OGC Nice :

Au terme d’un match très in­tense, le Gym s’est im­po­sé à Guin­gamp, qui n’avait en­core ja­mais per­du à do­mi­cile. Il fal­lait vrai­ment le faire...

Monaco-Matin - - Sports -

Il s’en est fal­lu de peu pour as­sis­ter au re­make du match contre Bas­tia mais, cette fois, le Gym n’a pas cé­dé. Grâce à une so­li­di­té re­trou­vée, au­tour d’un Dante gran­diose dans l’en­ga­ge­ment, il s’est im­po­sé à Guin­gamp, ceque per­sonne n’était par­ve­nu à faire avant lui cette sai­son. Mis sur or­bi­te­par uneac­tion de classe de Bel­han­da, Nice a en­suite plus ou moins gé­ré sa soi­rée. Celle-ci au­rait tout de mê­me­dûê­tre­plus pei­narde si Plea avait eu la bonne idée de pu­nir Johns­son ou si, sur quelques coups, Eys­se­ric s’était mon­tré plus pré­cis dans le­der­nier geste. A l’ar­ri­vée, la lu­carne trou­vée­par l’in­ter­na­tio­nal ma­ro­cain a suf­fi pour rap­por­ter trois points de plus dans la be­sace et lo­gi­que­ment faire le bon­heur de tous. A voir la mine ré­jouie des uns et des autres au mo­ment de quit­ter le Rou­dou­rou, on a eu la confir­ma­tion que Nice ve­nait de frap­per un nou­veau grand coup. « Ve­nir ga­gner ici, ce n’est ja­mais évident, a glis­sé Yoan Car­di­nale, au­teur de pa­rades de grande classe lors de ce match joué dans un froid gla­çant. On a été moins beau à voir que par­fois, mais on a été so­lide. On est cons­cient que c’est su­per ce que l’on fait. » « On a tou­jours eu un bel état d’es­prit de­puis le dé­but de sai­son, a ap­puyé Vincent Ko­ziel­lo. C’est pri­mor­dial de ga­gner des ren­contres à l’ar­ra­ché au cours d’une sai­son. »

En lea­der au Parc ?

Après quinze jour­nées, Nice de­meure un so­lide lea­der. Ce­la dure de­puis plus de deux mois et alors que l’on guet­tait du coin de l’oeil son dé­clin, le voi­là qu’il re­bon­dit de plus belle au len­de­main du nul de Mo­na­co à Di­jon. « C’est bon pour les têtes, a po­sé Wy­lan Cy­prien. On n’a pas tou­jours pu ma­nier le bal­lon comme on le sou­hai­tait, mais on a aussi d’autres atouts pour trou­ver la pa- rade. On est en­core là-haut, on ne veut lais­ser notre place à per­sonne. Je ne vais pas faire la fine bouche. Si on est en­core là, c’est qu’on le mé­rite. » Pris à la gorge par le mar­quage in­di­vi­duel de leurs ad­ver­saires, les mi­lieux ni­çois ont beau­coup per­mu­té pour trou­ver des so­lu­tions. Se­ri a joué les éclai­reurs, ré­ga­lant par son sens de la passe et sa science du pla­ce­ment. L’Ivoi­rien a souvent com­pen­sé les en­vo­lées de Cy­prien, qui ne se prive ja­mais d’al­ler voir ce qui se passe dans le camp d’en face. C’est à l’image de ce Gym ver­sion Lu­cien Favre : il est gé­né­reux, spon­ta­né et ra­re­ment cal­cu­la­teur. Du coup, quand l’équipe d’en face ouvre éga­le­ment les vannes, comme Guin­gamp hier soir, ce­la offre un spec­tacle de grande qua­li­té, des oc­ca­sions et du sus­pense. Au fi­nal, ça a sou­ri aux Ni- çois qui s’avancent vers leur ren­dez-vous fa­ceàTou­louse ra­gaillar­dis et plein d’espoirs. En cas de vic­toire di­manche, les Ni­çois se ren­dront le 11 dé­cembre au Parcdes Princes en tant que lea­der de la Ligue 1. Non, non, vous ne rê­vez pas et, comme en plus, c’est le pré­sident Ri­vère qui rince, ça pour­rait vrai­ment va­loir le coup d’al­ler faire une vi­rée à Pa­ris pour as­sis­ter à ce qui se­ra, dans tous les cas, le der­nier grand ren­dez­vous de l’an­née 2016 en Ligue 1. Quel pro­gramme !

Dante a été im­mense hier soir. Le pa­tron de la dé­fense a tou­ché du bois en at­taque.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.