«Stéphane Va­le­ri manque de peps »

Monaco-Matin - - Monaco -

Ja­mais avare d’un bon mot, Jean-Louis Grin­da en a fait montre hier de­vant la presse avec quelques saillies « pen­sées dans l’avion du re­tour de Hong Kong » où il était dans le cadre de ses ac­ti­vi­tés de met­teur en scène d’opé­ra. La tête de liste d’Union Mo­né­gasque s’est prin­ci­pa­le­ment éton­née que dans les listes ad­verses, « presque un mois après l’en­trée en lice de Ma­dame Fres­ko et Mon­sieur Va­le­ri, nous n’avons en­core rien lu, ni en­ten­du con­cer­nant ne se­rait-ce qu’un em­bryon de pro­gramme ». Se­lon lui, «Ma­dame Fres­ko, je sup­pose, at­tend sa fu­ture as­sem­blée gé­né­rale ; mais pour­quoi s’être dé­cla­rée si tôt pour se taire si vite » ? Pour Stéphane Va­le­ri, les mots se font plus acides. «Ila­prisles tra­vers du grand pays voi­sin qu’il ad­mire tant et ne dit ab­so­lu­ment rien sur rien sauf qu’il faut vo­ter pour lui. Il est son propre pro­jet, ce qui n’est pas très ras­su­rant quant à la qua­li­té né­ces­saire du dé­bat. Je di­rais, avec ma­lice, qu’il manque sé­rieu­se­ment de peps. J’es­père que les gens qui l’en­tourent vont se dé­pê­cher de lui don­ner des idées. » À ce su­jet, le chef de file d’UM re­grette que per­sonne n’ait en­core ré­pon­du à sa pro­po­si­tion d’or­ga­ni­ser des dé­bats pu­blics. «Une élec­tion doit être l’oc­ca­sion de la confron­ta­tion d’idées, non un concours de beau­té pour sa­voir qui a la plus belle af­fiche ou le site in­ter­net le plus sexy ».

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.