NI­CO­LAS SAR­KO­ZY RE­CON­NAÎT SA DÉ­FAITE ET VO­TE­RA POUR FRAN­ÇOIS FILLON

Monaco-Matin - - Primaire De La Droite Et Du Centre -

« Ces élec­tions ont été un suc­cès. La page des guerres fra­tri­cides est donc tour­née, je l’es­père dé­fi­ni­ti­ve­ment. L’ac­tion de ras­sem­ble­ment en­ga­gée de­puis deux ans a por­té ses fruits. Je re­mer­cie cha­leu­reu­se­ment les élec­teurs qui m’ont ap­por­té leurs suf­frages. Leur confian­cem’a pro­fon­dé­ment tou­ché. Comme je l’ai tou­jours fait, j’ai dé­fen­dumes va­leurs avec ar­deur, avec convic­tion et avec le sou­ci ex­clu­sif de la France. Je n’ai pas réus­si à convaincre une ma­jo­ri­té d’élec­teurs. Je res­pecte et je com­prends la vo­lon­té de ces der­niers de choi­sir d’autres res­pon­sables po­li­tiques que­moi. Je tiens à fé­li­ci­ter Fran­çois Fillon et Alain Jup­pé qui sont qua­li­fiés. Ce sont deux per­son­na­li­tés de grande qua­li­té qui font hon­neur à la droite fran­çaise. J’ai beau­coup d’es­time pour Alain Jup­pé, mais les choix po­li­tiques de Fran­çois Fillon me sont plus proches. Quels que soient mes désac­cords pas­sés avec lui, il me pa­raît avoir le mieux com­pris les dé­fis qui se posent à la France. Je vo­te­rai donc pour lui au se­cond tour de la pri­maire. Mes élec­teurs res­tent libres de leur choix, mais dans tous les cas, je leur de­mande de ne ja­mais em­prun­ter la voie des ex­trêmes. La Fran­ce­mé­rite tel­le­ment mieux. Mon unique ob­jec­tif se­ra que le can­di­dat que vous au­rez choi­si gagne l’élec­tion pré­si­den­tielle. Il est temps pour moi d’abor­der une vie avec plus de pas­sions pri­vées, moins de pas­sions pu­bliques. Je n’ai au­cune amer­tume, au­cune tris­tesse et je sou­haite le­meilleur pour mon pays, pour vous, et pour ce­lui qui au­ra a conduire ce pays. Bonne chance à la France. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.