Tal­liance : as­so­cier plu­tôt qu’op­po­ser

Monaco-Matin - - L’économie - CH­RIS­TELLE LE­FEBVRE cle­febvre@ni­ce­ma­tin.fr

La pa­ri­té n’est pas qu’une re­ven­di­ca­tion so­ciale et fé­mi­niste. Elle a un vé­ri­table in­té­rêt et fait ses preuves. Le ca­bi­net Tal­liance Avo­catsàNice en est l’exemple vi­vant. Il compte dix as­so­ciés, cinq hommes, cinq femmes, en trans­ver­sa­li­té des com­pé­tences et trans­gé­né­ra­tion­nel. « On gagne tou­tàas­so­cier nos va­leurs fé­mi­nines et mas­cu­lines plu­tôt qu’à les op­po­ser, contex­tua­lise Na­tha­lie Koul­mann, as­so­ciée de la SCP qui ex­pé­ri­mente la mé­thode chaque jour. Les mé­tiers ju­ri­diques sont très fé­mi­ni­sés et c’est en­core plus vrai en droit social. Les femmes ap­portent une grande écoute des clients, une fa­çon plus hu­ma­niste d’abor­der les dos­siers. Et si vous com­bi­nez ces va­leurs à la force de l’as­so­cié mas­cu­lin, la sy­ner­gie don­neune grande puissance de frappe. Pour les en­tre­prises que nous dé­fen­dons, le cock­tail est ga­gnant. » Lan­cée en 1980, la SCP Del­plancke-Poz­zo di Bor­go Ro­met­ti et as­so­ciés compte 35 sa­la­riés, dont 24 avo­cats, avec des bu­reaux à Nice, Saint-Laurent-du-Var, Fré­jus et Men­ton. Il y a un an, elle a adop­té sa marque, Tal­liance Avo­cats, pour mon­trer qu’elle n’est pas que le dé­fen­seur des en­tre­prises, mais­qu’elle est el­le­même une en­tre­prise. Sou­sen­ten­dez qu’elle en vit elle aus­si toutes les sub­ti­li­tés au quo­ti­dien. « Nos­maîtres mots sont com­plé­men­ta­ri­té, ré­ac­ti­vi­té, sé­ré­ni­té, exi­gences, dis­po­ni­bi­li­té et proxi­mi­té, pré­cise Na­tha­lie Koul­mann. Des va­leurs où il y a de la place aus­si bien­pour le fé­mi­nin que le mas­cu­lin. »

Comp­ter avec le trans­gé­né­ra­tion­nel

L’an­cienne ju­riste au sein du groupe Da­none est as­so­ciée de la SCP­de­puis 2009 et y in­ter­vient en droit social, en droit de la pro­prié­té in­tel­lec­tuelle, en conseil et en conten­tieux. « Notre en­tre­prise mise sur la trans­ver­sa­li­té des com­pé­tences, avec des spé­cia­listes en droit fis­cal, social, com­mer­cial et le­vée de fonds adap­tée aux star­tups pour avoir ré­ponse à l’en­semble des ques­tions que se posent les en­tre­prises qu’elle ac­com­pagne. La com­plé­men­ta­ri­té­de­nos profils fait la ri­chesse du conseil. » « Au-de­là des va­leurs du­mas­cu­lin et du fé­mi­nin, le trans­gé­né­ra­tion­nel est aus­si un fac­teur social im­por­tant en en­tre­prise, sou­ligne en­co­reNa­tha­lie Koul­mann. On s’ap­porte beau­coup les uns les autres. Et ça créeun équi­libre, très pré­cieux. » L’éco­no­mie du ca­bi­net en ap­porte la preuve. For­mer, échan­ger, dé­battre, l’en­tre­prise Tal­liance Avo­cats le­con- çoit en in­terne comme à l’ex­terne. Ce jeu­di 1er dé­cembre, elle se­ra aux En­tre­pre­na­riales pour re­mettre le Prix de la jeune en­tre­prise, qu’elle abonde d’un chèque de 1500 « Unen­cou­ra­ge­ment à ceux qui osent et qui se lancent » . Le len­de­main, le2 dé­cembre, tou­jours à Nice, elle in­vite les en­tre­pre­neurs azu­réens à un pe­tit-dé­jeu­ner à l’Hô­tel Mar­riott au cours du­quel elle dé­cryp­te­ra la loi El Khom­ri. « Une loi que notre pôle social a dé­cor­ti­quée et qui, une fois les op­po­si­tions dog­ma­tiques éva­cuées, est bien plus équi­li­brée qu’il n’y pa­raît et qui peut ap­por­ter des op­por­tu­ni­tés. » Et la veille, le 29 no­vembre, Tal­liance Avo­cats par­le­ra pré­lè­ve­ment à la source dans les lo­caux de l’UPE06àSaint-Laurent-du-Var.

(Photo C.L.)

Me Koul­mann : « L’écoute féminine as­so­ciée à la force mas­cu­line crée une bonne sy­ner­gie. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.