Mo­na­co à un point du but

L’ASM n’a be­soin que d’un point sur Tot­ten­ham ce soir pour être as­su­rée de sor­tir du groupe. Pour ce­la, elle pour­ra comp­ter une fois de plus sur la paire in­amo­vible Ba­kayo­ko-Fa­bin­ho

Monaco-Matin - - La Une - FA­BIEN PIGALLE

Un point. Mo­na­co n’a be­soin que d’un pe­tit point ce soir contre Tot­ten­ham pour être as­su­ré de goû­ter à un hui­tième de fi­nale de Ligue des Cham­pions, comme il y a deux ans. Un point... ou la peur. Celle de de­voir jouer un mat­ch­dé­ci­sif à Le­ver­ku­sen lors de la der­nière jour­née. Une soi­rée où tout peut ar­ri­ver si les astres dé­cident de ne pas s’ali­gner cor­rec­te­ment. Vous l’au­rez com­pris, sous la pluie ce soir, c’est le match par­fait pour se mettre à l’abri. Pour ce­la, Leo­nar­do Jar­dim de­vrait une nou­velle fois s’ap­puyer sur une va­leur sûre : la paire Ba­kayo­ko - Fa­bin­ho. Les deux­mi­lieux de ter­rain n’ont man­qué au­cun match de Ligue des cham­pions. De la dé­faite à Fe­ner­bah­çe à la ba­lade mos­co­vite au stade Louis-II, Ba­ka-Fa­bi ont tou­jours été ti­tu­la­ri­sés par Jar­dim. Cer­tai­ne­ment l’un des meilleurs mi­lieux de ter­rain du cham­pion­nat. « Ils sont dé­jà très ma­tures » , re­lève conquis l’ex-Mo­né­gasque (2003-2004) Edouard Cis­sé. A 22 ans, Ba­kayo­ko ré­pond en­fin aux attentes et exi­gences du haut ni­veau. Concer­né, in­ci­sif dans les­duels, ré­gu­lier, il a dé­sor­mais la confiance to­tale de son coach. L’ex-in­ter­na­tio­nal es­poir fran­çais a en­plus ré­glé ses pro­blèmes de re­tard à l’al­lu­mage. « Il a un gros vo­lume phy­sique, il est ath­lé­tique et dis­ci­pli­né tac­ti­que­ment » , es­time Cis­sé qui ai­me­rait le voir dé­co­cher « deux trois frappes en plus en cours de match » .

« Ils se font confiance »

A 23 ans, Fa­bin­ho confirme les es­poirs en­tre­vus ses deux der­nières sai­sons. Ba­la­dé de son poste de la­té­ral droit à ce­lui de mi­lieu, il s’est fixé­cet­tean­née­dans le coeur du jeu. Cis­sé tou­jours : « Ce n’est pas vrai­ment une ré­vé­la­tion. Je l’ai tou­jours trou­vé­meilleur quand il évo­luait au mi­lieu. Il chipe beau­coup de bal­lons et avec Ba­kayo­ko, il forme une belle paire. Ils cou­lissent en­semble et se couvrent mu­tuel­le­ment. C’est très propre. Toulalan était plus une sen­ti­nelle. Là, Fa­bi et Ba­ka ar­rivent à bien se com­plé­ter » . Der­rière Su­ba­sic, Fa­bin­ho est le joueur le plus uti­li­sé cette sai­son par le coach por­tu­gais avec 1730 mi­nutes dis­pu­tées et un car­ton plein en Ligue des Cham­pions puis­qu’il a dé­bu­té et ter­mi­né toutes les ren­contres. Ses ca­pa­ci­tés à grat­ter les bal­lons et à ac­com­pa­gner les ac­tions font de lui un élé­ment es­sen­tiel dans le onze de dé­part de Jar­dim. « Tu peux avoir l’en­vie de per­cer les lignes, mais si der­rière per­sonne te couvre, ce n’est pas pos­sible. Là, on sent que Fa­bin­ho et Ba­kayo­koont confiance l’un en l’autre » , ra­conte le fi­na­liste de la Ligue des cham­pions 2004. In­trai­table sur pe­nal­ty, le Bré­si­lien a mar­qué 7 buts cette sai­son. Il au­rait pu aug­men­ter son comp­teur à Lo­rient. Face au gar­dien, il dé­ci­dait fi­na­le­ment de dé­ca­ler pour Ger­main. Une bonne idée très mal réa­li­sée. « Je le fé­li­cite quand même, parce que dans sa po­si­tion pas tout le monde n’au­rait vou­lu la don­ner. C’est la classe quand même » , re­con­nais­sait vo­lon­tiers l’at­ta­quant mo­né­gasque après le match.

« Im­por­tants pour l’équi­libre »

En 12 jour­nées de L1, Fa­bin­ho a joué 781 bal­lons, plus que n’im­porte quel autre joueur mo­né­gasque. Le Bré­si­lien est clai­re­ment la plaque tour­nante du jeu de l’ASM. Se mettre au ser­vice de l’équipe, Fa­bi et Ba­ka savent faire. « Ils sont im­por­tants pour l’équi­libre de l’équipe, in­siste Cis­sé, consul­tant pour Te­le­foot. Et si Mo­na­co est aus­si fort of­fen­si­ve­ment, c’est parce que les at­ta­quants savent que der­rière, ils as­surent » . D’au­tant que ce match clé de­man­de­ra avant tout de la maî­trise et du sang-froid. Des in­gré­dients en­viés par Tot­ten­ham qui n’ar­rive pas sur ses grands che­vaux. « On a 90 mi­nutes à jouer pour l’em­por­ter. Nous de­vrons être in­tel­li­gents et pa­tients » , a es­ti­mé Mau­ri­cio Po­chet­ti­no, l’en­traî­neur des Spurs.

(Pho­tos J-F. Ot­to­nel­lo)

Fa­bin­ho et Ba­kayo­ko n’ont man­qué au­cun match de Ligue des cham­pions cette sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.