Le fond ou la forme ?

As­su­rer avec Jean-Marc Dous­sain, ro­dé au sys­tème de jeu des Bleus, ou prendre des risques en ti­tu­la­ri­sant Ca­mille Lo­pez, plus créa­tif et en confiance ? Tel est le choix qui s’offre à l’ou­ver­ture

Monaco-Matin - - Sports -

Dous­sain, la double as­su­rance

Fran­çois Trinh-Duc for­fait et Jules Plis­son ren­voyé à ses études, Dous­sain (25 ans, 13 sél.) reste le seul ou­vreur dis­po­nible pré­sent sur toutes les listes et lors de tous les stages de Guy No­vès de­puis sa prise de fonc­tions. Il a l’avan­tage de par­fai­te­ment connaître le sys­tème de jeu prô­né par l’en­ca­dre­ment. Ras­su­rant avant de se frot­ter aux vice-cham­pions du monde aus­tra­liens, et alors que les Bleus sont en­core dans une phase d’as­si­mi­la­tion­du jeu pro­po­sé par le staff. Si­tôt le match face aux Sa­moa ter­mi­né sa­me­di der­nieràTou­louse (52-8), le sé­lec­tion­neur avait d’ailleurs sou­li­gné son ap­port après son en­tréeen­rem­pla­ce­ment de Trinh-Duc. « Quand Jean-Marc est ren­tré il avait le même jeu (que Trinh-Duc), parce que le sys­tème veut qu’on es­saye de se faire des passes et d’avoir du monde sur la lar­geur » ,a abon­dé mar­di le de­mi de mê­lée Maxi­meMa­che­naud. Vrai, après une en­tame un peu brouillonne. Dous­sain, qui était sous les ordres de No­vès au Stade Tou­lou­sain, est le type d’ou­vreur qui ré­cite ses gammes et fait jouer ses co­équi­piers avec ap­pli­ca­tion. Un joueur éga­le­ment ras­su­rant par la lon­gueur de son jeu au pied et sa pré­sence en dé­fense: l’Arié­geois, au ga­ba­rit tra­pu (1,74 m pour 92 kg), est un roc, ca­pable d’as­sé­ner des pla­quages of­fen­sifs. Ce qui pour­rait s’avé­rer pré­cieux face aux puis­sants cen­tres­wal­la­bies.

Lo­pez, le double pa­ri

Lo­pez (1,76 m pour 88 kg) Dous­sain ou Lo­pez, le­quel des deux­mè­ne­ra le jeu des Bleus sa­me­di ?

est lui­moins bon dé­fen­seur et pos­sède un jeu au pied moins pro­fond que Dous­sain. Sur­tout, il dé­couvre tout juste le pro­jet de jeu du XV de France, ap­pe­lé pour la pre­mière fois par No­vès. Un

in­con­vé­nient re­con­nu par Ma­che­naud, même si le Ra­cing­ma­nau­ti­li­sé les pré­cau­tions d’usage: « Lo­pez vient d’ar­ri­ver, il ne connaît pas for­cé­ment les an­nonces, ça va être plus dif­fi­cile pour lui

mais en une se­maine un joueur est ca­pable de s’ap­pro­prier un sys­tème. » Lo­pez ne se­ra tou­te­fois pas si dé­pay­sé s’il dé­bute puis­qu’il re­trou­ve­rait alors pro­ba­ble­ment à ses cô­tés (au moins) trois de ses co­équi­piers à Cler­mont, les deux centres Ré­mi La­me­rat et Wes­ley Fo­fa­na, ain­si que l’ar­rière Scott Sped­ding. D’au­tant que le style de jeu prô­né par le nou­veau staff des Bleus se rap­proche de ce­lui de l’ASM. « C’est un pro­jet de jeu qui lui va bien, contrai­re­ment à ce­lui de l’époque (sous Phi­lippe SaintAn­dré, avec qui il a connu ses neuf sé­lec­tions, NDLR). Ce­lui-là lui cor­res­pond au ni­veau de l’ani­ma­tion of­fen­sive, avec une vo­lon­té de te­nir le bal­lon, de trou­ver de l’al­ter­nance » , a ain­si ju­gé Vincent Et­che­to, ac­tuel ma­na­ger de Bayonne qui a dé­ni­ché Lo­pez (27 ans) de Mau­léon pour le faire ve­nir à Bor­deaux-Bègles. No­vès lè­ve­ra le voile ce ma­tin à 10h dans l’au­di­to­rium du Centre na­tio­nal du rugby, à Mar­cous­sis (Es­sonne).

(Photos AFP)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.