Au temps des croi­sades

Comment vi­vait-on dans les États la­tins d’Orient? Une as­so­cia­tion va­roise de pas­sion­nés d’his­toire a dé­ci­dé de faire connaître cette pé­riode fort mé­con­nue en re­cons­ti­tuant la cour du roi de Jé­ru­sa­lem au XIIe siècle

Monaco-Matin - - Magazine - PIERRE DEJOANNIS pr­de­joan­nis@ni­ce­ma­tin.fr

Le­mot croi­sade évoque bien des sou­ve­nirs dans no­tre­mé­moire col­lec­tive. Prê­chées dès 1095 par le pape et les évêques, huit croi­sades ont été conduites par des comtes, prin­ce­set rois qui ont me­né les sol­dats et pè­le­rins en Orient jus­qu’au XIIIe siècle. Avec la conquête de la Terre sainte, vont naître quatre États la­tins d’Orient sur les terres du Dâr al-Is­lam: le com­té d’Edesse (1098), la prin­ci­pau­té d’An­tioche (1098), le com­té de Tri­po­li (11021109) et le royaume de Jé­ru­sa­lem (1099). Mais­comment vi­vait-on à la­cour du pre­mier roi de Jé­ru­sa­lem, Bau­douin Ier (1100-1118)? L’as­so­cia­tion va­roise « Les Sei­gneurs d’Orient » tente d’y ré­pon­dreen in­ter­ve­nant dans les col­lèges et ly­cées de la ré­gion, ou à l’oc­ca­sion de fêtes mé­dié­vales. Grâce à une troupe com­po­sée d’une ving­taine de pas­sion­nés d’his­toire, pour par­tie d’his­to­riens, d’en­sei­gnants et d’ar­chéo­logues, ils re­cons­ti­tuent les per­son­nages de la cour royale et du cam­pe­ment du roi lors d’une cam­pagne mi­li­taire. Nous ren­con­trons ain­si Bau­douin Ier ac­com­pa­gné de sa femme, la reine Ar­da. Ils sont es­cor­tés de leurs ser­vi­teurs et de leur garde royale com­po­sée no­tam­ment de guer­riers la­tins et de mer­ce­naires tur­co­poles. Une re­cons­ti­tu­tion haute en cou­leur, pour le plus grand plai­sir du­pu­blic dont la proxi­mi­té crée une in­ter­ac­tion. Pour par­ve­nir à ce ré­sul­tat, l’as­so­cia­tion pré­si­dée par Cy­ril Er­re­ra [lire ci-des­sous], pro­fes­seur d’his­toire-géo­gra­phie dans un col­lège men­ton­nais, fa­brique et ré­pa­re­beau­coup de ses armes, réa­lise des tra­vaux de re­cherche his­to­rique.

« Pas des dé­gui­se­ments »

L’ac­cent est éga­le­ment mis sur les échanges cultu­rels, la ren­contre entre les peuples, l’ou­ver­tu­red’es­prit de cer­tains hom­mesde ce temps, et no­tam­ment de Bau­douin Ier. « C’est un as­pect es­sen­tiel de notre tra­vail », sou­ligne le pré­sident. La qua­li­té des équi­pe­ments et cos­tumes est telle qu’ils sont prê­tés pour illus­trer des ar­ticles d’une re­vue his­to­rique ( Moyen Âge). « Nous pro­po­sons un conte­nu his­to­rique ri­gou­reux. En ef­fet, tous nos équi­pe­ments sont re­cons­ti­tués sur des bases sour­cées (pièces de mu­sée, ico­no­gra­phies, sources tex­tuelles…), ce ne sont donc pas des dé­gui­se­ments, aver­tit Cy­ril Er­re­ra. Et comme l’as­so­cia­tion est com­po­sée de pro­fes­seurs d’his­toire, « notre troupe cla­ri­fie la géo­po­li­tique et les enjeux com­mer­ciaux dans le royaume de Jé­ru­sa­lem et re­place nos per­son­nages dans leur contexte his­to­rique, étant plus com­plexe que le simple choc des ci­vi­li­sa­tions que nous en­vi­sa­geons ha­bi­tuel­le­ment », ajoute Cy­ril Er­re­ra. Une double dé­marche par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­ciée du pu­blic.

(Pho­tos Francesca Ga­roz­zo et « Les Sei­gneurs d’Orient »)

Les com­bats sont exé­cu­tés en res­pec­tant scru­pu­leu­se­ment les règles d’en­ga­ge­ment de l’époque.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.