dix jours de trêve, j’ai re­pris l’en­traî­ne­ment lun­di, ça va.

Elle vous a em­pê­ché de jouer avec la Côte d’Ivoire contre le Ma­roc (-) et la France (-)… C’est fran­che­ment un re­gret. Quand je vois la qua­li­té de ces deux op­po­si­tions, ça m’a fait un peu­mal de les re­gar­der à la té­lé­vi­sion. Mais il y a des mo­ments où il faut sa­voir ac­cep­ter et prendre son mal en pa­tience. Dieu­mer­ci, on n’a pas per­du.

Ce match contre la France, vous l’avez re­gar­dé? Oui, c’était un bon­match de la e Côte d’Ivoire. On a po­sé des pro­blèmes à l’équipe de France, on a eu des op­por­tu­ni­tés et même une sé­rieuse oc­ca­sion en fin de match pour ga­gner. Je suis fier de mon équipe.

C’est un ré­sul­tat po­si­tif avant la Coupe d’Afrique des na­tions (CAN)? Oui, dans le sens où ri­va­li­ser avec une vé­ri­table équipe pro­fes­sion­nelle eu­ro­péenne sur ses terres, c’est dif­fi­cile. En Afrique, c’est très dif­fé­rent. Enor­mé­ment même. La Côte d’Ivoire a pu­mettre son jeu en place face à des joueurs ré­flé­chis, qui ne vont pas au duel, qui ne mettent pas des tacles par­der­rière… Il y avait de l’es­pace et les joueurs ont pu s’ex­pri­mer. Il fau­dra s’adap­ter à une si­tua­tion dif­fé­rente pen­dant la CAN. Il faut conser­ver notre titre. Onne nous pré­sente pas comme le plus grand fa­vo­ri, c’est d’ailleurs une bonne chose se­lon­moi. J’ai confiance en mon équipe et je sais que l’on ira au bout.

C’est une com­pé­ti­tion qui va vous éloi­gner de Nice pen­dant près d’un mois ( jan­vier- fé­vrier)… On ver­ra, il y a dé­jà une grosse sé­rie de dix matchs en trente jours qui ar­rive. Rienn’est fait, tout peut ar­ri­ver. Mais j’es­père que grâce à Dieu rien n’ar­ri­ve­ra et que je se­rai pré­sent lors de la CAN. Mais pour le mo­ment, jeme concentre sur les matchs à ve­nir avec Nice.

Vous êtes l’ac­tuel lea­der du clas­se­ment des pas­seurs en L avec six uni­tés. Vous vou­liez être da­van­tage dé­ci­sif cette sai­son, Dès le dé­but de cette sai­son, j’ai prié monDieu et lui ai de­man­dé d’être plus dé­ci­sif. Parce que c’est une an­née de confir­ma­tion pour moi. J’ai à coeur de faire plus, et je suis convain­cu que je vais en faire plus, par la grâce de Dieu. Comp­ter dé­jà six passes et un but en  matchs (toutes com­pé­ti­tions confon­dues), c’est bon pour la confiance. (di­rect) Je pro­mets que toutes les er­reurs que j’ai pu faire l’an­née der­nière ne se re­pro­dui­ront plus. Et ce, jus­qu’à la fin de ma car­rière. Quand tu com­prends d’où vient le pro­blème, c’est plus fa­cile pour le cor­ri­ger.

C’est-à-dire? J’ai ces­sé d’être dé­ci­sif pen­dant un mois, juste avant la ré­cep­tion de Pa­ris ( jour­née,  dé­cembre , -). Du coup, j’ai vou­lu for­cer la dé­ci­sion. Je sais que j’ai les qua­li­tés pour faire cer­taines choses, mais là j’ai man­qué de pa­tience. A force de vou­loir ten­ter, je n’ai rien réus­si du tout. Ce sont des choses qui n’ar­ri­ve­ront plus.

Vous avez dé­jà été trois fois dé­ci­sif sur coups de pied ar­rê­tés cette an­née. C’était aus­si un do­maine im­por­tant pour vous? J’ai la chance de tous les ti­rer, à moi d’en ti­rer pro­fit. Les équipes nous at­tendent dé­sor­mais pour mieux nous contrer, à l’image de Caen, et c’est un do­maine de jeu qui peut nous per­mettre de faire des dif­fé­rences.

Cer­tains ob­ser­va­teurs ont par­lé de coup d’ar­rêt pour Nice à Caen. Votre avis? Qu’ils at­tendent pour voir, je n’ai rien à dire. Caen, c’est fi­ni, on est pas­sé à autre chose. On est jeune, on éva­cue vite. On se re­con­centre dé­jà sur le pro­chain match. On a à coeur de prendre les trois points, ou d’en ra­me­ner au moins un. On joue­ra tous les coups à fond pour re­prendre notre marche en avant en cham­pion­nat.

Les sup­por­ters ni­çois ne pour­ront pas se dé­pla­cer à Geof­froy-Gui­chard. Mais à do­mi­cile, ils sont plus nom­breux que l’an der­nier… Per­sonne ne peut in­ci­ter les gens à al­ler au stade s’ils n’ont pas l’en­vie d’y al­ler. Je pense que la moyenne à do­mi­cile a aug­men­té parce que nous confir­mons ce que nous avons mon­tré l’an der­nier. Les gens sont fiers et veulent voir du beau jeu, du spec­tacle.

A for­cede vou­loir ten­ter, je n’ai rien réus­si du tout”

Cette sé­rie de dix­matchs en un mois peut être un pas­sage dé­li­cat à né­go­cier? On ver­ra comment on gé­re­ra cette sé­rie, mais on a dé­sor­mais l’ha­bi­tude de jouer tous les trois jours. L’en­traî­neur a bien su gé­rer jus­qu’à pré­sent, il le fe­ra en­core sur ces trente-trois jours pour que l’on dé­croche le maxi­mum de points pos­sible.

Mi­ka Se­ri vise loin pour le Gym, la Côte d’Ivoire et sa car­rière. c’est en bonne voie. Vous avez dé­jà bat­tu votre to­tal de l’an der­nier (cinq passes en  matchs). Avec le re­cul, vous sa­vez pour­quoi vous avez connu une pé­riode com­pli­quée après un bon dé­but de sai­son ( as­sists sur les  pre­mières jour­nées)? Et c’est Saint-Etienne, di­manche, une équipe in­vain­cue à do­mi­cile cette sai­son…

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.