Du­buis­son : show­de­vant

Lea­der après trois tours, le Can­nois Vic­tor Du­buis­son, 26 ans, peut ac­cro­cher au­jourd’hui un 3e titre à son pal­ma­rès. Le point d’orgue d’une sai­son dif­fi­cile

Monaco-Matin - - Sports - FA­BIEN PIGALLE

Au sor­tir de l’été, il nous avait ac­cor­dé une in­ter­view. Rare. Le Can­nois Vic­tor Du­buis­son, 26ans, pré­fère illu­mi­ner son­monde club en mains, et ne res­sent donc pas for­cé­ment le be­soin de s’épan­cher dans la presse. Pen­dant plus d’une heure, il nous avait ex­pli­qué les rai­sonsde sa­mé­forme, et l’ob­ses­sion­du ré­sul­tat, « qui me ronge » , di­sait-il. Le moyen, le bof, le quel­conque et l’à-peu-près... Vic­tor n’aime pas ça du tout. Ce qu’il aime ? « Fi­nir le der­nier trou, du der­nier tour d’un tour­noi, et de se voir en haut du lea­der­board. D’être fier de sa se­maine. D’avoir bien joué.» Ça tombe bien... Au­jourd’hui, il s’élan­ce­ra en der­nière par­tie du tour­noi fi­nal du Tour Eu­ro­péen qui a lieu en ce mo­ment à Du­baï. La grande messe du golf. Pour ce­la, le lea­der azu­réen a ren­du hier une carte ato­mique de 64, soit 8 coups sous le par (meilleur score éga­lé en­car­rière et -13 to­tal sur les trois jours). De­puis un mois, le n°1 Fran­çais au clas­se­ment mon­dial (93e) laisse par­ler son gé­nie club en mains. « L’es­prit apai­sé par une longue cou- pure d’été » , nous avait-il alors confié. Et quelle re­prise ! Son re­tour à la com­pé­ti­tion en Ita­lie le 18 sep­tembre avait don­né du grainà­moudre aux mé­di­sants. Aux im­pa­tients. Après un tour, Du­buis­son dé­ci­dait de se re­ti­rer. Bis re­pe­ti­ta au Bri­tish mas­ter la se­maine d’après, au bout de trois tours cette fois. Des re­traits qui ne font pas par­tie des us et cou­tumes du golf pro­fes­sion­nel, c’est vrai.

Un put­ting re­trou­vé

Mais Vic­tor Du­buis­son est un joueur à part. Un joueur passionné et pas­sion­nant. Et on ne sait ja­mais trop à l’avance ce que­ce­la peut ré­ser­ver. Loin des pro­jec­teurs et des tour­nois, il a tra­vaillé ses gammes comme on pré­pare un spec­tacle. Ob­jec­tif : être prêt le jour J. Le grand soir. Il re­trouve des sen­sa­tions au put­ting sous l’oeil de son coach Be­noît Du­cou­lom­bier, et ai­guise son jeu de fer. Pour l’Azu­réen, le golf, c’est comme le vé­lo, ça ne s’ou­blie pas. Juste une ques­tion d’équi­libre. Et ses ef­forts paient. Au Tur­kish Open d’abord, dé­but no­vembre, qu’il connaît bien pour l’avoir em­por­té dé­jà deux fois. En al­lant au bout du tour­noi et en ren­dant quatre scores so­lides, il po­sait une pre­mière pierre à l’édi­fice. Et sur­tout, la se­maine der­nière au Ned­bank, en Afri­que­duSud, où il si­gnait une splen­dide troi­sième place. Un ré­sul­tat aux airs de coup de ton­nerre qui lui per­met­tait de se qua­li­fier pour cette grande fi­nale à Du­baï. Il avouait­que­ce­po­dium­rai­son­nait « comme une vic­toire » . S’il l’em­porte au­jourd’hui, on lui sou­haite bien du cou­rage pour dé­crire ce qu’il res­sent... de­vant les ca­mé­ras. Les yeux hu­mides, for­cé­ment.

La Coupe du Monde la se­maine pro­chaine Dans une se­maine, le joueur du Old Course Cannes-Man­de­lieu Vic­tor Du­buis­son re­pré­sen­te­ra­laF­ran­ceà­laCou­pe­duMonde en Aus­tra­lie et fe­ra équipe avec son ami et très pro­met­teur Ro­main Lan­gasque ori­gi­nai­re­deCa­bris, lin­cen­ciéàSaint-Do­nat.

(Pho­to AFP)

Vic­tor Du­buis­son mène le tour­noi avec un coup d’avance.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.