De la pa­role aux actes

Dé­si­reux d’avoir da­van­tage de temps de jeu, d’être plus dé­ci­sif pour son équipe en conf’ d’avant-match, Va­len­tin Eys­se­ric l’a prou­vé en don­nant la vic­toire aux siens

Monaco-Matin - - Sports - A SAINT-ETIENNE, W.H.

CAR­DI­NALE : il est tout heu­reux de voir No­lan Roux lui en­voyer sa tête des­sus alors que l’at­ta­quant était to­ta­le­ment seul, mais il a le­mé­rite d’avoir la main ferme (34’). Sol­li­ci­té ma­jo­ri­tai­re­ment sur des centres, il a fait le bou­lot.

RI­CAR­DO : sans conteste le Ni­çois, voire l’homme, du match. Le Por­tu­gai­sa­créé le dan­ger par sa vi­tesse et sa maî­trise tech­nique per­ma­nentes. Il est à l’ori­gi­nede la meilleure op­por­tu­ni­té ni­çoise de la pre­miè­re­pé­riode sur son dé­bor­de­ment et le centre en re­trait qui a sui­vi pour Se­ri (28’). Il of­freun­su­perbe centre à Plea dans la fou­lée pour ne rien gâ­cher (29’). Avec beau­coup de maî­trise dé­fen­sive aus­si, ex­cep­té lors d’un duel avec Mon­net-Pa­quet, ila­con­fir­mé qu’il était l’undes cadres de cette équipe.

DANTE : la frappe lou­pée de So­der­lund re­monte sur sa main, le pe­nal­ty au­rait été sé­vère mais au­rait pu être sif­flé par d’autres ar­bitres (32’). Hor­mis ce fait de jeu, le Bré­si­lien n’a ja­mais été pris réel­le­ment en dé­faut. Et quand ce fut le cas, il a l’ex­pé­rience et la ma­lice pour faire une faute im­por­tante sans être sanc­tion­né (41’).

SARR : il a li­vré un duel sé­rieux à So­der­lund dans le jeu aé­rien. Il a connu un dé­but de se­conde pé­riode plus ap­proxi­ma­tif, avec des pertes de balle dont les Sté­pha­nois n’ont pas su pro­fi­ter par mal­adresse.

DAL­BERT : bon dé­fen­si­ve­ment, moins dans l’uti­li­sa­tion du bal­lon, le Bré­si­lien souffre de la com­pa­rai­son avec son­ho­mo­logue du cou­loir droit. Lui n’a ja­mais réus­si à dé­bor­der et ap­por­ter un centre dan­ge­reux alors que da­van­tage d’ac­ti­vi­té dans le cou­loir au­rait été bé­né­fique fa­ceàun­bloc re­grou­pé.

CY­PRIEN : une perte de balle qui amène la pre­mière

op­por­tu­ni­té sté­pha­noise pour Roux (7’) ne l’a pa­sem­pê­ché de faire un bon match. Avec de la maî­trise tech­nique pour conser­ver le bal­lon face au jeu ou dos au but, et orien­ter la pre­mière re­lance ni­çoise.

SE­RI : il a eu­deux belles op­por­tu­ni­tés en pre­mière pé­riode : sur un en­chaî­ne­ment contrôle en aile de pi­geon et frappe en pi­vot au-des­sus du but (20’), puis sur le centre de Ri­car­do (28’). Rem­pla­cé par Ko­ziel­lo

(82’). Beau­coup d’ap­proxi­ma­tions dans le jeu court.

WAL­TER : il a pro­po­sé des so­lu­tions au por­teur, s’est dé­me­né à la ré­cu­pé­ra­tion et il est mon­té en ré­gime au fil de la par­tie. En deuxième pé­riode, il a por­té le bal­lon quand il le fal­lait pour faire sor­tir le bloc et s’est ap­pli­qué dans les trans­mis­sions en une ou deux touches de balle.

EYS­SE­RIC : pour son retour dans le Chau­dron, il a par- fois for­cé les dé­ci­sions comme sur une frappe loin­taine en pre­miè­re­mi-temps, alors que Plea pou­vait être ser­vi dans la­pro­fon­deur. Sur le but, il fait tout bien en re­vanche : sa de­mi-vo­lée est pleine de maî­trise après un bon cro­chet sur la prise de balle (63’). Il a éga­le­ment tra­vaillé­dans le re­pli dé­fen­sif avant de cé­der sa place à Bod­mer

(90’) sous les sif­flets de son an­cien pu­blic. Lo­gique pour le bour­reau de la soi­rée.

PLEA : il a eu beau­coup d’ac­ti­vi­té mais a trop man­qué de réa­lisme de­vant le but pour tuer le match : sur le centre en re­trait de Bel­han­da (65’), puis lors­qu’il se pré­ci­pite trop alors qu’il peut en­core avan­cer avant d’ar­mer sa frappe (67’). Sur la tête, il fait le bon geste mais Ruf­fier aus­si (69’). Il ne se­ra­pas da­van­tage en réus­site sur l’ul­time oc­ca­sion, gê­né par le retour de Mal­cuit ( 86’). Rem­pla­cé par

Do­nis dans les ar­rêts de jeu.

BEL­HAN­DA : il n’a pas hé­si­téà­dé­cro­cher pour sol­li­ci­ter le cuir dans les pieds et s’en al­ler dé­rou­ter ses ad­ver­saires par sa­qua­li­té tech­nique et ses cro­chets. Avec da­van­tage de réus­site et de jus­tesse après la pause, il a fait un mal fouà Mal­cuit par ses per­cus­sions et a créé de belles si­tua­tions pour ses par­te­naires. Sa ten­ta­tive de lob qui pousse Ruf­fier à la cla­quette ré­sume la qua­li­té de sa patte.

(Pho­to AFP)

« Je dé­die ce but à nos sup­por­ters qui n’ont pas pu faire le dé­pla­ce­ment et qui étaient en­core là pour nous en­cou­ra­ger ce ma­tin (hier) au dé­part de Nice », a dé­cla­ré Eys­se­ric après le match.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.