Sans emploi, un Va­rois rem­porte 6 M€ au Lo­to

Alors qu’il ve­nait de s’ins­crire dans une agence d’in­té­rim au Luc, un joueur ré­gu­lier a em­po­ché le pac­tole en jouant le nu­mé­ro de té­lé­phone de l’éta­blis­se­ment en ques­tion

Monaco-Matin - - Grand Sud - VICTOR TILLET ET DI­DIER ZAÏTOUN

Sa vie va chan­ger ! Un de­man­deur d’emploi a ga­gné la co­quette somme de six mil­lions d’eu­ros en mi­sant 2,20 eu­ros au Lo­to le 23 sep­tembre der­nier. Il avait alors va­li­dé son bul­le­tin chez un dé­po­si­taire de presse ins­tal­lé dans la ga­le­rie mar­chande du centre com­mer­cial Le­clerc du Luc, en centre Var. Res­pon­sable de l’éta­blis­se­ment, Vé­ro­nique Pon­tais af­fi­chait un large sou­rire à l’évo­ca­tion de ce gain : « Je suis contente pour lui. Je me dis qu’il y en a au moins un qui s’est ré­veillé plus heu­reux ».

Il a joué le nu­mé­ro de l’agence d’in­té­rim

Joueur ré­gu­lier d’Eu­ro­mil­lion et du Lo­to, l’heu­reux vain­queur ve­nait de s’ins­crire dans une agence d’in­té­rim. Après avoir envoyé son cur­ri­cu­lum vi­tae, celle-ci lui en­voie en re­tour un SMS pour confir­mer la ré­cep­tion de son mail. Co­chant ha­bi­tuel­le­ment la même com­bi­nai­son de chiffres, l’homme prend alors une dé­ci­sion in­at­ten­due. Il joue le nu­mé­ro de té­lé­phone correspondant à ce­lui de l’agence d’in­té­rim sur son SMS, au­quel il ajoute le jour de nais­sance de son en­fant pour le nu­mé­ro chance. Soit 15-19-22-33-37/4 pour son ti­cket ga­gnant. Se­lon la Fran­çaise des jeux (FDJ), l’homme au­rait pour pro­jet d’in­ves­tir dans l’im­mo­bi­lier, et de pro­fi­ter de la vie.

« Un ca­nu­lar »

Vé­ro­nique Pon­tais l’af­firme, c’est une mai­son de presse « fa­mi­liale, au bout de la chaîne de l’in­dus­trie du jeu » qu’elle di­rige. Et elle est en­core stu­pé­faite par cette bonne nou­velle : « C’est une telle sur­prise pour une pe­tite struc­ture comme la nôtre. J’ai d’abord cru à un ca­nu­lar », avouait-elle. Pré­sente dans l’éta­blis­se­ment de­puis quatre an­nées, la te­nan­cière connaît bien « plus de la moi­tié de ses clients », dont cer­tains lui avaient pro­mis de lui «of­frir un voyage s’ils rem­por­taient le gros lot ». Cette fois ce­pen­dant, le joueur ne s’est pas ma­ni­fes­té au­près d’elle, al­lant cher­cher di­rec­te­ment son gain au centre de paie­ment de la FDJ à Pa­ris. L’or­ga­nisme, pour sa part, ne fait pas d’an­nonce of­fi­cielle en cas de gain im­por­tant comme l’ex­plique Eric Mi­chel, re­pré­sen­tant du centre dé­par­te­men­tal : « Lorsque la somme dé­passe le mil­lion d’eu­ros, le ga­gnant doit al­ler cher­cher son chèque à Pa­ris. Avant ce­la, nous me­nons une en­quête pen­dant dix jours pour at­tes­ter de la va­li­di­té du gain et de l’iden­ti­té du joueur, pour en­suite le dire pu­bli­que­ment ».

Res­ter lu­cide

Jus­qu’à ce jour, le plus gros gain qu’avait re­cen­sé Vé­ro­nique Pon­tais s’éle­vait à 37 000 eu­ros, suite à un ti­cket joué à l’Eu­ro­mil­lion. Mal­gré sa joie, elle garde la tête froide : « Ça reste du ha­sard. La per­sonne en ques­tion au­rait pu jouer ailleurs. Je ne vais pas com­men­cer à dire que tout le monde ga­gne­ra chez moi », rap­pelle-telle. Preuve en est, de­puis trois ans, Vé­ro­nique Pon­tais n’af­fiche plus les gains im­por­tants liés à sa mai­son de presse. Cette somme met­tra-t-elle fin à l’ha­bi­tude ? « Cel­le­ci, je la lais­se­rai peut-être en sou­ve­nir », sou­rit-elle. En at­ten­dant, elle a te­nu à adres­ser un pe­tit mes­sage à l’heu­reux ga­gnant : « Qu’il fasse bon usage de cet ar­gent, en es­pé­rant que ce soit quel­qu’un qui en ait eu be­soin ».

(Pho­to Hé­lène Dos San­tos)

Res­pon­sable de la mai­son de presse si­tuée dans la ga­le­rie mar­chande du centre Le­clerc au Luc, Vé­ro­nique Pon­tais a re­cen­sé le plus gros gain de sa car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.