Le duel se­pour­suit sur les pla­teaux de té­lé­vi­sion

Monaco-Matin - - France -

Le pre­mier était l’in­vi­té du 20 heures de TF1 et le se­cond­ce­lui­deF­rance2­hier soir. Le duel entre Fran­çois Fillon et Alain Jup­pé est bel et bien lan­cé de­puis les ré­sul­tats du pre­mier tour de la primaire de la droite et du centre. Calme et po­sé, le grand vainqueur de di­manche soir a af­fir­mé ne pas craindre « de retournement » lors du se­cond tour qui se dé­rou­le­ra ce di­manche.

« Pas une sur­prise »

« J’ai construit un pro­jet de­puis trois ans. J’ai tou­jours eu la convic­tion que ce pro­jet ren­con­tre­rait l’at­tente des élec­teurs de la droite et du centre. Ce n’est pas une sur­prise pour moi, ni une re­vanche. C’est la confir­ma­tion d’un diag­nos­tic, d’une ana­lyse, de mon sou­ci de dire la vé­ri­té et d’un vrai pro­jet de chan­ge­ment. Pour que ces Fran­çais aient choi­si à un pour­cen­tage aus­si éle­vé de me sou­te­nir, c’est qu’ils ont adhé­ré à ce pro­jet » , a-t-il dé­cla­ré. Avec la confiance que luia­don­né sons­co­rede44,2% au pre­mier tour de la primaire, l’ex-Pre­mier mi­nistre deNi­co­las Sar­ko­zy sem­blait se­rein. De son cô­té, Alain Jup­pé a choi­si une ligne très of­fen­sive en cri­ti­quant avec vé­hé­mence le pro­gramme de son concur­rent lors du 20 heures de France 2. « Je veux repartir pro­jet contre pro­jet et j’at­tends le dé­bat [de jeu­di, ndlr] avec im­pa­tience. Il peut y avoir une nou­velle sur­prise » , a pré­ve­nu le maire de Bor­deaux. Il en a pro­fi­té, au pas­sage, pour as­sé­ner ses pre­miers coups durs : « On voit la re­cons­ti­tu­tion de l’équipe Sar­ko­zy-Fillon. On est comp­table, quand on est Pre­mier mi­nistre, de ce qui a été fait. Moi je n’ai été que 18 mois mi­nistre [de Ni­co­las Sar­ko­zy, ndlr] et je ne me suis pas dé­so­li­da­ri­sé de ce qui a été fait » .

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.