Gi­lette: le mys­tè­rede la dis­pa­ri­tion d’un ar­ti­san

Ses proches s’in­quié­taient de la dis­pa­ri­tion de Pa­trice Fer­ra­ri. Ils avaient rai­son. Les gen­darmes ont en­quê­té onze mois en toute dis­cré­tion et viennent d’ar­rê­ter un sus­pect à Gi­lette

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CHRIS­TOPHE PER­RIN chper­rin@ ni­ce­ma­tin. fr

Deux jours avant Noël 2015, ses proches étaient ron­gés d’in­quié­tude et mul­ti­pliaient les avis de re­cherche dans la presse et les ré­seaux so­ciaux. Pa­trice Fer­ra­ri, un ar­ti­san de 49 ans, ne don­nait plus signe de vie. L’in­quié­tude était d’au­tant plus vive que cet homme, de­puis un grave ac­ci­dent, avait une san­té chan­ce­lante et de­vait suivre un trai­te­ment lourd. Un mois après sa dis­pa­ri­tion, tou­jours pas de nou­velle. Son por­table reste déses­pé­ré­ment éteint et sa voi­ture n’a pas bou­gé de son do­mi­cile. L’in­quié­tude a ra­pi­de­ment lais­sé place au cha­grin quand le dis­pa­ru a été dé­cou­vert sans vie, dé­but 2016, à Ma­laus­sène le long d’une voie fer­rée. Aus­si­tôt, la gen­dar­me­rie sait qu’il s’agit d’un meurtre. Des coups de cou­teau sont re­le­vés par le lé­giste. Après onze mois d’une en­quête très dis­crète, avec des mois d’écoutes té­lé­pho­niques et de mi­nu­tieuses in­ves­ti­ga­tions scien­ti­fiques, les en­quê­teurs

de la bri­gade de re­cherche de Nice pensent avoir per­cé le mys­tère de cette mort bru­tale.

Mise en exa­men

Hier soir, un sus­pect de 44 ans, ori­gi­naire de Corse, dé­jà connu de la jus­tice pour bra­quages, a été dé­fé­ré de­vant un juge d’ins­truc­tion char­gé, de­puis le 15 jan­vier 2016,

d’en­quê­ter sur cette dis­pa­ri­tion in­quié­tante. Pas­cal C. de­vait être mis en exa­men pour « par­ti­ci­pa­tion à une as­so­cia­tion de mal­fai­teurs en vue de la pré­pa­ra­tion d’un crime, ar­res­ta­tion, en­lè­ve­ment ou dé­ten­tion ar­bi­traire sui­vi de meurtre. » Il de­vait être pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire à l’is­sue de son au­di­tion comme le

sou­haite le par­quet de Nice. Eu égard au ca­sier ju­di­ciaire du sus­pect et son éven­tuel ar­me­ment, étant pas­sion­né de chasse, les gen­darmes avaient dé­ployé de gros moyens, mer­cre­di à l’aube, pour l’in­ter­pel­ler à son do­mi­cile de Gi­lette, no­tam­ment avec le ren­fort de gen­darmes mo­biles de Grasse. L’ar­res­ta­tion, sous le com­man­de­ment du chef d’es­ca­dron De­nis Mot­tier, s’est dé­rou­lée sans pro­blème tout comme celle d’une femme d’une qua­ran­taine d’an­nées, ex­com­pagne du sus­pect. Une troi­sième per­sonne a éga­le­ment été pla­cée en garde à vue à la ca­serne, mais été re­mise en li­ber­té ra­pi­de­ment. Im­pos­sible pour l’ins­tant de connaître les charges qui pèsent sur le meur­trier pré­su­mé et le mo­bile du crime. Le mis en exa­men, qui nie toute im­pli­ca­tion dans ce drame, de­vra no­tam­ment s’ex­pli­quer sur l’uti­li­sa­tion du ché­quier de la vic­time.

(pho­tos DR)

On ignore en­core les rai­sons de l’en­lè­ve­ment et du meurtre de Pa­trice Fer­ra­ri, un ar­ti­san de  ans.

Pa­trice Fer­ra­ri avait dis­pa­ru le  dé­cembre , quelques mi­nutes après un coup de té­lé­phone à sa mère.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.