Fonc­tion­naires : lesA.-M., la­bo­ra­toire de la « Fillo­nie »

Monaco-Matin - - Côte D’azur - THIER­RY PRUDHON tprud­hon@ni­ce­ma­tin.fr

Jus­qu’à l’en­tréeen­cam­pagne de Ni­co­las Sar­ko­zy, au­quel il s’est alors ral­lié, Eric Ciot­ti fut, deux an­nées du­rant, l’un des plus fi­dèles lieu­te­nants de Fran­çois Fillon. Il en a d’ailleurs orien­té le pro­gramme en ma­tière ré­ga­lienne. C’est ain­si que la ré­duc­tion dras­tique du nombre de fonc­tion­naires, point saillant et cli­vant­du­pro­jet Fillon, adé­jà trou­véune ap­pli­ca­tion concrète dans les Alpes-Ma­ri­times. De­puis­so­né­lec­tionà­la­tê­te­duDé­par­te­ment, fin 2008, Eric Ciot­ti y a ré­gu­liè­re­ment di­mi­nué les ef­fec­tifs. Les Al­pesMa­ri­times sont, en quelque sorte, le la­bo­ra­toi­re­de­laFillo­nie dans ce­do­maine. Unen­ga­ge­ment que le pré­si­dent­du­con­seil dé­par­te­men­tal a sou­hai­té mettre en lu­mière, à l’heu­reoù le­sortdes fonc­tion­naires nour­rit les dé­bats de la pri­maire à droite.

Ré­duc­tion de  %

En l’es­pace de huit ans, le nombre d’agents­du­con­seil dé­par­te­men­ta­laé­té ré­duit de 477 uni­tés, soit 10% de l’ef­fec­tif to­tal. Cette bais­seaé­té opé­rée grâce au non-rem­pla­ce­ment, dé­sor­mais, de deux fonc­tion­naires sur trois par­tant en re­traite. « Cette politique vo­lon­ta­riste, apré­ci­sé, hier, Eric Ciot­ti, abien en­ten­du été me­néea­vec dis­cer­ne­ment, en fonc­tion des be­soins des dif­fé­rents sec­teurs, sans casse ni di­mi­nu­tion du ser­vice pu­blic of- fert aux usa­gers grâce, no­tam­ment, à un dé­ve­lop­pe­ment de la ges­tion dé­ma­té­ria­li­sée et des dé­marches en ligne. Nous n’avons euà­souf­frir d’au­cune re­marque sur la qua­li­té de nos pres­ta­tions. » Au bout du­compte, le conseil dé­par­te­men­ta­laé­co­no­mi­sé 13 mil­lions d’eu­ros en huit ans. Pour faire face aux be­soins, cette ré­duc­tion des ef­fec­tifs s’est dou­blée d’une aug­men­ta­tion de la du­rée de tra­vail des agents, de­puis le 1er jan­vier der­nier. Les sa­la­riés du conseil dé­parte- men­tal sont pas­sés de 32 heures à 35 heures par se­maine. Ils ont per­du trois jours de congés et on­ze­jours de ré­duc­tion du temps de tra­vail, pour une pré­sence an­nua­li­sée por­tée de 1568 à 1607 heures. « Ce­la, s’est fé­li­ci­té le pré­sident duDé­par­te­ment, sans blo­cage de la col­lec­ti­vi­té, comme un syn­di­cat nous le pro­met­tait. En re­vanche, cette me­sure nous a per­mis de dé­ga­ger l’équi­valent de cent em­plois de plus. »

Une prime au mé­rite

La ges­tion des res­sources hu­maines dé­par­te­men­tales fe­ra l’ob­jet d’un der­nier ajus­te­ment à par­tir de jan­vier. Après le bâ­ton, voi­ci ve­nue l’heu­rede la ca­rotte. En 2017, les agents bé­né­fi­cie­ront, en ef­fet, d’une part de ré­mu­né­ra­tion au mé­rite. Celle-ci se­raà­double dé­tente. Elle in­té­gre­ra les primes exis­tantes liées à la fonc­tion, qui vont être ré­ajus­tées. Mais sur­tout, un nou­veau cri­tère lié à l’in­ves­tis­se­ment per­son­nel et à l’ab­sen­téisme ou, plus po­si­ti­ve­ment, à l’as­si­dui­té. « La­prime an­nuelle, dont la pre­mière se­ra ver­sée en dé­cembre2017, pour­ra se­mon­ter entre 700 et 1400 eu­ros », a in­di­qué Eric Ciot­ti, le Dé­par­te­ment pré­voyant un bud­get d’un mil­lionà cet ef­fet.

(Pho­to N.-M.)

Eric Ciot­ti a dé­taillé, hier, la ges­tion des res­sources hu­maines du Dé­par­te­ment, en pré­sence de son pre­mier vice- pré­sident, Char­lesAnge Gi­né­sy.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.