Le der­nier mat­chde Pas­cal Al­buixech

Monaco-Matin - - Sports - C. B.

Du cha­risme, il en avait à re­vendre, de la gé­né­ro­si­té aus­si, comme d’un sens très pous­sé de la fi­dé­li­té en ami­tié, qu’il ne mar­chan­dait pas quand il vous l’ac­cor­dait. C’était Al­bu. Ou Pas­ca­lou. Que la Grande fau­cheuse est ve­nue bru­ta­le­ment ar­ra­cher à cette vie qu’il ai­mait tant, un triste di­manche de no­vembre. Aun âge ( prin­temps) où l’on bâ­tit en­core des rêves qu’il ne fe­ra plus ja­mais. Pour le plus grand mal­heur de tous ceux et celles qui l’af­fec­tion­naient, ses proches d’abord, vers qui vont nos pen­sées, ain­si que ses amis. Nom­breux à le pleurer, de toutes ori­gines so­ciales et qui, hier, sont ve­nus par cen­taines lui rendre un der­nier hom­mage en la ca­thé­drale Saint-Léonce pour ses ob­sèques re­li­gieuses, cé­lé­brèes par le Père Lui­gi Na­ni. Des ob­sèques de chef d’Etat, ni plus, ni moins. Pied noir de sang, Ni­çois d’adop­tion et de coeur de la même fa­çon que ce der­nier, qui l’a si bru­ta­le­ment tra­hi, bat­tait de­puis  ans pour Fréjus, Pas­cal Al­buixech, le di­rec­teur du TC Gal­lié­ni qu’il por­tait à bout de bras, n’est donc pas par­ti tout seul. Mais en­tou­ré jus­te­ment d’une in­vrai­sem­blable cha­leur hu­maine que, le connais­sant bien, il au­rait ap­pré­ciée. A l’image des nom­breux élus de tous bords ve­nus l’ac­com­pa­gner dans son der­nier match, dont l’an­cien pre­mier ma­gis­trat, Elie Brun, mais aus­si de Yan­nick Noah, son pote et com­plice de tou­jours des belles an­nées de jeu­nesse, for­gé dans le­mê­me­moule que son co­pain, à la­mé­moire res­tée in­tacte. Des ob­sèques toutes de sim­pli­ci­té, char­gées d’une très pal­pable émo­tion mais à l’image de ce qu’était dans la vie ce­lui que tout le monde pleu­rait. D’ailleurs, et tour à tour, Xa­vier Mar­ti­nez, Alain Chou­chane, An­tho­ny Boyer, mais aus­si Tho­mas, son beau­fils, Jus­tine, sa fille, Yan­ni­ckNoah, bien sûr et, en­fin, Pierre Al­buixech, son frère fu­sion­nel et dé­vas­té, au­ront su rap­pe­ler en quelques dis­cours et­mots bien sen­tis, tein­tés par­fois d’hu­mour, la mé­moire du dis­pa­ru après que la mu­sique de Mo­zart eût je­té comme une chape de plomb sur Saint-Léonce, qui sem­blait de­ve­nue trop pe­tite. Pas­ca­lou a, ain­si, ti­ré sa ré­vé­rence au monde hu­main.

(Pho­tos Mi­chel Joh­ner)

Il y avait foule pour le der­nier adieu à “Al­bu”, hier à la ca­thé­drale Saint- Léonce de Fréjus. Yan­nick Noah, l’ami de longue date, était là.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.