Uni­for­mi­té

Monaco-Matin - - Détente -

Le re­tour de l’uni­forme à l’école fait par­tie des dif­fé­rences entre le pro­gramme de Gen­til Pa­pi et les pro­po­si­tions de Pa­pa Fouet­tard. La si­mi­li­tude ves­ti­men­taire – à dé­faut de l’éga­li­té des chances – au­rait pour ef­fet d’ha­biller de la même fa­çon l’élève des quar­tiers ré­si­den­tiels et le dé­cro­cheur des ban­lieues dif­fi­ciles. Un grand bra­vo. A condi­tion que l’Etat offre à l’un et à l’autre la nou­velle te­nue obli­ga­toire. Bien sûr, cette ré­forme ne fe­rait pas plus les af­faires des mar­chands de bla­zer que la joie des éco­liers fiers de ba­lan­cer sous leur pu­pitre des bas­kets de marque. Mais comme on ne re­con­naî­trait plus au pre­mier coup d’oeil les fils de bour­geois et les en­fants de pro­los, il s’en­sui­vrait peut- être une uni­for­mi­sa­tion des ten­dances po­li­tiques ap­pe­lée à sim­pli­fier les élec­tions sur fond d’union sa­crée et de ré­con­ci­lia­tion na­tio­nale. Bref, une sa­lu­taire me­sure dont je sou­haite qu’elle s’ap­plique éga­le­ment aux jour­na­listes. J’ima­gine une blouse plus ou moins longue se­lon l’an­cien­ne­té dans la pro­fes­sion, une cra­vate rouge pour les des­ser­vants de l’au­dio­vi­suel et une bleue pour les tâ­che­rons de la presse écrite. Ain­si pour­rait- on par­ler d’égal à égal avec des pré­si­dents qui, in­dé­pen­dam­ment du par­ti dont ils sont is­sus et, comme les chefs de rayon dans les grands ma­ga­sins, portent tous dé­sor­mais che­mise blanche et cra­vate noire.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.