Le via­ger et les so­lu­tions com­plé­men­taires

Le via­ger est avant tout une tran­sac­tion com­plète, avec des avan­tages sou­vent im­mé­diats, tant pour l’ac­qué­reur que pour le ven­deur. En com­plé­ment de l’offre clas­sique, de nom­breuses mo­da­li­tés existent.

Monaco-Matin - - L’immobilier - PAR MÉLISSAMARI/ SOPRESS

Le via­ger se pré­sente comme un contrat de vente qui peut prendre dif­fé­rentes formes, se­lon que l’on pos­sède un ca­pi­tal ou un bien im­mo­bi­lier. Le plus sou­vent, on re­trouve deux mo­da­li­tés : le via­ger im­mo­bi­lier libre ou oc­cu­pé. Pour tou­jours plus de flexi­bi­li­té, la loi per­met d’autres types de contrats. À com­men­cer par la vente à terme, qui se pré­sente comme un éche­lon­ne­ment de tout ou par­tie du prix, sur une du­rée fixe, où l’ac­qué­reur conti­nue de payer pé­rio­di­que­ment jus­qu’au terme fixé dans la vente. Une so­lu­tion qui s’ap­pa­ren­teàune forme de cré­dit à taux zé­ro. Autre formule, la vente en nue-pro­prié­té, qui donne à l’ac­qué­reur la pos­si­bi­li­té de dis­po­ser du bien im­mo­bi­lier, sans tou­te­fois lui per­mettre d’en jouir, puisque l’usu­fruit ap­par­tient au ven­deur, jus­qu’à une date pré­ci­sée dans le contrat.

Pour al­ler plus loin

Si vous ne dis­po­sez pas de biens im­mo­bi­liers mais que vous avez un ca­pi­tal, il existe le via­ger fi­nan­cier, qui per­met de s’as­su­rer un re­ve­nu com­plé­men­taire. Le cré­di­ren­tier verse ain­si son ca­pi­tal à une com­pa­gnie d’as­su­rance ( dé­bi­ren­tier), qui, en contre­par­tie, lui verse une rente re­va­lo­ri­sée chaque an­née, jus­qu’à son dé­cès. Une so­lu­tion qui se pré­sente sou­vent comme une al­ter­na­tive à l’as­su­rance vie ( sans dé­lai de sous­crip­tion) et offre aus­si un avan­tage fis­cal : un abat­te­ment qui aug­mente en fonc­tion de l’âge (30% pour les moins de 50 ans, 50% entre 50 et 59 ans et 70% pour les plus de 69 ans). En­fin, le bail à nour­ri­ture peut aus­si être en­vi­sa­gé. Dans ce cas, la per­sonne qui achète s’en­gage à prendre en charge les be­soins quo­ti­diens du ven­deur. Après avoir dé­fi­nis le prix du lo­ge­ment et l’es­pé­rance de vie du ven­deur, ce­lui-ci per­çoit un ca­pi­tal et des rentes, tout en conti­nuant à vivre dans son lo­ge­ment. At­ten­tion : alors que les rentes du via­ger sont in­dexées sur le coût de la vie, celles du bail à nour­ri­ture peuvent va­rier en fonc­tion de la san­té du ven­deur.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.