TOP  ( JOUR­NÉE, CASTRES - TOU­LON) Tou­lon : beau­coup trop im­pré­cis

Les Rouge et Noir n’ont pas réus­si dans leur am­bi­tieuse en­tre­prise face à de so­lides et ra­pides Cas­trais. Les hommes de Mike Ford, brouillons, s’in­clinent lo­gi­que­ment face à un CO en­tre­pre­nant

Monaco-Matin - - Sports - En­core in­cli­nés à l’ex­té­rieur. À CASTRES PAUL MASSABO

Une fois en­core, les Tou­lon­nais n’ont pas tou­ché terre. » Le constat de cet in­con­di­tion­nel du Castres Olym­pique au coup de sif­flet fi­nal peut pa­raître sé­vère. Il re­flète mal­gré tout la nette su­pé­rio­ri­té des Tar­nais face à des Va­rois vo­lon­taires mais bien trop im­pré­cis pour es­pé­rer quoi que ce soit. Pour­tant, et in­dé­nia­ble­ment, il y avait la vo­lon­té de faire vivre le bal­lon en cette en­tame de match test pour les deux for­ma­tions. Avec une éga­li­té au cours de qua­torze der­nières confron­ta­tions en­treTou­lon et Castres (six vic­toires de chaque cô­té et deux nuls), la ren­contre s’an­non­çait âpre. Il suf­fi­sait de voir les pre­mières em­poi­gnades en mê­lée fer­mée pour com­prendre que ce se­rait chaud tout au long de l’après-mi­di. Après le meilleur quart d’heure tou­lon­nais au­cours du­quel les Cas­trais ra­taient nombre de pla­quages, les hommes d’Urios, pro­bable- e ment un peu cris­pés, sor­taient peu à peu la tête de l’eau.

À force de plier

Une re­lance de Go­ro­ma­ru, sui­vie d’une per­cée de Da­vid Smith, lais­saient en­tendre que tout pou­vait ra­pi­de­ment bas­cu­ler d’un cô­té comme de l’autre. À ce jeu, une pé­na­li­té pré­ci­pi­tée ra­pi­de­ment jouée au pied par Es­cande al­lait per­mettre aux lo­caux de trou­ver la faille. Le bal­lon, tel un boo­me­rang, re­ve­nait en pleine fi­gure des Tou­lon­nais. Le cuir, vite envoyé à l’aile était re­pris dans l’en-but par le vé­loce Eber­sohn, après un coup de pied à suivre. Cet es­sai avait le mé­rite de lan­cer dé­fi­ni­ti­ve­ment la ren­contre au cours de la­quelle le CO a su pro­fi­ter de chaque op­por­tu­ni­té pour ap­por­ter le dan­ger. Et les ca­deaux n’ont pas man­qué. Le RCT pa­rait comme il pou­vait aux as­sauts ré­pé­tés de la bande à Du­pont. Il s’en sor­tait même plu­tôt bien à Le com­bat a en­core fait rage à Pierre Antoine. Mais les Tou­lon­nais, pris de vi­tesse sur les ex­té­rieurs se sont

l’ima­gede cet es­sai en coin, in­va­li­dé par la vi­déo suite à un pas­sage à vide préa­lable sur l’an­cien trois-quarts aile tou­lon­nais. Castres me­nait la danse avec un Du­mo­ra qui jouait juste, con­trai­re­ment à la char­nière va­roise trop ap­proxi­ma­tive. Le dé­rou­tant de­mi de mê­lée cas­trais, très convoi­té, était en­core à deux doigts (ou plu­tôt trois mètres) de conclure une per­cée au coeur de Ba­billot qu’on au-

rait pu croi­re­dé­ci­sive. Pour le CO, c’était en­core par­tie re­mise. Mais cô­té va­rois, à force de plier, les hommes de Ford al­laient fi­nir par lâ­cher. Fi­na­le­ment avec trois points, la do­mi­na­tion des Tar­nais était ré­com­pen­sée. Mais avant de ren­trer au ves­tiaire, un pi­lon­nage en règle ne per­met­tait pasàVer­meu­len et ses hommes de for­cer le ver­rou cas­trais. Ber­nard pas­sait par les airs pour ra-

me­ner, avec un drop, avant la pause, ses par­te­naires à quatre points des Cas­trais. Un score (13-9) plu­tôt flat­teur pour un RCT, certes vo­lon­taire et so­li­daire mais bien trop sou­vent sous pres­sion.

La dé­fense tou­lon­naise trouée

À la re­prise, Castres très en­tre­pre­nant, jouant vite et juste, met­tait ré­gu­liè­re­ment en dif­fi­cul­té cette dé­fense tou­lon­naise qui cé­dait sur une nou­velle re­lance dans l’axe. Un ex­ploit d’Eber­sohn en­voyait no­tam­ment No­nu aux pâ­que­rettes avant de poin­ter la tête dans le ga­zon der­rière la ligne. Les Tou­lon­nais se mon­traient in­ca­pables de mettre de la vi­tesse. Trop sta­tiques, ils se fai­saient ré­gu­liè­re­ment cro­quer par une dé­fense tar­naise tou­jours en place car ja­mais dé­pas­sée par la vi­tesse d’exé­cu­tion ad­verse. En force, après à une pé­nal­touche, Tou­lon, par l’in­ter­mé­diaire d’Orio­li, mar­quait son pre­mier es­sai du jour, re­don­nant quelques pe­tits es­poirs. Le temps fort qui s’en sui­vait, cô­té va­rois, n’était pas cou­ron­néde suc­cès. C’en était fi­ni cô­té rouge et noir. Mal­gré un jeu plus simple des hommes de Ver­meu­len, tou­ché au ge­nou en fin de match, c’est Castres qui, grâce à un une-deux entre Smith et Pa­lis le long de la ligne, per­met­tait à l’ar­rière de mar­quer. Les Tou­lon­nais, qui n’avaient plus rienà­perdre, jouaient leur va-tout mais confon­daient trop sou­vent vi­tesse et pré­ci­pi­ta­tion. Las­salle et ses par­te­naires en pro­fi­taient et sur un énième tur­no­ver, Stroe deux mi­nutes après la si­rène pointait pour l’es­sai du bo­nus. Les Cas­trais, « couillus », exul­taient. Les Tou­lon­nais bais­saient la tête, vain­cus par meilleurs.

(Pho­tos Frank Mul­ler)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.