Can­noises, faites-nous rê­ver !

Pour se qua­li­fier, le Ra­cing doit s’im­po­ser ce soir 3-0 ou 3-1 et rem­por­ter, dans la fou­lée, le set en or. For­cé­ment com­pli­qué, mais hy­po­thèse pas si far­fe­lue que ce­la…

Monaco-Matin - - Sports - PHI­LIPPE HERBET pher­bet@ni­ce­ma­tin.fr

Al’im­pos­sible, dit-on, nul n’est te­nu. Certes. Mais si l’on s’at­tarde un peu sur le dé­cryp­tage du match al­ler (per­du, il est vrai, 3 sets à rien), les rai­sons d’ima­gi­ner - ob­jec­ti­ve­ment - les Can­noises en me­sure de ren­ver­ser la si­tua­tion, sont bel et bien réelles. En Emi­lie-Ro­magne, Zaya­su et les siennes ont en ef­fet don­né pas mal de fil à re­tordre à ces Ita­liennes de Mo­dène que tous don­naient pour­tant ul­tra-fa­vo­rites de cette double confron­ta­tion. En par­ti­cu­lier dans le pre­mier set, mais plus en­core dans le sui­vant. Si bien que, mal­gré la dé­cep­tion, leur en­traî­neur, Laurent Tillie, a pu, à chaud, par­ler du « match le plus abou­ti (de ses filles) de­puis le dé­but de sai­son » .

Avec un peu plus de sé­ré­ni­té...

Face à un block ad­verse réel­le­ment im­pres­sion­nant, le Ra­cing a su, en ef­fet, trou­ver les so­lu­tions idoines pour main­te­nir le na­vire à flot. Et même bien mieux que ça… « En face, on avait pour­tant une très grosse équipe, ana­lyse plus fi­ne­ment ce­lui qui est éga­le­ment le coach de l’équipe de France mas­cu­line. Avec des joueuses qui, sur le plan in­ter­na­tio­nal, ont qua­si­ment toutes un énorme vé­cu. Mais avec nos moyens à nous, on a su éle­ver notre ni­veau de jeu, se mon­trer re­la­ti­ve­ment pa­tient, et al­ler leur po­ser quelques pro­blèmes…. » Avec un chouïa de réus­site sup­plé­men­taire ( « Mais ça aus­si, ça se tra­vaille... » ), les vice-cham­pionnes de France au­raient­même pu créer une drôle de sen­sa­tion au Hall Pa­la­pa­ni­ni. « Peut-être n’y a t-on pas suf­fi­sam­ment cru, pour­suit Tillie. Et c’est vrai­ment dom­mage... » Constat par­ta­gé par la pe­tite (mais bruyante) co­lo­nie de sup­por­ters qui avait tout spé­cia­le­ment fait le dé­pla­ce­ment de l’autre cô­té des Alpes, tout à leur sa­tis­fac­tion d’avoir consta­té que leur équipe était à nou­veau im­pré­gnée de ces quelques ver­tus in­dis­pen­sables à ceux qui am­bi­tionnent de voya­ger loin. « Main­te­nant, on doit conti­nuer à être dans une dé­marche de pro­gres­sion. Et voir si ces trois jours qui nous ont sé­pa­ré du match re­tour au­ront suf­fi pour nous per­mettre d’en­core faire grim­per notre ni­veau de jeu. Même si, et c’est im­por­tant de le sou­li­gner, on est tou­jours en phase de construc­tion. Ce qui est cer­tain, en re­vanche, c’est que l’on doit s’appuyer sur ce match al­ler, tout en es­sayant de ré­soudre deux ou trois pe­tits points, si l’on veut es­pé­rer se qua­li­fier… » Pour ré­su­mer, le club du pré­sident Pesce a en­core toutes les cartes en mains pour créer l’ex­ploit de ce 3e tour pré­li­mi­naire. A condi­tiond’abor­der ce deuxième acte avec un peu plus de sé­ré­ni­té ( « Même si c’est com­pli­qué quand on est tout le temps sous pres­sion... » ). Et, sur­tout, da­van­tage de confiance en soi. La clé de la réus­site, in­con­tes­ta­ble­ment…

(Pho­to Gilles Tra­ver­so)

Klos­ter, Di­mi­tro­va, Jak­se­tic, Sa­ven­chuk, Zaya­su, Ko­do­la et les Can­noises veulent ren­ver­ser la va­peur face à Mo­dène ce soir.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.