Quand la­pri­mai­reoc­cupe les ré­seaux so­ciaux

Monaco-Matin - - Primaire De La Droite Et Du Centre - AU­RORE MALVAL amal­val@ni­ce­ma­tin.fr

C’était l’in­toxde l’après-mi­di, re­layée sur les ré­seaux­so­ciaux­par des sup­por­ters sar­ko­zystes ef­frayés par la pers­pec­tive d’un pos­sible « tru­quage » de la pri­maire par les élec­teurs de gauche : ceux d’entre eux qui vo­te­raient à la­pri­mai­rede la­droite et du cen­trese ren­draient cou­pable de « par­jure » , « condam­nable à (sic) 5 ans de pri­son et 75 000 eu­ros d’amende » , tente le compte twitter « Team Sar­ko­zy #NS2017 ». Sauf qu’enF­rance, le­dé­lit de par­jure n’existe pas, et ce­lui de té­moi­gnage men­son­ger sous ser­ment ne s’ap­plique évi­dem­ment pas : le bu­reau de vote de la pri­maire n’est pas un tri­bu­nal, pas plus que l’as­ses­seur n’est un « of­fi­cier de po­lice ju­di­ciaire agis­sant en exé­cu­tion d’une com­mis­sion ro­ga­toire » .

« Les Gau­lois n’au­ront pas de double por­tion de frites »

La po­lé­mique épui­sée – tous les twit­tos avo­cats et ma­gis­trats n’ont pas man­qué de rap­pe­ler le droit – le fa­meux ha­sh­tag #ra­dioLondres, fa­mi­lier des élec­tions fran­çaises, a fait son retour. Sauf que cette fois, pas de son­dage « sor­tiedes urnes » : les tweets du type « Les Gau­lois n’au­ront pas de double por­tion de frites » , et au- « par­jure » tres ré­fé­ren­ces­gas­tro­no­mi­co-po­li­tiques (rillettes du Mans et vin de Bor­deaux) des sou­tiens d’Alain Jup­pé et Fran­çois Fillon étaient pu­re­ment hu­mo­ris­tiques… avant d’être pré­mo­ni­toires. Il est 20 heures lorsque les ré­sul­tats des pre­miers bu­reaux donnent Fran­çois Fillon vain­queur. Les vain­cus: Ni­co­las Sar­ko­zy, éli­mi­né dès le pre­mier tour – « se rê­ver en Do­nald Trump et se ré­veiller en Cé­cile Du­flot » – et Jean- Fran­çois Co­pé – « 0,3%, soit le prix de deux pains au cho­co­lat » – sont, de loin, les plus bro­car­dés par les in­ter­nautes. Au-de­là de la pe­tite blague, l’in­for­ma­tion. Une fois le nom du vain­queur du pre­mier tour connu, ils ont été nom­breux à en cher­cher au su­jet de Fran­çois Fillon. Sur Google Trends, la­re­cherche « pro­gramme de Fillon », qua­si in­exis­tante jus­qu’alors, a bon­di hier.

(Pho­toPQR/ Le Ré­pu­bli­cain lor­rain)

Hier après- mi­di, des sup­por­ters sar­ko­zystes ac­cu­saient de

sur Twitter les élec­teurs de gauche qui se ren­draient à la pri­maire.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.