Les sept can­di­dats au­ront-ils convain­cu les in­dé­cis ?

L’ul­time confron­ta­tion entre les sept can­di­dats à la pri­maire de la droite et du centre au­ra été mar­quée du sceau de la so­brié­té hier soir. Les fa­vo­ris ne s’y sont pas fon­ciè­re­ment dé­mar­qués

Monaco-Matin - - La Une - THIER­RY PRUDHON tprud­hon@ni­ce­ma­tin.fr

Les dés sont cette fois je­tés. Le pro­chain son­dage, il est grand temps, se dé­rou­le­ra gran­deur na­ture, di­manche. L’ul­time dé­bat, au­to­pro­cla­mé « dé­ci­sif » par France 2 ( 1), n’au­ra sans doute que peu mo­di­fié les in­ten­tions de vote. Ce fut un er­satzd’af­fron­te­ment, une joute édul­co­rée. Pour une rai­son for­melle d’abord : quand, àchaque ques­tion, seuleu­ne­moi­tié des can­di­dats est in­vi­tée à ré­pondre, se for­ger une vi­sion glo­bale des diag­nos­tics re­lève de la boule de cris­tal. L’ap­proche de la ligne d’ar­ri­vée, en­suite, n’au­ra pous­sé­per­sonne à ou­vrir une ba­taille­de­chif­fon­niers, ni­mê­meà­la sur­en­chère. Cette der­nière confron­ta­tion fut plus po­li­cée que la pré­cé­dente, qui avait don­né lieuà­quel­que­sé­gra­ti­gnures. Au point de per­dreen­pug­na­ci­té et en to­ni­ci­té ce qu’elle au­ra ga­gné en so­brié­té. Il faut rendre tou­te­fois aux sept pré­ten­dants cette justice : dans des laps de temps très contraints, tous au­ront fait preuve d’un re­mar­quable es­prit de conci­sion et de clar­té.

Fillon convain­cant

Di­dac­tiques, concrets, li­sibles, les trois fa­vo­ris l’au­ront étéàun­de­gré si­mi­laire. La­dé­mons­tra­tio­nen­trois points au­ra ryth­mé la soi­rée. Quant aux di­ver­gences en­treNi­co­las Sar­ko­zy, Alain Jup­pé et Fran­çois Fillon, on les au­ra comp­tées sur les doigts d’une main. Sen­sibles sur la ré­duc­tiondes fonc­tion­naires et le re­grou- pe­ment fa­mi­lial, lé­gères sur l’Eu­rope, in­fimes sur l’al­lo­ca­tion so­ciale uni­que­prô­née par tous, qua­si in­exis­tantes sur l’édu­ca­tion et no- tam­ment le main­tien du col­lège unique, sur le­quel Sar­ko­zyet Jup­pé se sont spec­ta­cu­lai­re­ment re­joints. NKM, Le Maire, Pois­son, Co­pé, cha- cun dans son re­gistre, au­ront sou­vent été les plus ico­no­clastes. Ce der­nie­ré­change au­ra fi­na­le­ment contri­bué à rap­pe­ler, en creux, les conver­gences na­tu­relles en­tre­ceux qui sont pro­misà­gou­ver­ner en­semble de­main. Il nous au­ra ra­me­nés au pointde dé­part: c’est d’abor­dun style, une­per­son­na­li­té, une­fa­çonde di­ri­ger, bien­plus­qu’un­pro­jets­pé­ci­fique, que les élec­teurs de la droite et du centre, plus quelques in­trus, au­ron­tà­choi­sir di­manche. Dans ce re­gistre, c’est le seul réel en­sei­gne­ment, Fran­çois Fillon au­ra­dé­mon­tré sa car­rure et sa ca­pa­ci­té à ri­va­li­ser. 1. Or­ga­ni­sa­teur de l’évé­ne­ment avec Eu­rope 1, la presse ré­gio­nale et Fa­ce­book.

(Photo MaxPPP/EPA)

Ce der­nier dé­bat avant le pre­mier tour a été plus po­li­cé que le pré­cé­dent.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.