Ra­chat à double titre

Lille, 18e, qui re­çoit Lyon, a dé­jà per­du à huit re­prises cette sai­son. De nou­veaux mau­vais ré­sul­tats pour­raient-ils faire échouer le pro­jet de re­prise ?

Monaco-Matin - - Sports -

Gé­rard Lo­pez, en passe de ra­che­ter Lille, se­ra en tri­bunes. Que ver­ra-t-il ? « Une équipe ma­lade » comme le dit Fré­dé­ric An­to­net­ti ? Des joueurs qui ne savent pas s’ils fe­ront « par­tie de l’aven­ture » fu­ture ? Ou un club qui vou­dra sé­duire face à Lyon ce soir ? Le LOSC, qui vé­gète à la 18e place du cham­pion­nat avec seule­ment 10points en 12 matches, a dé­jà per­du à huit re­prises cette sai­son, dont trois fois dans son antre. Mais Gé­rard Lo­pez sou­ligne que la si­tua­tion spor­tive dé­li­cate dans la­quelle se trouve Lille ne consti­tue pas un frein aux né­go­cia­tions. « Le pro­jet reste le même, faire du LOSC dans les deux ou trois ans à ve­nir, un club qui peut ri­va­li­ser avec le PSG, être dans le Top 3 de la Ligue 1 » , pré­cise-t-on de source proche du dos­sier. « Marc In­gla (ex-di­rec­teur mar­ke­ting du FC Bar­ce­lone entre 2003 et 2007) et Luis Cam­pos (an­cien di­rec­teur spor­tif de Mo­na­co) au­ront une place im­por­tante dans le pro­jet. Marc In­gla, c’est la conti­nui­té de Gé­rard Lo­pez sur le plan spor­tif » , as­sure-ton en­core pour di­reque tout ou presque est dé­jà pré­vu dans l’or­ga­ni­gramme fu­tur. « Ce qu’il faut com­prendre, c’est que l’ob­jec­tif est de dé­ter­mi­ner la meilleure offre et ça passe par un tra­vail qui doit se faire se­rei­ne­ment », pré­cise-t-on en conclu­sion.

An­to­net­ti : « Il faut des actes chi­rur­gi­caux »

Mais quel se­ra l’ef­fet de la pré­sence dans les gra­dins du stade Pierre-Mau­roy de Gé­rard Lo­pez, qui se­ra ac- com­pa­gné d’In­gla et Cam­pos, pres­sen­tis pour de­ve­nir res­pec­ti­ve­ment di­rec­teur gé­né­ral et di­rec­teur spor­tif du LOSC ? Les joueurs évoquent le su­jet entre eux et même de­vant la presse. « Dire le contraire se­rait­men­tir. Tout le monde a ça dans les têtes. Les gens savent que le club va sû­re­ment être ra­che­té, mais ils ne savent pas s’ils fe­ront par­tie de l’aven­ture. Mais si on se dit qu’on doit lâ­cher car les in­ves­tis­seurs vont ar­ri­ver, ce n’est pas comme ça qu’on va s’en sor­tir », a clai­re­ment in­sis­té le mi­lieu de ter­rain Ibra­him Ama­dou. Les joueurs sont donc som­més de ré­agir, d’au­tant que l’en­traî­neur Fré­dé­ric An­to­net­ti, qui pour­rait être me­na­cé en cas de ra­chat du club, a haus­sé le ton. « On est dans une si­tua­tion très dif­fi­cile. On est une équipe ma­lade. Il faut que

dans les se­maines à ve­nir des choix très forts soient faits. Il faut des actes chi­rur­gi­caux » , a lan­cé le tech­ni­cien corse. En fé­vrier der­nier, Lyon, alors cin­quième, s’était cas­sé les dents (0-1) sur des Dogues dé­jà mal clas­sés (13e). Ce match avait ser­vi de dé­clic aux deux clubs, qui avaient fi­ni la sai­son en trombe pour ter­mi­ner res­pec­ti­ve­ment deuxième et cin­quième. Qu’en se­ra-t-il ce soir ?

(Photo AFP)

Cor­chia et Lille, dans l’obli­ga­tion de ré­agir.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.