Una­nimes sur le dé­bat d’orien­ta­tion bud­gé­taire

Les élus de l’op­po­si­tion ayant choi­si d’être ab­sents, le conseil municipal a vo­té le DOB sans dis­cus­sions. Dans un contexte dif­fi­cile, la ville pour­suit ses ef­forts dans la ligne que le maire a fixée

Monaco-Matin - - Autour De Monaco - J.D.

Lors de la pré­sen­ta­tion du pro­jet de bud­get 2017 pour la com­mune, Gé­rard Des­te­fa­nis, pre­mier ad­joint et ad­joint aux Fi­nances a pré­sen­té l’es­prit de la politique bud­gé­taire : « Le bud­get 2017 re­prend les orien­ta­tions constantes de la mu­ni­ci­pa­li­té à sa­voir: la re­con­duc­tion des taux d’im­po­si­tion qui n’ont pas été aug­men­tés de­puis 2009, tout en pour­sui­vant la réa­li­sa­tion d’équi­pe­ments struc­tu­rants et la re­cherche de l’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té d’un ser­vice ren­du à la po­pu­la­tion, tout au moins son main­tien, dans une pé­riode pas for­cé­ment des plus pro­pices ».

Pas d’op­po­si­tion, pas de dis­cus­sions

Jeu­di soir en séance pu­blique, les conseillers mu­ni­ci­paux étaient par­ti­cu­liè­re­ment à l’unis­son; et pour cause: les élus de l’op­po­si­tion - Lu­cien Prie­to - avaient dé­ci­dé d’être ab­sents. Le dé­bat d’orien­ta­tion bud­gé­tai­rea­donc été vo­té à l’una­ni­mi­té et… sans dé­bat. Dom­mage puisque le dé­bat pu­blic est or­ga­ni­sé pour per­mettre no­tam­ment « de dis­cu­ter des orien­ta­tions bud­gé­taires de l’exer­cice et des en­ga­ge­ments qui pré­fi­gurent les prio­ri­tés du bud­get pri­mi­tif. (...) Il donne éga­le­ment aux élus la­pos­si­bi­li­té de s’ex­pri­mer sur la stra­té­gie fi­nan­cière de la col­lec­ti­vi­té. »

Avant l’exa­men du bud­get pri­mi­tif en dé­cembre, la ville a pré­sen­té ses choix pour 2017. Trois do­maines sont pri­vi­lé­giés: la cul­ture, la tran­quilli­té pu­blique et la lutte contre les in­ci­vi­li­tés, ain­si que la qua­li­té de vie. La ville en­tend éga­le­ment pour­suivre « sa politique de maî­trise de dé­penses de fonc-

tion­ne­ment avec comme point fort la­maî­trise des charges de per­son­nel. »

Dé­penses : + % sur  ans

Mais la dif­fi­cul­té es­sen­tielle sub­siste. Dans le cadre de leur par­ti­ci­pa­tion à la ré­duc­tion du dé­fi­cit de l’État, les col­lec­ti­vi­tés lo­cales sup­portent une contri­bu­tion de

2,63 mil­liards d’eu­ros dont 1,035 mil­liard concerne di­rec­te­ment les com­munes. Pour Beau­so­leil, la di­mi­nu­tion de la do­ta­tion est de 356627 eu­ros par an… Il s’agit donc d’op­ti­mi­ser les re­cettes de fonc­tion­ne­ment (do­ta­tions, im­pôts, pro­duits de ser­vices) et de bais­ser les dé­penses… Car le maire Gé­rard Spi­nel­li et ses élus,

res­tent sur leur ligne: « La mu­ni­ci­pa­li­té main­tient son en­ga­ge­ment fort de ne pas aug­men­ter les taux d’im­po­si­tion. » Les dé­penses sont, pour plus de la moi­tié, dé­diées aux charges de per­son­nel. Mais ces dé­penses ont aug­men­té de plus de 12 % en 5 ans en rai­son du nombre crois­sant de ser­vices pro- po­sés, de l’évo­lu­tion mé­ca­nique de la masse sa­la­riale et le fort sou­tien de la ville en fa­veur de la co­hé­sion so­ciale, de la so­li­da­ri­té et du sou­tien aux per­sonnes fra­gi­li­sées. Au fi­nal, re­cettes de fonc­tion­ne­ment et dé­penses s’équi­li­bre­ront à hau­teur de 20 mil­lions d’eu­ros en 2017.

Une dette « saine »

La dette, quant à elle, entame une ligne des­cen­dante de­puis 2015 et est consi­dé­rée comme « saine ». In­cli­nai­son qui est pré­vue jus­qu’en 2020. « L’en­cours de la dette au 31 dé­cembre 2017 s’élè­ve­ra à 13268966 eu­ros. (...) La com­mune maî­trise son taux d’en­det­te­ment et est ré­gu­liè­re­ment en des­sous de la moyenne na­tio­nale pour les com­munes de sa strate. » En­fin, « l’aug­men­ta­tion des be­soins de fonc­tion­ne­ment cu­mu­lée à la di­mi­nu­tion des re­cettes im­pacte mé­ca­ni­que­ment la sec­tion d’in­ves­tis­se­ment. En ef­fet, le bud­get pri­mi­tif 2017 ne dé­gage pas d’ex­cé­dent de fonc­tion­ne­ment qui vien­drait ren­for­cer la ca­pa­ci­té d’in­ves­tis­se­ment de la ville. » Beau­so­leil a donc peu de le­vier. La ville a ain­si choi­si de ne pas rem­pla­cer les dé­parts à la re­traite et mu­tua­lise avec les en­sembles in­ter­com­mu­naux.

(Archive photo Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo)

Le dé­bat d’orien­ta­tion bud­gé­taire a été vo­té sans... dé­bat, car les élus de l’op­po­si­tion avaient dé­ci­dé cette fois de ne pas être pré­sents.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.