Jé­rôme Rivière, an­cien dé­pu­téUMPdes A.-M., can­di­dat FNaux lé­gis­la­tives dans le Var

Monaco-Matin - - Côte D’azur - GUILLAUME JA­MET gja­met@ni­ce­ma­tin.com

Jé­rôme Rivière se­ra le can­di­dat du Front na­tio­nal dans la 6e cir­cons­crip­tion du Var pour les élec­tions lé­gis­la­tives, les 11 et 18 juin pro­chains. Son in­ves­ti­tu­reaé­té ren­due­pu­bli­queàB­ri­gnoles, en pré­sen­cedes cadres du FN Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti (se­cré­taire dé­par­te­men­tal), et Da­vidRa­chline (sé­na­teur-maire de Fré­jus et di­rec­teur de la cam­pagne pré­si­den­tielle de Ma­rine Le Pen), entre autres. In­con­nude la­plu­part des ha­bi­tants du centre Var, Jé­rôme Ri­viè­rea­pour­tant der­rière lui près de trente an­nées de car­riè­re­po­li­tique ( lire ci-contre), no­tam­ment dans le Var et les Al­pesMa­ri­times. Un par­cours riche, mais si­nueux, puis­qu’ilaoeu­vré suc­ces­si­ve­ment sous les ban­nières du PR, de l’UDF, de l’UMP, du Mou­ve­ment pour la France de Phi­lippe de Villiers et, en­fin, du FN.

Il n’est pas en­car­té

« On ne m’a pas de­man­dé de m’en­car­ter, le su­jet n’a ja­mais été abor­dé, as­sure Jé­rôme Rivière. Ma car­rière té­moigne, bien da­van­tage qu’une carte, de mes en­ga­ge­ments et de la constance de mes idées. ». Le 12 no­vembre, Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti dé­cri- Jacques Dan­vy, élu FN au conseil dé­par­te­men­tal du Var et à Bri­gnoles, Jé­rôme Rivière et Aline Bertrand, élue FN à la Ré­gion et à Tou­lon.

vait Jé­rôme Rivière comme un « can­di­dat pa­triote d’ou­ver­ture ». Et d’ajou­ter : « Je connais Louis Aliot et Ma­rine Le Pen de­puis près de dix ans. Nous par­ta­geons des convic­tions. J’ai sou­hai­té me rendre utile à la can­di­da­ture à la pré­si­dence de Ma­rine Le Pen. Ils m’ont im­mé­dia­te­ment pro­po­sé de les re­joindre. » La pré­si­dente du FN l’a aus­si­tôt nom­mé au sein de son conseil stra­té­gique et lui a confié une cir­cons­crip­tion de pre­mier plan.

Im­po­sé aux ins­tances lo­cales par Pa­ris, Jé­rôme Rivière ré­af­firme ses at­taches su­distes, no­tam­ment fa­mi­liales, àVal­bonne, et rap­pelle bien connaître la ré­gion Pa­ca, pour en avoir été conseiller ré­gio­nal. « Être dé­pu­té, c’est agir au ni­veau na­tio­nal. La clef, c’est l’élec­tion pré­si­den­tielle. Ce dont la France a be­soin, c’est d’une per­sonne qui l’in­carne. Ma­rine Le Pen est la meilleure pour te­nir le rôle. Je fe­rai d’abord cam­pagne pour por­ter son élec­tion. Il se­ra temps, en­suite, de mettre en place un pro­gramme jus­qu’au ni­veau lo­cal. » Se­lon Jé­rôme Rivière, le pro­gramme doit être axé sur deux va­leurs es­sen­tielles, « les mêmes qui ont conduit au Brexit et à l’élec­tion de Do­nald Trump aux USA : iden­ti­té et sou­ve­rai­ne­té ». « On sau­ve­ra la pre­mière en lut­tant contre l’im­mi­gra­tion. On re­trou­ve­ra la se­conde en quit­tant l’Union eu­ro­péenne et l’Otan. »

« Jo­sette Pons de­vrait dé­mis­sion­ner »

Ce qu’il pense de Jo­sette Pons, dé­pu­tée- maire de Bri­gnoles (LesRé­pu­bli­cains). « Dé­pu­té, j’ai sur­tout relevé son manque d’ac­ti­vi­té à l’As­sem­blée... Un par­le­men­taire doit four­nir un tra­vail en rap­port avec ce qu’il coûte aux ci­toyens. Au­jourd’hui, elle in­carne l’in­ca­pa­ci­té de son par­ti à ti­rer les consé­quences de ses actes. Condam­née elle ne de­vrait pas être main­te­nue dans ses fonc­tions ou avoir l’hon­nê­te­té de dé­mis­sion­ner. » 1. À 45 000 eu­ros d’amende pour avoir sou­sé­va­lué­ses­biens­dans­sa­dé­cla­ra­tion­de­pa­tri­moine en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.