Le geste prin­cier aux plus dé­mu­nis

Le sou­ve­rain et la prin­cesse Char­lène ont of­fert des pré­sents aux per­sonnes les plus fra­giles de Mo­na­co et des com­munes li­mi­trophes. Par­mi eux, des fa­milles ve­nues d’Irak et de Sy­rie

Monaco-Matin - - La Une - J.D.

Cent soixante ré­ci­pien­daires. Hier, le prince et la prin­cesse ont of­fertdes co­lis aux plus­dé­mu­nis de Mo­na­co et des com­munes li­mi­trophes à l’oc­ca­sion de la fête na­tio­nale. Et cette an­née, en plus des per­son­nesque sou­tient la CroixRouge mo­né­gasque, le sou­ve­rain a gâ­té trente et un ré­fu­giés d’Orient. Des fa­milles ira­kiennes et sy­riennes, ve­nues de Beau­so­leil et Mo­na­co ont ain­si re­çu la consi­dé­ra­tion d’Al­bert II et de la prin­cesse Char­lène. Hier, au siège de l’as­so­cia­tion­bou­le­vard de Suisse, les plus dé­mu­nis étaient donc plus nom­breux qu’à l’ac­cou­tu­mée. Et pas uni­que­ment en rai­son de la pré­sence des mi­grants. Car Fré­dé­ric Pla­ti­ni, se­cré­taire gé­né­ral, l’af­firme: « Cette an­née, la de­mande est énorme. Nous at­tei­gnons mille dos­siers de de­mande d’aide par an. Il y a beau­coup plus de per­sonnes en dif­fi­cul­té. Phé­no­mè­ne­nou­veau, nous re­ce­vons les dos­siers de tra­vailleurs­pauvres et beau­coup de femmes seules. » Une triste réa­li­té à la­quelle le prince, pré­sident de la Croixrouge, Phi­lippe Nar­mi­no, vice-pré­sident et le co­mi­té exé­cu­tif tentent d’ap­por­ter des so­lu­tions: « Nous avons une réunion, tous les deux mois, avec le prince. Chaque dos­sier est exa­mi­né et pré­sen­té qui dé­cide de la suite ac­cor­dée à la de­mande. » Avec une en­ve­lop­pe­dé­diée à l’ac­tion so­ciale de plus d’un mil­lion d’eu­ros, no­tam­ment grâce aux dons, au ga­la an­nuel et à la braderie, l’as­so­cia­tion peut ai­der les plus dé­mu­nis au quo­ti­dien.

(Pho­tos Pa­trice La­poi­rie)

Après les plus dé­mu­nis sou­te­nus par la Croix- rouge, les ré­fu­giés d’Orient ont été ac­cueillis bou­le­vard de Suisse, au siège de l’as­so­cia­tion.

Ils viennent d’Irak ou de Sy­rie et tentent de se re­cons­truire à Beau­so­leil ou à Mo­na­co. Les ré­fu­giés d’Orient étaient, pour la pre­mière fois hier, gâ­tés par le prince Al­bert II et son épouse.

Un sac rem­pli de vic­tuailles re­mis par le prince et une fou­gasse of­ferte par la prin­cesse: c’est le ca­deau au­quel a eu droit chaque ré­ci­pien­daire.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.