« Jeme re­con­nais­plus dans le gaul­lis­me­deFillon »

Monaco-Matin - - Primaire De La Droite Et Du Centre - PROPOS RECUEILLIS PAR CH­RIS­TOPHE CIRONE cci­rone@ni­ce­ma­tin.fr

Le pré­sident du con­seil ré­gio­nal Ch­ris­tian Es­tro­si, sou­tien de Ni­co­lasSar­ko­zy au pre­mier tour, a pris le temps hier avant d’an­non­cer son sou­tienàF­ran­çois Fillon. Du bout des lèvres.

Quel sen­ti­ment res­sen­tez-vous au len­de­mainde la dé­fai­te­de­votre can­di­dat? C’est bien évi­dem­ment une dé­cep­tion. J’avais fait le choix de la fi­dé­li­té, de la loyau­té et plus en­co­rede la convic­tion. Dans une pé­riode où la Fran­ceest­me­na­cée de toutes parts, il faut une ré­ponse forte, que son pro­gramme et son tem­pé­ra­ment in­car­naient plus que d’autres. On lui doit aus­si ces pri­maires, qui vont nous per­mettre d’ar­ri­ver en bon or­dre­de­marche en avril pro­chain.

C’est pour­tant celles-ci qui lui ont été fa­tales… Je n’ai rien à re­gret­ter. Cer­tains­me­di­saient dès di­manche soir: « Vous n’avez pas choi­si le bon che­val ». Mais la po­li­tique, ce n’est pas jouerà­pile ou fa­ce­pour dé­ci­der de quel cô­té on se range! Par ailleurs, ces quatre mil­lions d’élec­teurs sont une vic­toi­re­pour nous tous.

Vo­tre­par­ti a-t-il en­clen­ché­di­manche une dy­na­mique vic­to­rieuse pour  ? J’en suis convain­cu. Cet­te­mo­bi­li­sa­tion en té­moigne.

Que le dé­par­te­ment le plus sar­ko­zyste de France ait vi­ré fillo­niste, c’est une dé­cep­tion per­son­nelle ? On peut aus­si consi­dé­rer que c’est le dé­par­te­ment où Ni­co­las Sar­ko­zy fait le plus gros sco­re­deF­rance! Et qu’il est en tê­te­dans ma cir­cons­crip­tion. Peut-être ce­la veut-il dire que j’ai en­core une in­fluence…

Dès di­manche soir, Ni­co­las Sar­ko­zy puis Eric Ciot­ti ont ex­pri­mé leur sou­tien àF­ran­çois Fillon. Pas vous? Je ne suis pas hom­meà­dé­ci­der en un quart de se­conde. Je­mû­ris tou­jours ma ré­flexion. Il est vrai que j’ai une af­fi­ni­té, une ami­tié per­son­nelle pour Fran­çois Fillon [même si leur re­la­tion n’apas tou­jours étéau­beau fixe, ndlr]. Il est clair qu’en tant que gaul­liste so­cial, je me re­con­nais da­van­tage dans ses idées que celles d’Alain Jup­pé. Dois-je pour au­tant, com­med’autres, partir au ga­lop pour­me­col­ler à la photo?

Ap­pel­le­rez-vous tou­te­fois àvo­ter Fillon­di­manche? Les élec­teurs sont libres de leur choix. Pour ma part, je vous l’ai dit, jeme re­con­nais dans le­gaul­lis­me­deF­ran­çois Fillon. Cha­cun peut donc s’ima­gi­ner quel se­ra­mon vote per­son­nel… D’ailleurs, qui peut dou­ter de sa réus­site di­manche pro­chain? A-t-il vrai­ment be­soin de­moi pour ce­la?

Se­riez-vous prêt à in­té­grer une équipe Fillon? Les gens ont be­soind’une rup­ture, d’un pro­jet dont je veux par­ler avec lui. Nous avons beau­coupde points d’ac­cord, sur les re­la­tions avec laRus­sie par exemple. Et d’autres que j’ai be­soin de bien com­prendre, sur la fis­ca­li­té­no­tam­ment. Ce que j’ai à construi­red’ici avril avec Fran­çois Fillon se fe­ra dans la du­rée. Du reste, j’ai été par deux fois mi­nis­tre­deF­ran­çois Fillon et Ni­co­las Sar­ko­zy, qui par­tagent le bi­lan de -. Àce titre, le ré­sul­tat deF­ran­çois Fillon, c’est un peu ce­lui de Ni­co­las Sar­ko­zy!

(Photo Phi­lippe Do­bro­wols­ka)

Ch­ris­tian Es­tro­si dans les lo­caux pa­ri­siens de la Mé­tro­pole Nice Côte d’Azur.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.