« On ne peut plus igno­rer la me­nace »

Ques­tions à Guillaume Pou­pard, di­rec­teur de l’Agence na­tio­nale de la sé­cu­ri­té des sys­tèmes d’in­for­ma­tion

Monaco-Matin - - L’info Du Jour -

Quels en­sei­gne­ments ont été ti­rés des ré­centes cy­be­rat­taques ? Après chaque vague d’at­taques, on touche de plus en plus de consciences. Au­jourd’hui, les res­pon­sables des en­tre­prises ne peuvent plus igno­rer cette me­nace. Ils ont com­pris que c’était un vrai su­jet. Pour nous, c’est l’oc­ca­sion de rap­pe­ler que ces me­naces in­for­ma­tiques sont mal­heu­reu­se­ment bien réelles, et qu’il y en au­ra de plus en plus dans les an­nées à ve­nir, de plus en plus im­por­tantes. Nous don­nons donc des conseils plus pré­cis sur la fa­çon de conce­voir des sys­tèmes nu­mé­riques et de leur ga­ran­tir une sé­cu­ri­té au juste ni­veau. Car nos at­ta­quants n’ont pas de règle : ils tapent sur nos points faibles.

Sur quelle me­nace vous concen­trez-vous le plus ? On voit cer­tains Etats dé­ve­lop­per des ca­pa­ci­tés of­fen­sives im­por­tantes, des ma­fias bas­cu­ler sur du tra­fic numérique. Mais on doit aus­si se pré­pa­rer à de pos­sibles at­taques ter­ro­ristes, même si ceux d’au­jourd’hui ne savent pas faire - on voit mal­heu­reu­se­ment les hor­reurs réa­li­sables avec un simple ca­mion...

La réponse passe par de la ré­gle­men­ta­tion et de la co­opé­ra­tion ? La ré­gle­men­ta­tion, ce­la per­met juste de ga­gner du temps. Il faut aus­si de la for­ma­tion, à tous les ni­veaux, et de la sen­si­bi­li­sa­tion des uti­li­sa­teurs. Jus­qu’ici, notre ac­tion n’était pas ci­blée sur les PME ni les ci­toyens. Il faut pour­tant leur of­frir des ré­ponses. D’où la pla­te­forme cy­ber­mal­veillance.gouv.fr, qui se­ra éten­due à toute la France le  oc­tobre. Elle per­met la mise en ré­seau des en­tre­prises vic­times et de spé­cia­listes qui peuvent les ai­der.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.