FÉDÉRALE  ( JOUR­NÉE) Ni­ce­peut avoir des re­grets

Monaco-Matin - - Sports - RÉ­MY SAUER R.L.

Après un quartd’heure, on se de­man­dait à quelle sauce al­laient être­man­gés les Gras­sois. Mis à la faute, ils avaient dé­jà concé­dé deux pé­na­li­tés si­gnées du Sud-Afri­cain Mor­né Vlet­ter, avant que Si­re­li Bo­bo ne gra­ti­fie pu­blic d’un de ses ir­ré­sis­tibles raids le long­de­la ligne de touche. Vlet­ter avait même trans­for­mé du bord e Nice avait be­soin de points, mais Châ­teau­re­nard, on le sait, n’est pas le ter­rain idéal pour les ob­te­nir d’au­tant que les Pro­ven­çaux ont réa­li­sé un­bon dé­but de sai­son. Il y avait donc du sus­pense au coup d’en­voi. Mais qui fut de courte du­rée car on vit ra­pi­de­ment que les Azu­réens n’étaient pas ve­nus pour souf­frir, et sur­tout pas sur une chan­delle. Ils ca­fouillèrent ain­si deux bal­lons de haut vol– mais en­lou­pèrent quelques autres – pour de touche (13-0). Néan­moins, même si l’in­té­res­sé s’en se­rait bien pas­sé, la longue in­ter­rup­tion suite à la sé­rieuse bles­sure à l’épaule du 2e ligne azu­réen Yann Ti­vo­li a sor­ti tout le monde du match. Grasse a ré­duit la casse à la­pause (163) avant de s’im­po­ser en pa­tron dans la conquête. Do­mi­na­teurs en mê­lée, vo­leurs de bal­lons sur touche ad­verse, grat­teurs de bal­lons au sol, les Gras­sois pri­vaient Stras­bourg de mu­ni­tions, sans par­ve­nir pour au­tant à ex­ploi­ter les leurs. of­frir sur un pla­teau deux réa­li­sa­tions à Fer­nandes puis Gon­zales le plus prompt dans une dé­fense pour­tant pré­sente. Et qua­tre­mi­nutes plus tard, So­fiane ou­vrait le che­min à Duffes dont le sla­lom lais­sait les Ni­çois sur les fesses. Ala­pau­seC­hâ­teau­re­nar­da­vait dé­jà­mar­qué trois es­sais, mais­sur­toutNi­ce­qui avait pour­tant ten­té quelques coups au­da­cieux, avait fait tom­ber par fé­bri­li­té de pré­cieux bal­lons, et comme la dé­fen­seé­tait poé­tique, on Jus­qu’à la 66e et une touche trou­vée par Char­lie Ar­re­té dans les 22m lo­caux. Une pé­nal­touche à 5m et un maul plus loin, l’Ir­lan­dais Ger­ry Hur­leyex­tir­pait l’ovale pour son ai­lier Ma­thieu Bon­netGon­net qui se pro­pul­sait dans l’en-but (16-8). Ce de­vait être le chant du cygne. L’es­sai en­cais­séaeule don­de­ré­veiller le dé­sor­mais nou­veau lea­der de la poule. En mode dé­vas­ta­teur, Si­re­li Bo­bo dé­blo­quait la si­tua­tion. Trois mi­nutes plus tard, le pack stras­bour­geois ren­dait la mon­naie de la pièce à son se di­sait que la note pou­vait être sa­lée, Or­que­ra ayant réus­si la seule pé­na­li­té oc­troyée. “Châ­to”, c’est vrai, avait beau­coup don­né, mais les ca­fouilla­ges­vi­si­teurs conti­nuèrent et c’est Gon­za­lès qui réus­sit la pé­na­li­té (53e). Dé­ci­dé­ment... Nice pour­tant se mit en­fin au tra­vail et per­sis­ta. Il fal­lut une longue pé­riode dans le camp lo­cal et une pous­sée de toute la mê­lée pour voir cette fois Ts­ki­ti­shv­li der­rière la ligne. Le match s’était ré­équi­li­bré mais il était un peu tard­pour les vi­si­teurs d’au­tant que le jeu était de­ve­nu bien brouillon. C’est en­core Nice qui le re­mit à l’en­droit sur une belle ac­tion col­lec­tive et un nou­vel es­sai plein de dé­ci­sion de Mege, s’en­fon­çant dans la dé­fense ad­verse. A25-17 tout était re­de­ve­nu pos­sible et on avait en­fin le sus­pense de­man­dé. Gon­zales ra­ta une pé­na­li­té en bonne po­si­tion. Nice don­na tout, mar­qua bien un nou­vel es­sai en force par ho­mo­logue sur un maul pé­né­trant conclu par An­tho­ny Mar­tin suite, là aus­si, à une pé­nal­touche à 5m. Une ac­tion, la der­nière du match, de 90m, avecWilliamWa­vrin en fi­nis­seur of­frait le bo­nus of­fen­sif à Stras­bourg. Mais le RO Grasse n’a pas à rou­gir, bien au contraire. « Peu d’équipes mar­que­ront cinq points contre elle, es­time Ju­lien Chas­ta­net, l’en­traî­neur stras­bour­geois. Gras­sea­mal dé­bu­té son cham­pion­nat mais en ca­pa­ci­té de fi­nir dans les cinq pre­miers. » Frih et vint échouerà­quatre pe­tits points de son vain­queur. Les Azu­réens pour­ront avoirdes re­grets car ils n’ont fait que réa­gir avant d’agir mais ils re­viennent avec le bo­nus dé­fen­sif alors que Châ­to avait flir­té avec le bo­nus of­fen­sif. Cy­ril An­gel­lo va de­ve­nir un cou­reur cy­cliste pro­fes­sion­nel en si­gnant chez les Ca­na­diens deDe­vin­ci.(

