Pour­quoi le sport peut être un ou­til de di­plo­ma­tie

Il a été ques­tion des liens entre sport et re­la­tions in­ter­na­tio­nales, hier lors du fo­rum Peace and Sport. Mais si le po­ten­tiel existe, il reste en­core à trou­ver des ap­pli­ca­tions du­rables

Monaco-Matin - - La Une - NI­CO­LAS HASSON- FAURÉ nhas­son@ni­ce­ma­tin.fr

Un monde feu­tré, avec ses codes et ses né­go­cia­tions d’al­côves. La di­plo­ma­tie est un uni­vers où beau­coup de choses se passent loin des re­gards et où, par­fois, le sport s’in­vite. Un­mi­lieu où là aus­si, les dé­ci­sions se prennent sou­vent en cou­lisses et les en­jeux dé­passent ceux des matches. Il a été ques­tion de di­plo­ma­tie par le sport, hier, lors du fo­rum Peace and Sport( 1). Di­ri­geants ou cher­cheurs ont cher­ché à sa­voir comment le sport peut contri­buer à la paix. « La fa­çon la plus évi­dente, c’est en or­ga­ni­sant des évé- ne­ments in­ter­na­tio­naux, pose Pál Sch­mitt, pré­sident de la Hon­grie entre 2010 et 2012, membre du CIO, mé­daillé d’or à l’épée par équipes aux Jeux Olym­piques de 1968 et 1972, mo­dé­ra­teur du dé­bat d’hier. C’est une op­por­tu­ni­té de se ren­con­trer, et ce­la rap­proche les gens » . Même s’il faut aus­si faire at­ten­tion à « lais­ser le chau­vi­nisme en de­hors du sport » . Pour ne pas exa­cer­ber de ten­sions. Reste qu’il y croit. Par­fois, « le sport est le moyen le plus évident d’ex­pri­mer sa solidarité » à l’échelle in­ter­na­tio­nale. Mais l’en­jeu, se­lon lui, est « de faire sa- voir aux lea­ders, aux res­pon­sables po­li­tiques et aux di­plo­mates que le sport peut être un lu­bri­fiant dans les re­la­tions in­ter­na­tio­nales » . Au­tre­ment dit, « la di­plo­ma­tie par le sport en est en­core à un stade em­bryon­naire » .

« Des sym­boles »

Juan Car­los Sainz-Bor­go, doyen des re­la­tions ex­té­rieures de l’Uni­ver­si­té pour la Paix, créée par l’ONU au Cos­ta Ri­ca, confirme: « On a des sym­boles, mais on n’a pas en­core vu d’ef­fet du­rable du sport dans la di­plo­ma­tie » , ex­plique-t-il. Il évoque ain­si la « di­plo- ma­tie du ping-pong » : dans les an­nées 70, ces matches de ten­nis de table entre les équipes amé­ri­caines et chi­noises au­raient, of­fi­ciel­le­ment, fa­vo­ri­sé l’éta­blis­se­ment de re­la­tions di­plo­ma­tiques entre les États-Unis de Nixon et la Chine de Mao. Avec beau­coup d’images sym­bo­liques. C’est pour rendre cette dis­ci­pline plus concrète que de­puis une poi­gnée d’an­nées, la di­plo­ma­tie par le sport est étu­diée et en­sei­gnée dans son uni­ver­si­té. Et lui aus­si y croit. « Il existe deux types de di­plo­ma­tie, pour­suit le di­plô­mé en droit in­ter­na­tio­nal de l’uni- ver­si­té d’Ox­ford. La di­plo­ma­tie des chefs d’États et des di­plo­mates. Et la di­plo­ma­tie “soft”, avec les par­le­men­taires par exemple. La forme la plus puis­sante de di­plo­ma­tie “soft”, c’est la di­plo­ma­tie par le sport » .

« Beau­coup de cri­tiques »

No­tam­ment car « tout le monde connaît les spor­tifs, ils ont une re­con­nais­sance, les gens les res­pectent, les écoutent » . Dif­fi­cile de ne pas voir de pa­ral­lèle avec la perte de cré­di­bi­li­té de la pa­role po­li­tique en Eu­rope ou aux États-Unis. Juan-Car­los Sainz-Bor­go pon­dère : « D’une cer­taine fa­çon oui, mais il faut se sou­ve­nir qu’il y a beau­coup de cri­tiques de fé­dé­ra­tions spor­tives, avec la cor­rup­tion au sein de la FI­FA, ou les scan­dales de do­page » . Les spor­tifs « doivent faire at­ten­tion à la ma­nière dont ils se com­portent » , car « ils sont des mo­dèles pour beau­coup », dit-il en­core. C’est aus­si ça, qui peut per­mettre à la pa­role spor­tive de de­ve­nir pa­role di­plo­ma­tique.

La neu­vième édi­tion du fo­rum se dé­roule jus­qu’à au­jourd’hui au­tour de ce thème: « La paix en jeu, chan­ger le monde par le sport ».

(Pho­tos Fe­renc Is­za/ AFP et N.H.-F.)

Pál Sch­mitt pré­sident de la Hon­grie entre  et , membre du CIO, mé­daillé d’or d’épée par équipes aux Jeux Olym­piques de  et , et Juan Car­los Sainz-Bor­go, doyen des re­la­tions ex­té­rieures de l’Uni­ver­si­té pour la Paix, créée par l’ONU au Cos­ta Ri­ca.

(à gauche),

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.