SOS chré­tiens d’Orient gran­dit vite en Irak

Troi­sième et der­nier vo­let de notre re­por­tage en Irak, où l’as­so­cia­tion hu­ma­ni­taire dé­ploie des moyens consi­dé­rables pour que la mi­no­ri­té chré­tienne puisse res­ter au Proche-Orient

Monaco-Matin - - Monde - De notre en­voyé spé­cial en Irak PIERRE-LOUIS PAGÈS pl­pages@ni­ce­ma­tin.fr

Dé­jà pré­sente en Sy­rie, l’as­so­cia­tion hu­ma­ni­taire SOS chré­tiens d’Orient, qui a pour ob­jec­tif avoué le main­tien de la com­mu­nau­té chré­tienne au Proche-Orient, s’est im­po­sée très ra­pi­de­ment dans le pay­sage ira­kien. D’abord sol­li­ci­tée pour creu­ser un puits à Qa­ra­qosh, la plus grande ville chré­tienne du pays, l’as­so­cia­tion a dû mon­ter une mis­sion de se­cours en ur­gence le 10 août 2014, soit quatre jours à peine après la prise de Qa­ra­qosh par Daesh. « Du coup l’ar­gent du puits a été uti­li­sé pour ins­tal­ler une ca­bine mé­di­cale dans un camp de ré­fu­giés à Er­bil », ra­conte Fran­çois-Xa­vier Gic­quel, le chef de mis­sion en Irak. De deux per­sonnes en août 2014, la mis­sion ira­kienne de SOS chré­tiens d’Orient tourne au­jourd’hui avec une ving­taine d’ef­fec­tifs en moyenne sur l’an­née, soixante en été. Pour l’es­sen­tiel de jeunes bé­né­voles ve­nus de France, aux­quels il faut ajou­ter quelques chauf­feurs-tra­duc­teurs lo­caux.

Les bé­né­voles – presque des­mis­sion­naires au sens religieux du terme, même si l’as­so­cia­tion ne fait pas de pro­sé­ly­tisme – c’est la grande force de SOS chré­tiens

d’Orient, par rap­port aux or­ga­ni­sa­tions non-gou­ver­ne­men­tales plus clas­siques. Outre une forte pré­sence sur le ter­rain, qui lui per­met de dis­tri­buer, se­lon leurs

be­soins per­son­na­li­sés, de la nour­ri­ture, des kits d’hy­giène, du chauf­fage à sept mille fa­milles de dé­pla­cés dans les camps et sept mille autres ins­tal­lées dans des mai­sons in­di­vi­duelles, SOS chré­tiens d’Orient as­sure que plus de 90 % de l’ar­gent ré­col­té au­près des do­na­teurs sont réel­le­ment dé­pen­sés pour ceux qui en ont be­soin.

Pro­jets struc­tu­rants

Mais l’as­so­cia­tion voit plus loin que la simple dis­tri­bu­tion de pro­duits de pre­mière né­ces­si­té. Si elle veut que les chré­tiens res­tent en Irak, il lui faut réa­li­ser des pro­jets struc­tu­rants. Avec un bud­get an­nuel de 1,2 M€, elle a dé­jà construit une école dans la com­mune de Man­gesh, une deuxième à Er­bil. Elle a éga­le­ment fi­nan­cé cinq cli­niques (quatre au Kur­dis­tan, une à Bas­so­rah). Et vient de se lan­cer dans la construc­tion d’une église à Sar­sing, pas très loin de la fron­tière turque. Mais le plus gros pro­jet – 1,2 M€ – reste la construc­tion, en col­la­bo­ra­tion avec l’Aide de l’église en dé­tresse, d’une école à cô­té de la ca­thé­drale de Bag­dad. Si son aide s’adresse es­sen­tiel­le­ment aux chré­tiens, l’as­so­cia­tion s’oc­cupe éga­le­ment de mille cinq cents fa­milles équi­ta­ble­ment ré­par­ties entre Yé­zi­dis, Turk­mènes (à Ker­ba­la) et Pesh­mer­gas.

(Pho­tos P.-L. P.)

Par­mi l’aide ma­té­rielle ap­por­tée par SOS chré­tiens d’Orient à la com­mu­nau­té chré­tienne d’Er­bil, un mi­ni­bus a été of­fert à une crèche qui ac­cueille chaque jour quelque  en­fants dé­pla­cés.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.