Ab­bring sai­sit l’au­baine

Ve­nu mon­trer le po­ten­tiel de la nou­velle i20 R5 en terre va­roise, le Néer­lan­dais de 27 ans, pi­lote of­fi­ciel Hyun­dai, a su pro­fi­ter de la dé­route des WRC pour s’in­vi­ter au pal­ma­rès

Monaco-Matin - - Sports - Textes : Gil LÉON Pho­tos : Mi­chel JOH­NER

Vous sa­vez quoi? Hier soir, à Sainte- Maxime, Ke­vin Ab­bring a fait... la bringue. Une « fies­ta » sans Ford, bien sûr, pour le pi­lote of­fi­ciel Hyun­dai, hé­ros du 62e Ral­lye du Var. La bringue, oui! Comment au­rait-il pu en al­ler au­tre­ment quelques heures après avoir sa­bré le cham­pagne de la vic­toire sur le po­dium de la dé­li­vrance? On at­ten­dait la DS3 WRC de Stéphane Le­febvre, l’es­poir nor­diste de Ci­troën Ra­cing ve­nu pré­pa­rer le Ral­lye Monte-Car­lo. Ou la Fies­ta WRC de Da­vid Sa­la­non, le te­nant du tro­phée qui es­pé­rait re­mettre le cou­vert. Fausse route! Sa­me­di, lors d’une deuxième étape par­ti­cu­liè­re­ment dé­vas­ta­trice, les grosses caisses des fa­vo­ris sont par­ties dans le dé­cor. Belle au­baine sai­sie des deux mains par le vé­loce Ba­tave de 27 ans ayant en­fi­lé sa com­bi­nai­son de re­pré­sen­tant de la marque co­réenne afin de mon­trer le po­ten­tiel d’une i20 R5 en quête de bons de com­mande.

« Plus dur que le Tour de Corse »

« Il y a dix mois à peine com­men­çait la ges­ta­tion de cette voi­ture, et voi­là qu’elle rem­porte sa pre­mière course au­jourd’hui (lire hier), c’est une su­per per­for­mance » , ju­bile le lon­gi­ligne na­tif d’Eind­ho­ven connu dans l’Hexa­gone pour avoir rem­por­té laPeu­geot 208 Ral­ly Cup en 2013. « Je suis ra­vi d’avoir fait la dé­mons­tra­tion que la pe­tite soeur de la i20 WRC est bien née. Et ce dès ma deuxième ex­pé­rience sur as­phalte à son vo­lant. Cette an­née, la mé­téo a vrai­ment com­pli­qué la tâche des concur­rents. Quel par­cours! Du­rant trois jours, il a fal­lu com­po­ser avec des chan­ge­ments d’adhé­rence per­ma­nents. Jon­gler avec les pneus. Pour moi, c’était plus dur que le Tour de Corse! » Sur un fil et sans fi­let, de part et d’autre du mas­sif des Maures, nom­breux sont ceux qui ont per­du les pé­dales et frois­sé de la tôle, en ef­fet. Une fois son ho­ri­zon dé­ga­gé, le lea­der in­at­ten­du, lui, est res­té im­pla­cable. Même lorsque la me­nace Yoann Bo­na­to (DS3 R5) a en­flé dans ses ré­tros. Re­ve­nu à 16’’5, sa­me­di soir, après avoir en­chaî­né deux im­pres­sion­nants temps de ré­fé­rence (ES 9 et 10), le ri­val nu­mé­ro1pou­vait lé­gi­ti­me­ment es­pé­rer ren­ver­ser la va­peur dans le mo­ney-time do­mi­ni­cal. Es­poir en­vo­lé très tôt, hier ma­tin, à cause de cou­pures mo­teur per­sis­tantes qui re­lèguent fi­na­le­ment le chal­len­ger isé­rois à 59’’1.

Gilles Pa­niz­zi en­deuillé Alors qu’il sa­vou­rait à fond son re­tour sur les routes du Ral­lye du Var, Gilles Pa­niz­zi a eu la dou­leur d’ap­prendre le dé­cès de son père, sa­me­di soir. Sup­por­ter­de­la­pre­miè­re­heu­re­du « Tar­mac Mas­ter », Jean­not Pa­niz­zi s’en est al­lé un week-end de course. Bien que dé­vas­té, l’illustre pi­lote de la Peu­geot 208 R5 nu­mé­ro 11 a pui­sé la force de fi­nir l’épreuve à la 4e place, hier. Ences pé­nibles cir­cons­tances, le­groupe Nice-ma­tin pré­sente ses sin­cères condo­léances à Gille­sain­si­qu’àNi­cole, sa­ma­man, et Her­vé, son frère.

« Dans l’im­mé­diat, on va cé­lé­brer ça comme il se doit » , pou­vait alors conclure Ab­bring le ‘‘brin­gueur’’.

« En­suite, on son­ge­ra à l’ave­nir. Bien sûr, j’am­bi­tionne de pro­lon­ger ma tra­jec­toire en cham­pion­nat du monde. Pour l’ins­tant, il y a trois pi­lotes Volks­wa­gen au chô­mage, donc ce n’est pas ga­gné... En tout cas, j’es­père que ce suc­cès en ap­pel­le­ra d’autres! »

Ra­pide et so­lide, Ke­vin Ab­bring offre sa pre­mière vic­toire à la Hyun­dai i R.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.