Weinstein: la po­lice ouvre une en­quête

Les en­quê­teurs new-yor­kais sont à la re­cherche de po­ten­tielles vic­times du producteur amé­ri­cain dans leur ju­ri­dic­tion. A Cannes et An­tibes, où il est ve­nu à plu­sieurs re­prises, les langues se dé­lient

Monaco-Matin - - Monde -

Harvey Weinstein, le ma­gnat de Hollywood ac­cu­sé de har­cè­le­ment sexuel et de viols, fait dé­sor­mais l’ob­jet d’une en­quête po­li­cière, pré­lude à une pro­bable grande sa­ga ju­di­ciaire ty­pique de l’Amé­rique. Les in­ves­ti­ga­tions de la po­lice de New York se can­tonnent pour l’ins­tant à une agres­sion sexuelle pré­su­mée re­mon­tant à 2004. Mais les choses ne de­vraient pas s’ar­rê­ter là, le producteur étant sus­pec­té d’avoir sé­vi du­rant plu­sieurs dé­cen­nies, ob­te­nant à chaque fois que c’était pos­sible le si­lence de ses vic­times grâce à des ac­cords de confi­den­tia­li­té gras­se­ment payés. Pour la pre­mière fois de­puis que le scandale a écla­té, l’homme de 65 ans a été vu alors qu’il sor­tait mer­cre­di après-mi­di de la mai­son de sa fille à Los An­geles. In­ter­pel­lé par les pa­pa­raz­zi sur son mo­ral, le fai­seur de stars a concé­dé : « Je ne vais pas fort. Mais j’es­saie. J’ai be­soin de trou­ver de l’aide.» «Je tiens bon, je fais de mon mieux », a ajou­té M. Weinstein, vê­tu d’un jean et d’un tee-shirt fon­cé. « On fait tous des er­reurs. J’es­père une se­conde chance », a-t-il pour­sui­vi avant de s’en­gouf­frer dans une grosse voi­ture de type 4x4. Se­lon le site people TMZ, le mé­cène dé­mo­crate s’est en­suite en­vo­lé pour l’Ari­zo­na, où il a in­té­gré un centre de trai­te­ment de la dé­pen­dance sexuelle. Cri­ti­qués après plu­sieurs jours de si­lence, Hilla­ry Clin­ton s’est dite mar­di « cho­quée et écoeu­rée », et Ba­rack et Mi­chelle Oba­ma « dé­goû­tés » La liste des femmes se di­sant vic­times de ses abus, prin­ci­pa­le­ment des man­ne­quins et ac­trices, par­fois dé­bu­tantes à l’époque, ne cesse de s’al­lon­ger : Gwy­neth Pal­trow, An­ge­li­na Jo­lie, Ju­dith Go­drèche, Katherine Ken­dall, Em­ma de Caunes, Ca­ra De­le­vingne, Ash­ley Judd, Léa Sey­doux, Mi­ra Sor­vi­no, Flo­rence Da­rel...

Des faits en par­tie pres­crits

De nom­breux faits re­pro­chés au fon­da­teur de Mi­ra­max par ces ve­dettes sont pres­crits, car le Code pé­nal lo­cal les consi­dère des dé­lits mi­neurs. Mais trois femmes ont ac­cu­sé Weinstein de viol : la star ita­lienne Asia Ar­gen­to, l’ac­trice Lu­cia Evans et une autre femme res­tée ano­nyme. A New York, il n’existe pas de pres­crip­tion pour les ac­cu­sa­tions de viol. En Ca­li­for­nie, une loi pré­voyant une pres­crip­tion de dix ans a été amen­dée l’an der­nier, mais sans ef­fet ré­tro­ac­tif. Se­lon le quo­ti­dien new-yor­kais Dai­ly News, la po­lice new-yor­kaise cherche à re­cueillir des élé­ments con­cer­nant des ac­cu­sa­tions de l’ac­trice Lu­cia Evans, pu­bliée mar­di par le ma­ga­zine amé­ri­cain The New Yor­ker. Elle as­sure que Harvey Weinstein l’a for­cée à lui faire une fel­la­tion en 2004, à New York.

Pas de plainte, pour l’ins­tant

Mais « au­cune plainte n’a pour l’ins­tant été en­re­gis­trée et, comme tou­jours, la po­lice de New York en­cou­rage toute per­sonne dé­ten­trice d’éven­tuelles in­for­ma­tions à le faire sa­voir », a in­di­qué le porte-pa­role du New York Po­lice De­part­ment. La ba­taille ju­di­ciaire qui se pro­file se dé­rou­le­ra au­tant au ci­vil qu’au pé­nal, et les proches du producteur risquent d’être eux­mêmes em­por­tés par le grand dé­bal­lage. Se­lon le Hollywood Re­por­ter, Harvey Weinstein a étof­fé son équipe d’avo­cats. Il s’est at­ta­ché les ser­vices d’une ténor du bar­reau de Los An­geles, Blair Berk. Cette di­plô­mée de Har­vard a dé­fen­du des stars de Hollywood comme Mel Gib­son et Lind­say Lo­han. La ques­tion du «Qui sa­vait et n’a rien dit ?» est d’ores et dé­jà po­sée. Le New York Times a af­fir­mé, mer­cre­di soir, que de­puis 2015 les res­pon­sables de la mai­son de pro­duc­tion Weinstein étaient au cou­rant des très em­bar­ras­sants ac­cords de confi­den­tia­li­té liant leur pa­tron et plu­sieurs femmes. Les faits rap­por­tés par les ac­cu­sa­trices de Weinstein sug­gèrent, par ailleurs, une pos­sible com­pli­ci­té de col­la­bo­ra­teurs ou col­la­bo­ra­trices du ma­gnat de Hollywood, qui ont ac­com­pa­gné les fu­tures vic­times pré­su­mées dans la chambre d’hô­tel du producteur, avant de se re­ti­rer et les lais­ser en tête à tête.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.