Meur­tre­dans une mai­son de re­traite: un sus­pectde  ans ar­rê­té

Monaco-Matin - - France -

Un homme de 47 ans a été ar­rê­té hier soir au boutd’une ving­taine d’heures de re­cherches, soup­çon­né d’avoir fait ir­rup­tion jeu­di soir, ar­mé, dan­sune mai­son de re­traite de Mont­fer­rier-sur-Lez (Hé­rault) et tué une em­ployée de 54 ans. Le sus­pect a été ar­rê­té vers 18 heures dans la com­mune où il ha­bite, à SaintMa­thieu-de-Tré­viers, à une quin­zaine de ki­lo­mètres de la mai­son de re­traite « Les Chênes verts », qui ac­cueille d’an­ciens­mis­sion­naires. L’ar­res­ta­tion a eu lieu « sans in­ci­dent » , et l’hom­me­de­vait être pla­cé dans la fou­lée en garde à vue, aa­jou­té le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Mont­pel­lier Ch­ris­tophe Bar­ret.

Il avait été « pa­ra »

Le sus­pect, un père de deux en­fants qui avait no­tam­ment ser­vi dans les trou­pes­pa­ra­chu­tistes maisn’était pas mi­li­taire de car­rière, avait tra­vaillé, « il y a long­temps » , dans cette mai­son­de­re­traite, se­lon une­sour­ce­proche du dos­sier. Sans em­ploi, il vi­vait de pe­tits tra­vaux, no­tam­men­ten­ré­pa­rant des vé­los. Dès hier ma­tin, le pro­cu­reur de Mont­pel­lier Ch­ris­tophe Bar­ret avait an­non­cé s’orien­ter « sur une piste lo­cale, de quel­qu’un qui était dans l’en­tou­rage de cette mai­son » , ex­cluan­ta­prio­ri un acte ter­ro­riste. Une en­quête, confiée conjoin­te­ment à la gen­dar­me­rie et à la PJ, avait été ou­verte pour as­sas­si­nat et ten­ta­tive d’as­sas­si­nat. Dans un vé­hi­cule, les en­quê­teurs ont re- L’éta­blis­se­ment, qui dis­pose d’un large parc, est si­tué tout proche d’un massif fo­res­tier.

trou­vé une arme fac­tice ti­rant des billes en plas­tique et « d’autres élé­ments » per­met­tant d’iden­ti­fier le sus­pect, et une chasse à l’homme avait été lan­cée par quelque 130 gen­darmes et po­li­ciers dans cette zone proche de Mont­pel­lier. C’est jeu­di soir vers 21h45, qu’une femme avait don­né l’alerte aux gen­darmes, leur ex­pli­quant avoir « été agres­sée par un homme qui [l’avait] li­go­tée et lais­sée là » , a re­la­té Ch­ris­tophe Bar­ret.

« Il n’y avait pas d’alarme »

Il a fait ir­rup­tion dans la mai­son de re­traite ca­gou­lé et ar­mé d’un cou­teau et d’un fu­sil – sans qu’on sache s’il s’agis-

sait d’une arme réelle ou fac­tice. Dans la lin­ge­rie, les gen­darmes avaient dé­cou­vert le corps d’une « lin­gère [...] vrai­sem­bla­ble­ment tuée de plu­sieurs coups de cou­teau » . L’in­ter­ven­tion du Gi­gn, du Raid et du PSIG Sabre avait per­misd’éva­cuer in­demnes les 59 pen­sion­naires pré­sents au mo­ment des faits. « Il n’y avait rien de pro­té­gé, il n’y avait pas d’alarme, il n’y avait pas de gar­dien, il n’y avait rien » , a dé­plo­ré­hier le com­pa­gnon de la vic­time, ar­ri­vé sur place dans la nuit. 1. Son­com­pa­gno­na­de­son­cô­té dé­cla­ré, hier surRTL, qu’elle était aide-soi­gnante. Si elles n’ont heu­reu­se­ment pas fait de vic­times, les in­tem­pé­ries qui se sont abat­tues sur la ré­gion de Bas­tia y ont cau­sé de nom­breux dé­gâts. A Bas­tia même, le ré­seau fer­ro­viaire était cou­pé en rai­son de l’inon­da­tion des voies. Dans la zone com­mer­ciale de Fu­ria­ni, plu­sieurs en­seignes ont été du­re­ment tou­chées. De gros bull­do­zers jaunes ten­taient hier de dé­ga­ger le par­king de­vant un hy­per­mar­ché Géant Ca­si­no, tan­dis que des hommes s’ac­ti­vaient à dé­blayer les ro­seaux et la boue qui avaient sub­mer­gé les bâ­ti­ments, et em­por­té le bal­last sous une voie fer­rée. Plu­sieurs routes étaient aus­si cou­pées par des inon­da­tions. Et dans le bourg d’Ai­ti, ni­ché dans la moyenne mon­tagne, un pont de pierre à plu­sieurs arches, a été bri­sé net par les flots. Hier, l’alerte aux pluies et inon­da­tions dé­clen­chée la veille en Haute-Corse a été le­vée. Des pluies étaient en­core pré­vues dans l’après­mi­di, mais de­vaient se dis­si­per en soi­rée sur l’île et en Pa­ca.

(Pho­to AFP)

(Pho­to PQR/ Corse-Ma­tin)

De nom­breuses voies étaient sous les eaux hier.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.