A 19 ans, Cy­ril An­gel­lo est en trainde réa­li­ser son rêve. Dans quelques se­maines, ce Ni­çois se­ra of­fi­ciel­le­ment un cou­reur pro­fes­sion­nel. Pas­sé par le Ca­vi­gal, La Pomme Mar­seille chez les Ju­niors, puis Hyères l’an pas­sé en DN3, l’Azu­réen va vivre de sa pas­sion, de l’autre cô­té de l’At­lan­tique. Chez les Ca­na­diens de De­vin­ci, qui évo­luent en Con­ti­nen­tal sur le cir­cuit amé­ri­cain. « J’avais en­vie de connaître autre chose, je ne vou­lais plus conti­nuer ici, alors j’ai en­voyé des cour­riers à plein de di­rec­teurs spor­tifs ». Plus que son CV, ce sont les ca­pa­ci­tés phy­siques de ce­lui qui s’en­traîne ré­gu­liè­re­ment avec les pros ins­tal­lés à Mo­na­co ( Gil­bert, Fu­gl­sang, Lut­sen­ko, Kamp...) qui ont plu à son nou­vel em­ployeur. « Le di­rec­teur spor­tif était à la re­cherche de cy­clistes fran­çais. Il a trou­vé que j’avais une bonne VO2 max, de belles ca­pa­ci­tés et m’a fait confiance ». Ré­sul­tat, le cou­reur vient de faire ses va­lises pour Mon­tréal, où il a po­sé avec ses nou­veaux co­équi­piers pour la pré­sen­ta­tion of­fi­cielle de l’équipe. An­gel­lo y re­vien­dra au­mois de mars, lorsque sa sai­son ca­na­dienne dé­bu­te­ra. « Je vais cou­rir en dé­but de sai­son dans la ré­gion et en Ita­lie pour avoir le rythme, puis de mars à sep­tembre au Ca­na­da, avec no­tam­ment quatre

A l’heure de la si­gna­ture du contrat.

courses à étapes UCI (GP Sa­gue­nay, Cas­cade Classic, Tour Del­ta, Rea­ding 120). En rou­lant en Eu­rope, j’es­père ar­ri­ver avec un pic de forme pour le mois d’avril sur les pre­mières courses ». Un sa­cré bond en avant pour ce cou­reur en­core Es­poir qui a tra­ver­sé­plu­sieurs épreuves dif­fi­ciles ces der­niers mois. « En sep­tembre 2015, je me suis fait ren­ver­ser par une mo­to à l’en­traî­ne­ment. J’ai eu beau­coup de bles­sures par la suite, mon ge­nou a été fra­gi­li­sé. J’ai quit­té La Pomme Mar­seille pour re­joindre Hyères, mais comme j’étais en­core di­mi­nué, je n’ai pas pu dis­pu­ter beau­coup de courses. J’ai sur­tout cou­ru en FSGT (2 vic­toires), mais du coup je me suis re­trou­vé sans équipe en fin de sai­son ». Si sa der­nière sai­son spor­tive n’a pas été des plus simples, Cy­ril a aus­si connu d’autres coups durs hors vé­lo. « En deux ans, j’ai per­du mon père et mon beau-père », ex­plique pu­di­que­ment le Ni­çois de Car­ras. Alors cette ex­pé­rience outre- At­lan­tique, cette chance de réa­li­ser son rêve, même à plus 6000 km de Nice, Cy­ril compte bien la vivre à fond.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.