À La Seyne, « son dé­cès sus­cite une énorme émo­tion »

Monaco-Matin - - Monde - M. G.

Le dé­cès de Fi­del Cas­tro ne laisse pas in­dif­fé­rent à La Seyne où est pré­sente une pe­tite com­mu­nau­té cu­baine. « C’est l’un des hommes les plus im­por­tants du XXe siècle qui dis­pa­raît » , es­time Ma­rie-Hé­lène Ji­me­nez Pe­rez, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Baya­mo et épouse d’un mu­si­cien cu­bain ins­tal­lé dans le Var de­puis plus de 15 ans. « Même s’il était sor­ti de la scène po­li­tique de­puis plu­sieurs an­nées, beau­coup de Cu­bains res­taient très at­ta­chés à lui. Son dé­cès sus­cite donc, là-bas, une énorme émo­tion que l’on ne com­prend pas for­cé­ment ici où son image était sou­vent ca­ri­ca­tu­rée. Même ceux qui s’op­po­saient à lui sont dans un mo­ment de re­cueille­ment car Fi­del Cas­tro a re­pré­sen­té quelque chose de très fort pour le pays. C’était une fi­gure pa­ter­na­liste pour le peuple cu­bain. Et per­sonne ne peut nier qu’il a don­né à son peuple l’ac­cès à la culture, à l’édu­ca­tion et à la san­té – des do­maines qui, pour lui, fai­saient par­tie des droits fon­da­men­taux de l’Homme. Ce­la étant, tout le monde s’at­ten­dait à son dé­cès car on le sa­vait très di­mi­nué ces der­nières an­nées. Son dé­part ne va pas pré­ci­pi­ter Cuba dans une désor­ga­ni­sa­tion to­tale, d’au­tant que les Cu­bains ont as­sez de ba­gage in­tel­lec­tuel pour écrire leur histoire, sans avoir de conseils à re­ce­voir de l’ex­té­rieur. En­fin, il faut sa­voir que la tran­si­tion a été pré­pa­rée de­puis long­temps avec no­tam­ment, ces quatre der­nières an­nées, l’avan­ce­ment d’une grande ré­flexion sur l’ave­nir du pays à la­quelle par­ti­cipe la po­pu­la­tion cu­baine ». 1. Baya­mo or­ga­nise de­puis 2008 un fes­ti­val cu­bain à La Seyne.

(Pho­to ar­chives V. L. P.)

La Sey­noise Ma­rie-Hé­lène Ji­me­nez Pe­rez avec son époux, le mu­si­cien cu­bain Jorge Ji­me­nez Pe­rez.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.