Clo­tilde, une Tou­lon­naise de  ans, au che­vet des fa­milles

Monaco-Matin - - Monde -

Elle a quit­té les bancs de l’école il n’y a pas si long­temps et la voi­là en Irak. Di­plô­mée de­puis à peine plus d’un an, l’in­fir­mière Clo­tilde Fau­ge­ron, Tou­lon­nai­sede 24 ans, est vo­lon­taire – et bé­né­vole – pour le compte de l’as­so­cia­tion SOS chré­tiens d’Orient. Une pre­miè­re­mis­sion hu­ma­ni­taire d’un mois qu’elle a pas­sée à s’oc­cu­per des fa­milles chré­tiennes et yé­zi­dies ayant fui la bar­ba­rie de Daesh. Pour la blonde Clo­tilde, ca­tho­lique pra­ti­quante, le choixde SOS chré­tiens d’Orient est ap­pa­ru comme une évi­dence. « De­puis deux ans, je don­nais un pe­tit coup de main lors des évé­ne­ments or­ga­ni­sés dans le Var par l’as­so­cia­tion. Sen­sible à la cause des chré­tiens d’Orient, j’avais en­vie de m’en­ga­ger da­van­tage ». Quant à la des­ti­na­tion: l’Irak, pays en guerre, où Daesh a en par­tie ins­tal­lé son ca­li­fat? « Je n’étais pas très in­quiète. Pas plus que mes pa­rents. En fait, je me suis dit que les res­pon­sables de l’as­so­cia­tion sur place sa­vaient ce qu’ils fai­saient. Je leur ai fait en­tiè­re­ment confiance. » À l’heure de ren­trer au pays, et mal­gré quelques pe­tites frayeurs lors de la vi­site de Bat­naya, ville fan­tôme, le bi­lan est plus que po­si­tif. « C’est une très belle ex­pé­rience. Bien sûr, c’est dur de voir ces gens qui ont tout per­du. En­trer dans l’église de Bat­naya, com­plè­te­ment ra­va­gée, m’a aus­si beau­coup émue. Mais j’ai pris énor­mé­ment de plai­siràm’oc­cu­per, deux fois par se­maine, de ces pe­tits lou­lous chré­tiens et yé­zi­dis, et à par­ta­ger le quo­ti­dien de leurs pa­rents ». Clo­tilde en­vi­sage d’ailleurs de re­par­tir fai­rede l’hu­ma­ni­taire. En choi­sis­sant cette fois une mis­sion « plus en rap­port avec le mé­di­cal, le sa­ni­taire. Même si l’écoute, le ré­con­fort font par­tie du mé­tier d’in­fir­mière ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.