Coups de feuàNice : un an de pri­son ferme

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CH. P.

Ou­malt Za­kaiev, 29 ans, a-t-il confon­du ses agres­seurs avec un équi­page de la bri­gade an­ti-cri­mi­na­li­té? C’est la thèse qu’il dé­fend, re­layée par son avo­cat Me Paul Sol­la­ca­ro. Avec un pis­to­let à gre­naille, le 12 oc­tobre 2016, vers 19h30, dans le sec­teur du pont Re­né-Co­ty dans les quar­tiers Est de Nice, le jeune homme, né en Tchét­ché­nie il y a 28 ans, a ti­ré à plu­sieurs re­prises en di­rec­tion de po­li­ciers. L’arme se se­rait en­rayée. Un po­li­cier mis en joue a ti­ré à six re­prises sur le jeune homme rue Co­lo­nel-Gas­sin, après les som­ma­tions d’usage. Ou­malt Za­kaiev s’en est sor­ti sans une égra­ti­gnure mais avec une belle frayeur. Dé­te­nu de­puis les faits, l’in­di­vi­du vient d’être ju­gé en com­pa­ru­tion im­mé­diate. Le pro­cu­reur Brigitte Fu­nel a re­quis neuf mois ferme à son en­contre. Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, pré­si­dé par Lau­rie Du­ca, est al­lé au-de­là en in­fli­geant un an de pri­son au pré­ve­nu tout en le main­te­nant dé­ten­tion.

La po­lice ob­tient des dom­mages- in­té­rêts

Les po­li­ciers, sou­te­nus par Me Va­lé­rie Fé­vrier et Me Ca­the­rine Cot­tray- Lan­fran­chi, ont dû su­bir après les faits une en­quête de l’Ins­pec­tion gé­né­rale de la po­lice na­tio­nale (IGPN). Ils ont ob­te­nu cha­cun 2000 eu­ros de dom­mages-in­té­rêts. Pour la dé­fense, Me Sol­la­ca­ro a rap­pe­lé le contexte très par­ti­cu­lier des coups de feu qui ont pro­vo­qué l’in­ter­ven­tion d’une patrouille : « Mon client était me­na­cé par des in­di­vi­dus et pre­nait la fuite en uti­li­sant une arme de dé­fense. Quand les po­li­ciers sont in­ter­ve­nus, il était per­sua­dé qu’il s’agis­sait des membres de la bande qui lui en vou­lait. Il a d’ailleurs été ros­sé par ses agres­seurs, mal­gré la pré­sence des po­li­ciers qui ont dû uti­li­ser des bombes la­cry­mo­gènes pour les dis­per­ser. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.