Ils n’ap­pel­le­ront pas leur fils Mo­ha­med Me­rah

Monaco-Matin - - La Une - CHARLES- ÉDOUARD AMA KOF­FI

L’apai­se­ment après la po­lé­mique? Les pa­rents du pe­tit gar­çon né le  no­vembre der­nier sous le nom « Mo­ha­med Ni­zar Me­rah » re­noncent fi­na­le­ment à ap­pe­ler leur nou­veau- né ain­si. « Le pa­pa a an­non­cé qu’il al­lait chan­ger de pré­nom pour son fils » , dé­clare Jean-Mi­chel Prêtre, pro­cu­reur de la ville de Nice, contac­té hier soir. Le pe­tit gar­çon ne de­vrait donc pas por­ter le pré­nom du ter­ro­riste, au­teur de sept as­sas­si­nats en . Il conser­ve­rait son deuxième pré­nom, « Ni­zar ». « C’est l’in­ten­tion des pa­rents, bien que cette pro­po­si­tion n’ait pas été ex­pli­ci­te­ment for­ma­li­sée par le pa­pa » , in­di­quait le pro­cu­reur. Sai­si par la mai­rie de Nice, le tri­bu­nal ren­dra sa dé­ci­sion la se­maine pro­chaine concer­nant le pa­tro­nyme du nou­veau- né. « Le choix de la fa­mille de pré­nom­mer ain­si son pe­tit gar­çon est sus­cep­tible d’être contraire à son in­té­rêt, étant don­né la ré­fé­rence à l’au­teur des actes ter­ro­ristes sur­ve­nus à Tou­louse et Montauban en  » , avait es­ti­mé la ville de Nice dans un com­mu­ni­qué pa­ru au mo­ment des faits. De­puis la loi n°- du  jan­vier , les pré­noms de l’en­fant sont choi­sis li­bre­ment par les pa­rents. L’of­fi­cier d’état ci­vil ne dis­pose plus du pou­voir d’ap­pré­cia­tion sur la re­ce­va­bi­li­té des pré­noms. La li­ber­té de choix des pa­rents connaît tou­te­fois des li­mites. La prin­ci­pale étant l’in­té­rêt de l’en­fant. L’of­fi­cier d’état ci­vil peut alors in­for­mer le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique pour les cas estimés li­ti­gieux.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.