Un­jour, j’ai dé­mis­sion­né. Je vou­lais “être” plu­tôt qu’avoir

Monaco-Matin - - Autour De Monaco - TEXTE ET PHO­TO STÉPHANIE WIÉLÉ

Il était une fois… un pa­pa poule sur la plage du Cap Mar­tin en 1996. Alors que les longs rou­leaux s’écrasent en dres­sant un mur d’écumes et font crier les ga­lets, AlainP­las ob­serve sa fille Au­ré­lie, alors âgée de deux ans. « Elle avait l’ha­bi­tude de ra­mas­ser des cailloux et elle me de­man­dait à chaque fois des livres sur les pierres. Im­pos­sible d’en trou­ver en li­brai­rie ou alors ils étaient trop com­pli­qués pour une en­fant de cet âge. » Sur cette plage aban­don­née, en­fant en bas âge et sac de ga­lets, Alain Plas ima­gi­nea­lor­sun­per­son­nage au vi­sage de Lune. Ce se­ra Chou­chou le caillou. « C’est comme ça que l’aven­ture lit­té­raire a com­men­cé. » Vingt ans plus tard, le Gor­ba­rin est au­jourd’hui un au­teur­pour en­fants re­con­nu dans la­ré­gion­pour être le père des aven­tures de Chou­chou le caillou, ven­dus à plus de 20000 exem­plaires. MaisA­lain Plas– âgé de 53 ans– est de­ve­nu écri­vain sur le tard. « J’ai tou­jours eu un lien par­ti­cu­lier avec la lec­ture. Mais il m’a fal­lu ac­qué­rir de la ma­tu­ri­té pour com­prendre que c’était une par­tie de moi. » Dès l’âge de 10 ans, Alain re­ven­dait ses livres de contes pour ache­ter des ou­vrages en li­brai­rie. Mais pas n’im­porte les­quels. Ceux que l’on trouve au sous-sol. Là où seule la lu­mière filtre à tra­vers une grille hau­te­ment en­châs­sée dans le­mur. « Je choi­sis­sais ceux qui avaient l’odeur du vieux pa­pier et avec des re­liures très épaisses ». Son pre­mier achat se­ra un ma­nuel de géo­gra­phie de 1905. Puis, le voyage lit­té­raire s’ef­fa­ce­ra un long­mo­ment­pou­rou­vrir le cha­pitre de la jeu­nesse et son in­sou­ciance. « Après­mon bac, je suis par­ti en fa­cul­téde sciences éco­no­miques. Puis fi­na­le­ment, j’ai tra­vaillé dans à l’ac­cueil dans des hô­tels de luxe.» Alors qu’il tra­vaille à l’hô­tel Mi­ra­beau de Mo­na­co, Alain Plas tombe par ha­sard sur la cou­ver­ture d’un jour­nal de l’époque dé­dié à l’art. « J’ai ap­pe­lé pour sa­voir s’ils avaient be­soind’aide pour la ré­dac­tio­net j’ai écrit bé­né­vo­le­ment pour eux. » En 1990, le jour­nal dis­pa­raît mais laisse des traces dans l’ima­gi­naire vi­re­vol­tantd’Alain. « Je ga­gnais très bien ma vie mais il me man­quait quelque chose. Un jour, j’ai dé­mis­sion­né: pour trou­ver une autre ri­chesse, celle de l’es­prit. Je vou­lais “être” plu­tôt qu’avoir. » Quelques an­nées plus tard, sa fille Au­ré­lie­voit le jour. Une re­nais­sance pour Alain. En 2003, il pu­blie Les aven­tures de Chou­chou le pe­tit caillou pour Au­ré­lie et se­ra ai­dé des illus­tra­tions de Ma­ga­li Chie­ri­co. Dans ce conte lu­dique mais sur­tout pé­da­go­gique, les per­son­nages par­fois do­tés d’une moustache en gui­don de vé­lo tire-bou­chon­néeex­plorent les cas­cades et les mers. L’oc­ca­sion de par­ler de géo­lo­gie et de pré­ser­va­tion de la na­ture et des ani­maux. « À l’époque les édi­tions n’étaient pas in­té­res­sées. Pour eux, il y avait trop de textes. J’ai été exas­pé­ré par la lo­gique com­mer­ciale qui consiste à mettre peu de mots pour que l’en­fant ra- chète vite un autre livre. J’ai pris le contre-pied. » Alain Plas créé l’as­so­cia­tion Sou­rire en ban­dou­lière en 2005 qui re­groupe des ar­tistes in­ter­ve­nant dans les hô­pi­taux et les écoles. L’au­teur de­vient conteur pour cap­terdes yeux en éveil. « Je lis aux en­fants l’his­toire de Chou­chou avec un vi­deo­pro­jec­teur et des sons. L’idée est de ra­me­ner le conte du soir dans les foyers. Cette ha­bi­tude est un vrai bar­rage contre l’illet­trisme. » L’au­teur choi­sit des mots vo­lon­tai­re­ment com­pli­qués. « C’est à cet âge que l’onap­prendà­di­ver­si­fier son vo­ca­bu­laire. Après, c’est trop tard.» Alain Plas de­vient le chou­chou du livre en­fant et montre qu’il en a dans le caillou! Pour son en­ga­ge­ment en­vi­ron­ne­men­tal, leGor­ba­rin re­çoit le­sou­tien de la fon­da­tion­du prince Al­bert II. Ses li­vres­se­ront ré­fé­ren­cés par le mi­nis­tère de l’Éco­lo­gie pour sa pé­da­go­gie sur l’eau en 2007. En 2014, il rem­porte le tro­phée de l’en­vi­ron­ne­men­tàNice re­mis par le chef in­dien Rao­ni, fi­gu­reem­blé­ma­tique de la lutte pour la pré­ser­va­tionde la jun­glea­ma­zo­nienne. « Un jour, j’ai même été re­çu à l’Ély­sée par un conseiller de Ni­co­las Sar­ko­zy pour évo­quer ma mé­thode pour ex­pli­quer les en­jeux en­vi­ron­ne­men­taux aux en­fants. » Mais le voyage lit­té­raire est une aube qui n’en fi­nit pas… Après des poé­sies pour adul­te­setdes ro­mans pour ado­les­cents, Alain Plas fi­na­lise une bio­gra­phie qui se­ra pu­bliée cet hi­ver. Un par­cours exem­plaire qui se ré­sume en trois mots: chou­chou, caillou et sur­tout… Bijou. Site In­ter­net: www.les­mots­da­lain.com. Mail: al­lain.plas@wa­na­doo.fr

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.