Nice re­passe de­vant !

Sur­veillé après son pre­mier re­vers en cham­pion­nat su­bi à Caen, le Gym l’a em­por­té à Geof­froy-Gui­chard pour re­prendre la tête du cham­pion­nat au voi­sin mo­né­gasque

Monaco-Matin - - Sports - A SAINT-ETIENNE, WILLIAM HUMBERSET

Le Gym a don­né la ré­ponse tant at­ten­due à Saint-Etienne après deux dé­faites de rang, sur­tout la deuxième su­bie à Caen en cham­pion­nat. Non, Nice n’est pas en crise après son dé­but de sai­son eu­pho­rique. Dé­les­téde la tê­te­du­cham­pion­nat 48 heures du­rant par Mo­na­co, et dé­pas­sé par Pa­ris, le lea­der a re­ta­pé du poing sur la table à Geof- froy-Gui­chard. Au terme d’une ren­contre glo­ba­le­ment­maî­tri­sée face à un ad­ver­saire en dif­fi­cul­té. Parce que oui, Saint-Etienne est un vrai club de foot qui compte en France. Avec un mu­sée qui vaut le dé­tour, un stade cha­leu­reux, un pu­blic qui crie sa pas­sion pen­dant 90 mi­nutes et qui mé­rite les soi­rées d’Eu­rope, mais avec en re­vanche un jeu collectif bien trop faible pour ri­va­li­ser avec l’équipe de Lu­cien Favre.

Nice fait peur

Le Gym va-t-il du­rer ? Nice peut être cham­pion ? Toutes ces ques­tions qui de­vront at­tendre 2017 pour avoir un dé­but de ré­ponse ont été ba­layées hier soir à Geof­froy-Gui­chard­par une vé­ri­té : Nice fait peur. Ch­ris­tophe Gal­tier l’a dé­mon­tré avec un sché­ma ul­tra-dé­fen­sif en 5-3-2 pour contre­car­rer la pos­ses­sion de balle des-Ai­glons, àdo­mi­cile qui plus est. Pri­vés de Be­ric, Ha­mou­ma et Tan­nane, il est vrai que le coach sté­pha­nois n’avait pas ses meilleurs atouts of­fen­sif­sà­dis­po­si­tion. C’est ce qu’il a d’ailleurs dû se dire sur la tête de No­lan Roux in­croya­ble­ment trop cen­tré sur Car­di­nale en pre­mière pé­riode (34’). En re­nard de sur­face, Be­ric au­rait pro­ba­ble­ment fait mieux. Heu­reux sur ce coup-là, un Gym do­mi­na­teur se créait éga­le­ment une oc­ca­sion dangereuse sur un centre en re­trait de Ri­car­do, in­te­nable dans son cou­loir droit, pour Se­ri. Mais Ruf­fier veillait, comme sou­vent, et les Ai­glons ne par­ve­naient pas à trou­ver le bon dé­ca­lage pour être da­van­tage dan­ge­reux avant le re­pos. Mais la pa­tience ré­cla­mée par Lu­cien Favre après le­match de Caen a bel et bien trou­vé sa place dans le jeu ni­çois. Re­dou­bler de passes pour faire bou­ger le bloc, at­tendre la bonne ou­ver­tu­reou la­bonne su­pé­rio­ri­té nu­mé­rique pour ac­cé­lé­rer... Pas tou­jours évident face à une dé­fense à cinq par­fai­te­ment ali­gnée. Sans réus­site dans les trans­mis­sions en pro­fon­deur, le Gym s’en est re­mis à une er­reur de re­lance sté­pha­noise pour ou­vrir le score sur une ma­gni­fique de­mi-vo­lée d’Eys­se­ric. Il l’at­ten­dait ce but, his­toire de lan­cer dé­fi­ni­ti­ve­ment sa sai­son. Der­rière il fal­lait gé­rer, à dé­faut d’en­fon­cer le clou vu le manque d’ef­fi­ca­ci­té de Plea sur ses nom­breuses op­por­tu­ni­tés de dou­bler la mise. Les Ai­glons l’ont bien fait face à des Sté­pha­nois qui ne pou­vaient s’en re­mettre qu’aux coups de pied ar­rê­tés, leur arme fa­vo­rite, pour éga­li­ser. Après la tête de Sai- vet (51’), c’est Per­rin qui fai­sait pas­ser une ul­time frayeur dans les rangs azu­réens (88’). Mais le Gym n’a pas cé­dé, a in­fli­gé à Sain­té sa pre­mière dé­faite de la sai­son à do­mi­cile et a ré­cu­pé­ré son fau­teuil de lea­der pour al­ler dé­fier Schalke pour un im­mense dé­fi eu­ro­péen.

(Pho­tos AFP)

A l’image de Ri­car­do dans le cou­loir droit, les Ni­çois re­prennent tout le monde de vi­tesse pour re­de­ve­nir lea­der de Ligue .

La frappe du gauche d’Eys­se­ric a fini au fond !

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.